Environnement
Un blog sur la géo-environnement

Ce NF3 qui charge l’atmosphère…

Bonjour,

Le NF3, un gaz à effet de serre produit par la fabrication d’écrans plats, de circuits intégrés, ou de panneaux solaires, charge dangereusement l’atmosphère. C’est le constat d’une équipe de recherche de l’Institut d’Océanographie de l’Université de Californie de San- Diego. Le trifluorure d’azote, son autre nom, serait 17 000 fois plus actif dans le processus de réchauffement que le CO², pourtant ennemi « numéro 1 ». Autre mauvaise surprise, il resterait dans l’atmosphère cinq fois plus longtemps que le CO², ce qui nous pousse à environ 550 ans. En 2006, la quantité de NF3 était estimée à 1200 tonnes métriques. De nouvelles méthodes d’investigation, développées par l’équipe américaine, ont permis de réactualiser sa présence, 4200 tonnes métriques. En 2008, il grimperait à 5400 tonnes métriques. Un résultat qui annoncerait une augmentation annuelle de 11%.

Les émissions de NF3, supposées faibles jusqu’alors, n’ont pas été prises en compte par le Protocole de Kyoto, outil international destiné à contenir les émissions de gaz à effet de serre. Kyoto ne retient que les gaz avérés dangereux pour la qualité de l’atmosphère, dioxyde de carbone (CO²) , méthane (CH4), ou halocarbures (HFC, PFC). Pour coller aux exigences de Kyoto, l’industrie électronique a délaissé les hydrocarbures perfluorés (PFC), pour utiliser du NF3, dont on supposait que 2%, seulement, s’échappait dans l’atmosphère.La découverte des scientifiques américains, publiée le 31 octobre prochain dans la « Geographical Research Letters », avait déjà filtré en juin dernier. Le journal de l’Union Géophysique américaine (AGU) qualifiait le NF3 de « gaz à effet de serre manquant ». Pour l’instant, « l’oublié de Kyoto »  ne contribue qu’à 0,04% d’un réchauffement global, largement induit par les émissions de CO² d’origine anthropique.

M.J

Article de référence : http://scrippsnews.ucsd.edu/Releases/?releaseID=933


Publié par marlene le 29 octobre 2008 dans Actualité,Climat,Non classé
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

4 réactions à “Ce NF3 qui charge l’atmosphère…”

  1. yann boulegue
    2 janvier 2009

    J’aimerai apporter une précision. Quand on parle ici de photovoltaïque il faut préciser que c’est la filière couche mince qui est concernée. C’est assez logique dans la mesure ou la technique de production est similaire a celle des écrans plats et des circuits électroniques. En revanche les panneaux solaires photovoltaïques polycristallins et monocristallins qu’on trouve sur les toits des particuliers ne sont pas concernés.
    Pour informations, les panneaux « couche mince » sont exploités principalement en champs solaires, notamment par EDF et sur les grandes surfaces de toitures (bâtiments industriels, entrepôts etc …)

  2. Patrick
    3 janvier 2009

    Wikipedia :
    Bien que le NF3 ait un potentiel de réchauffement global élevé, son forçage radiatif dans l’atmosphère terrestre est très faible, puisqu’il n’y est relâché que dans des quantités très faibles. Les applications industrielles utilisant le NF3 le décomposent, alors que les composés réglementés que sont le SF6 et les PFC sont généralement relâchés dans l’air.67
    Le NF3 est un gaz à effet de serre, dont le PRG est 17 200 fois celui du CO2 sur une période d’un siècle.8910 Un tel PRG le placerait en second derrière le SF6 dans la liste des gaz à effet de serre réglementés par le Protocole de Ky?to, si NF3 faisait partie de cette liste. Sa durée de séjour dans l’atmosphère est estimée à 740 ans,8 bien que des travaux récents suggèrent une durée légèrement plus courte de 550 ans (et un PRG correspondant de 16 800 fois celui du CO2).6
    En 2008, le contenu total de ce gaz dans l’atmosphère est estimé à 5 400 tonnes, en augmentation d’environ 11 pour cent par an, soit nettement plus que les 1 200 tonnes que l’on croyait présents dans l’atmosphère en 2006.
    La concentration maximum dans l’atmosphère telle qu’elle est évaluée est inférieure à 0,16 parties par billion (ppt) en volume, ce qui produit un forçage infrarouge de 0,001 W.m-2.11 Une étude de 2008, utilisant des techniques d’échantillonnage améliorées a trouvé une concentration troposphérique planétaire moyenne de 0,454 parties par billion (ppt) par fraction de mole d’air

  3. marlene
    8 janvier 2009

    Merci pour les précisions. Je ne suis pas spécialiste de la question. Je me suis principalement appuyée sur l’article de référence cité, article trouvé à partir d’autres sources.

    A l’attention de Jacques Corbin, le lecteur impatient, j’ai pris quelques jours de vacances….annoncés dans mon dernier blog. Mais, merci pour les commentaires. Cordialement.

  4. energie
    8 juin 2009

    Bonne nouvelle, le NF3 va être abandonné et remplacé par un procédé nouveau dans la production de film solaire photovoltaïque :

    http://www.futuralis.com/actualites/technologie/energie-la-fabrication-de-panneaux-solaires-passe-au-vert/

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.