Environnement
Un blog sur la géo-environnement

Une déforestation surestimée ? L’exemple de l’Afrique de l’Ouest.

Bonjour,

Le dernier blog évoquait la déforestation en Afrique. L’Ouest du continent serait particulièrement touché. Les populations, en quête de combustible pour la cuisine, accessible et bon marché, ou de terres agricoles pour se nourrir, n’épargneraient guère l’environnement forestier. Si les méthodes actuelles d’observation permettent de caractériser les formes et le rythme de la disparition des forêts dans la sous – région, deux chercheurs britanniques remettent en question les évaluations antérieures. Une relecture intéressante.

Dans un article qui synthétise une recherche plus documentée en Côte d’Ivoire, en Sierra Leone, au Libéria, au Ghana, au Togo et au Bénin, James Fairhead et Melissa Leach affirment : «  la thèse que nous soutenons est que les estimations récentes ont considérablement exagéré l’ampleur du déclin des forêts depuis 1900. La surface perdue au cours de cette période atteint vraisemblablement un tiers seulement des chiffres qui circulent actuellement dans les études scientifiques internationales. » Si les estimations de la dernière décennie, servies par de nombreuses  sources d’informations, dont la télédétection, sont fiables,  les évaluations antérieures le seraient moins. Selon James Fairhead et Melissa Leach, l’historique du couvert forestier n’aurait pas été assez fouillé. Nombre d’auteurs seraient partis de suppositions sur la nature et l’étendue de la forêt dans cette partie de l’Afrique de l’Ouest. L’analyse serait encore contrariée par un problème de définition de la forêt, qui peut faire varier l’étendue des surfaces altérées.  Elles peuvent être constituées par un «couvert végétal dominé par des arbres, sans sous- étage d’herbe ou de végétation adventice et n’ayant pas été cultivé récemment», où s’étendre au gré d’une nouvelle définition. Ce qui complique les comparaisons historiques, et fausse l’évolution de la déforestation. D’autre part, il serait probable que ces estimations soient parties de forêts très étendues dans les années 1900-1920, car moins soumises aux pressions des populations agricoles. Ce point de départ, faisant référence à un couvert forestier optimal et exceptionnel,  amplifierait encore l’ampleur du déboisement au cours du siècle. Les chercheurs britanniques, qui ont concentré leur étude sur l’Afrique de l’Ouest, s’inquiètent d’une surévaluation généralisée de la déforestation, estimée avec les mêmes méthodes. Cette lecture erronée de l’utilisation des forêts brouille l’histoire des fluctuations climatiques antérieures, et celle d’une mise en valeur des terres adaptée à ces changements : « En Afrique de l’Ouest en particulier, ceux qui ont soutenu la thèse du déboisement continu et irréversible ont totalement occulté l’expansion considérable de la zone sous forêt qui semble s’être vérifiée au cours des siècles récents. » Cette surestimation de la déforestation déforme les « modèles climatiques régionaux et mondiaux ». Elle interprète encore l’histoire compliquée de la répartition des terres, et celle d’une agriculture traditionnelle qui a valorisé son environnement. Enfin, et surtout, « l’exagération des taux de déboisement ont souvent injustement soutenu des politiques environnementales draconiennes qui appauvrissent encore plus les populations dans une région déjà défavorisée. »

Cet article intitulé « Réexamen de l’étendue de la déforestation en Afrique de l’Ouest au XXe siècle », par J. Fairhead et M. Leach, est paru dans la revue Unasylva, No: 192, 1998   W7126/F. Il est mis en ligne par la FAO http://www.fao.org/docrep/w7126f/w7126f06.htm

M.J


Publié par marlene le 21 janvier 2010 dans Afrique,déforestation
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.