Environnement
Un blog sur la géo-environnement

Le mystérieux voyage des Aborigènes.

Bonjour,

Entre l’arrivée des Aborigènes, il y a au moins 40.000 ans, et celle des Européens, à la fin du XIX° siècle, l’Australie a sans doute connu d’autres visites. Une étude menée par une équipe d’anthropologues de l’Université de Leipzig, en Allemagne, vient bousculer l’idée d’une île-continent, solitaire et ignorée depuis son peuplement initial. (1) Irina Pugach et ses collègues ont mis en évidence la présence d’un gène substantiel reliant des populations indiennes et australiennes, dont l’origine remonterait à 4000 ans. Au cours de l’Holocène, ou plus précisément, vers 4230, un gène aurait voyagé entre le sous-continent indien et le continent austral. Cette migration se serait accompagnée d’un changement de nourriture et de technologie. C’est à cette période que seraient apparues des flèches en pierre. C’est aussi à cette période que seraient arrivés les dingos , désormais inscrits dans la mémoire fossile du territoire. Les auteurs, qui soulignent la concomitance entre l’afflux de gènes en provenance d’Inde et l’évolution qui s’opère en Australie, formulent  l’hypothèse d’une relation entre ce moment migratoire et l’évolution en cours. Plus près des origines du peuplement, les anthropologues ont  mis en évidence une origine commune entre les populations d’Australie, de Nouvelle Guinée, et les Mamanwa, une population noire des Philippines. Groupes qui se seraient séparés il y a environ 35.000 ans. Cette hypothèse suggère une migration ancienne par une route Sud, en provenance du continent africain. Alors que les autres populations seraient arrivées plus tardivement, lors d’une migration dispersée. Cette analyse révèlerait encore que populations d’Australie et de Nouvelle Guinée se seraient quittées assez tôt dans l’histoire de Sahul. Et non pas, comme le suppose une autre hypothèse, il y a 8000 ans, quand l’élévation du niveau de la mer isole définitivement Australie et Nouvelle Guinée. Le Sahul, territoire qui unit Tasmanie, Australie, et Nouvelle Guinée, aurait été la porte du  peuplement originel aborigène. (1)

 

Entre Sahul et Sunda     

L’Australie, qui connait un peuplement continu depuis plus de 40 000 ans, serait l’un des premiers berceaux de l’humanité. Antériorité partagée avec l’Afrique. Puis, les hypothèses se croisent. Avant les années 1950, on suppose que les Aborigènes arrivent seulement il y a 10.000 ans. Quelques années plus tard, le carbone 14 aide les scientifiques à remonter le curseur de l’histoire jusqu’à au moins 40.000 ans. Les côtes du territoire australien sont alors accessibles, et le carbone 14 ne peut guère en dire plus. Mais l’hypothèse d’une colonisation vieille d’au moins au moins 40.000 ans, datation flexible, est retenue. (2) Concernant la genèse du peuplement, deux théories s’opposent dès la fin du XIX° siècle. La première propose multiples origines au peuple aborigène. La seconde retient une population souche, avant essaimage. Dans les années 60, l’anthropologie énonce une triple origine, c’est la théorie du  « Trihybride ». Balayée plus tard par d’autres études. La linguistique, qui établit une parenté entre l’extraordinaire diversité des langues et langages aborigènes, renforce l’idée d’une population « souche ». Michel Charleux, ethnologue de la Préhistoire qui écrit sur l’origine du peuplement aborigène dans l’ouvrage « Australie Noire »  – éditions Autrement 1989 -, déplace – avec d’autres chercheurs – le berceau aborigène en Asie du Sud- Est.(3) Si la mer reste un obstacle qui sépare le Sahul – Tasmanie, Australie, Nouvelle Guinée  – du Sunda – le  Sud-Est asiatique dont seraient originaires les Aborigènes – l’aventure n’apparaît  pas impossible. Ils ont pu, grâce à des embarcations, franchir cette distance finalement pas si longue. Michel Charleux, qui s’appuie sur les travaux antérieurs, retient l’hypothèse d’un peuplement remontant à environ 55.000 ans, alors que les eaux sont basses. Pendant 10.000 ans, ce noyau initial de cueilleurs-chasseurs, doucement gonflé par la démographie, en quête de nouveaux territoires et de plus gros gibiers, qui développe technologies et connaissance des milieux, essaime sur le territoire australien. La terre est immense, le peuplement diffus, mais la colonisation progresse. Les fouilles montrent qu’il y a 20.000 ans, les Aborigènes pratiquent l’ensemble du territoire australien. Cet article, qui rappelle la difficulté du terrain et des recherches, balaie les hypothèses d’un  peuplement initial à partir de la Mélanésie et de la Polynésie, « colonisées tardivement ». (3) Mais il annonce clairement : « Une origine africaine est inconcevable, reste l’hypothèse d’un peuplement asiatique. » (3)

 

Doutes.

Des chercheurs australiens commentent les résultats obtenus par l’équipe de Leipzig dans Australian Geographic. Jeremy Austin, Professeur associé à l’Université d’Adelaïde, salue l’idée de relations commerciales et migratoires anciennes entre l’Australie et l’Asie, hypothèse antérieure avalisée par l’étude. Plus critique, il remet en cause l’origine des Dingos, originaires selon lui, du Sud Est asiatique insulaire. Et non de l’Inde. La relation entre une migration indienne génétiquement prouvée, l’arrivée de nouvelles technologies, et l’apparition des dingos, reste cependant à fouiller. Joe Dortch, enseignant à l’Université de Perth  -Western Australia -, s’interroge, lui, sur la nature des relations entre Indiens et Australiens, mouvement migratoire ou contact occasionnel ? Il doute : « Il n’est pas possible de dire comment la relation avec l’Inde a surgi. » L’article pointe un autre point sensible: un échantillonnage génétique sur un vaste espace du Territoire Nord, peut-être pas représentatif d’autres populations aborigènes. (5). L’origine des Aborigènes d’Australie, noyau initial enrichi d’autres populations, reste une énigme plus ou moins résolue…

 

 

M.J

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=E5SCo2xDO6s

(1) Publication originale:

Irina Pugach, Frederick Delfin, Ellen Gunnarsdóttir, Manfred Kayser, Mark Stoneking

Genome-wide data substantiates Holocene gene flow from India to Australia

PNAS, Online Early Edition, January 2013

Résumé: http://www.mpg.de/6818105/Holocene-gene-flow_India-Australia

(2) Wikipedia Australian Archeology, http://en.wikipedia.org/wiki/Australian_archaeology Préhistory of Australia Wikipedia, http://en.wikipedia.org/wiki/Prehistory_of_Australia

(3) » Australie noire »,   Les Aborigènes, un peuple d’intellectuels, Sylvie Girardet, Claire Merleau Ponty, Anne Tardy (Dir), Monde, Mars 1989 « 40 000 ans déjà », Michel Charleux, p70 à 73.

(4)Northern Australian aboriginals may have had contact with Indian migrants 4000 years ago, says study.”, Alice McRae with AAP, 15-01-2013. http://www.australiangeographic.com.au/journal/aboriginal-genetic-study-suggests-indian-migration.htm


Publié le 22 janvier 2013 par marlene dans Afrique,Asie du Sud-Est.,Australie aborigène.,Inde,Migrations.
Tags :: , , , ,

Fraser et ses insulaires…

Bonjour,

Située à quelques encablures de la côte Est de l’Australie, à proximité du Sud de l’Etat du Queensland, à environ 300 kilomètres au Nord de Brisbane, Fraser Island est une curiosité géologique. Une île de sable, la plus étendue au monde, qui raconte 700 000 ans de changements climatiques et de modifications du niveau de la mer. Elle est née d’une accumulation de sables sur un lit de roches volcaniques, qui a développé un système dunaire complexe. Et toujours en mouvement. Les dunes, dont les plus hautes voisinent avec les 260 mètres, sont aujourd’hui colonisées par une forêt tropicale dense. Certaines essences grimpent à une soixantaine de mètres. Des lacs perchés, une quarantaine, se sont installés dans des dépressions creusées par le vent, sur un tapis de matières organiques, feuilles, écorces, et plantes mortes. Le Lac Mac Kenzie, une centaine de mètres au dessus du niveau de la mer, est le plus célèbre de ces lacs perchés. Sans doute le plus beau, aussi. L’eau y est si pure qu’aucun organisme ni aucun animal ne peuvent  y vivre. Lacs perchés, lacs de barrage, et lacs de fenêtre, une centaine au total, Fraser est une île qui ne manque pas d’eau douce. A l’arrière des plages de sables blonds, on peut voir des étendues brunes qui ressemblent à des rochers, des « coffee rocks ». Ces sables cimentés par des matières organiques rappellent que les côtes se sont déplacées au cours d’une histoire finalement assez récente, comparée à celle du continent australien. C’est un  petit  fragment insulaire, un paradis aux paysages surprenants , convoité par les hommes et peuplé de dingos. (1)(2)(3)

Aborigènes.

« Ces gens sont entièrement nus, et ressemblent ( sinon ) aux habitants de Port Jackson dans leur apparence personnelle, mais ils sont bien plus charnus, peut-être parce qu’ils ont accès à une meilleure réserve de nourriture que l’on attrape dans les filets, fait connu dans le sud de l’île. » (4) écrit Matthew Flinders dans son journal de bord, en 1802. Si le capitaine Cook est passé au large de Fraser dans les années 1770, Matthew Flinders est le premier européen à y accéder. Après une première tentative, deux pêcheurs de baleines américains lui ont indiqué  un passage. Flinders découvre des communautés aborigènes, qui profitent d’une nourriture abondante. Ils ramassent des coquillages, pêchent des anguilles et toutes sortes de poissons,  chassent des dugongs, le frère du lamantin, des tortues de mer, des oiseaux aquatiques, et des opossums. Ils consomment du miel, des patates sauvages, des racines, des feuilles, et des fruits collectés en forêt. Des vestiges de campement ont montré que les Aborigènes vivent  sur l’Île Fraser depuis environ 5000 ans. Au début du XIX° siècle, cette communauté insulaire, principalement des Butchulla, compte entre 400 et 500 personnes. L’hiver, qui pousse d’autres groupes du continent à aller chercher de la nourriture sur Fraser, la population de l’île grimpe probablement autour des 2000 à 3000 habitants. Explorateurs, forçats évadés, ou survivants de naufrage, arrivent à leur tour sur l’île. Dans les années 1860, débarquent des marins, puis des bûcherons venus exploiter les belles forêts d’eucalyptus et de kauris. Une partie de ce bois est envoyé en Egypte, qui construit le canal de Suez. Sur l’île de Fraser, les maladies, l’alcool, et l’opium commencent à gangréner la société aborigène. Le mépris d’une communauté prétendue inférieure fait le reste. Sur ce chapitre, c’est Eliza Fraser, qui commence.(1)(4)

Européens.

En 1836, quelques rescapés du « Stirling Castle »,  un bateau qui a fait naufrage plus au Nord sur la grande barrière de corail, débarquent sur l’île de Fraser à bord d’un canot. Ces Européens sont recueillis et nourris par la communauté aborigène. Parmi eux, Eliza Fraser, la femme du capitaine du « Stirling Castle ». Quelques semaines plus tard, elle est évacuée sur le continent. A Brisbane, elle fait passer les Aborigènes pour des diables, esclavage, torture, et cannibalisme. Elle nourrit la paranoïa des Européens. Elle rentre à Londres, où elle publie son aventure. Le livre, qui diffuse l’image d’une communauté brutale et cruelle, a beaucoup de succès. «L’un des héritages d’Eliza Fraser aura été le massacre de ceux-là même qui lui ont porté secours », peut-on lire sur le site de Fraser Island Defenders Organization, une association qui travaille à la préservation des ressources insulaires. (4) Quelle que soit la responsabilité de cette femme, pendant plus d’un demi-siècle, ces Aborigènes insulaires sont chassés, massacrés, ou noyés. En 1890, ils ne sont plus qu’environ 300. La moitié, sept ans plus tard. Au tournant du XX° siècle, les survivants sont déportés dans des missions du Queensland, administrées par des Européens. Peu survivront à des conditions de détention, décrites épouvantables. (2) Plus de 300 personnes (2006), Australiens d’origine européenne, vivent sur l’Île Fraser. D’autres y laissent une caravane, pour pêcher le maquereau, privilège accordé à condition de la déplacer périodiquement. (1) (4)

Dingos

L’Ile Fraser est aussi le territoire des dingos , un animal de la famille des canidae australiens qui ressemble à un chien, mais qui peut se montrer loup. C’est un animal sauvage, aux réactions imprévisibles. Il est aussi un argument touristique. Fraser, accueille sans doute la population de dingos la plus importante de cette partie de l’Australie. La population la plus pure aussi. Pour respecter l’espèce, pas de chien sur l’île. Le dingo de Fraser mesure plus d’un mètre de long, 60 cm de haut, son pelage est doré. Il est facile de l’approcher, surtout à l’heure des sandwiches et des chips. Mais, attention, il est interdit de le nourrir. Argument des rangers, une nourriture facile pourrait faire décliner son aptitude à la chasse. Et le rendre agressif avec les touristes radins sur le sandwich. Le dingo est là pour être observé, à une certaine distance. En 2001, un enfant meurt après l’attaque d’un dingo. Après l’accident, les rangers en tuent plus d’une centaine, réduisant considérablement la population. En 2008, ils sont entre 120 et 150. Si un ex-ranger dénonce à ce moment là une situation de malnutrition, il reste interdit de les nourrir. L’accident de 2001 a inspiré une interprétation stricte de la relation entre l’homme et l’animal sauvage. Avec un respect du territoire du dingo, mis à mal par l’invasion touristique. (5)

Touristes.

Listée au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1992, récompense pour la vitalité de ses écosystèmes, l’Île Fraser est un aimant à touristes. Ils débarquent par ferry, avant de se déplacer en colonies biens rangées dans des véhicules tout terrain, de toutes les tailles, sur la plage et sur les pistes intérieures. Impossible de visiter Fraser sans véhicule 4×4. Chaque année, 350.000 à un demi-million de visiteurs débarquent sur cette  île de 1840 km², 123 km par 23,  presque un grain de sable par rapport à l’Australie. Cette déferlante touristique laisse  quelques traces dans les écosystèmes, déjà fragilisés par l’insularité. De l’urine et du jus de crème solaire dans les eaux pures des lacs, qui du coup le sont moins. Et qui transforme certaines parties du bush en toilettes publiques. Quant à la plage qui ceinture l’île, elle s’apparente à une autoroute où se succèdent et se croisent des dizaines de véhicules chargés de touristes, auxquels on assène quelques grands principes de conservation. A proximité d’un point d’intérêt, la plage devient parking où stationnent tous les modèles de 4×4, du particulier au bus équipé de roues motrices, voire un avion. Car il est très chic d’atterrir sur l’une des  plages de Fraser Island. (1) (2)

M.J

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=u_u_TFyPz2g

 

 

(1) Fraser Island, Wikipedia, http://en.wikipedia.org/wiki/Fraser_Island

(2) Fraser Island, UNESCO, http://whc.unesco.org/fr/list/630

(3) Fraser Island, Great Sandy National Park http://www.derm.qld.gov.au/parks/fraser/index.html

(4) “These people go entirely naked, and otherwise much resemble the inhabitants of Port Jackson in personal appearance, but they were much more fleshy, perhaps from being able to obtain a better supply of food with scoop nets which are now known on the southern parts of the coast.”, From Fraser Island Defenders Organization, FIDO, “The Watchdog of Fraser Island”, aims to ensure the wisest use of Fraser Island’s natural resources.  http://www.fido.org.au/education/AboriginalHistory.html

(5)Save Fraser Island Dingoes Inc http://savefraserislanddingoes.com/


Publié le 14 mai 2012 par marlene dans Australie aborigène.,Ecosystèmes.
Tags :: , , , ,

Kowanyama, « the place of many waters ».

Bonjour,

L’élévation du niveau de la mer menace certaines îles du Pacifique, Tuvalu, Kiribati, ou Vanuatu. Elle expose de grandes métropoles côtières, Bombay, Shangaï, Osaka-Kobe, ou New-York. Mais elle inquiète aussi une petite communauté aborigène, retranchée dans un confin nord de l’Australie des tropiques et des moussons.  A Kowanyama, petite bourgade située près des côtes du Golfe de Carpentarie, une montée des eaux interdirait un territoire ancestral.

« The place of many waters. »

« Quand tout l’océan va arriver et monter, où est-ce que nous allons aller ? » s’interroge un vieil Aborigène de Kowanyama, qui vit dans cette communauté d’un millier d’habitants installée dans la péninsule du Cap-York, au nord de l’Etat du Queensland. (1) . « Kowanyama », en langue vernaculaire signifie « The place of many waters », un endroit où les eaux abondent. Kowanyama, arrosée par les orages précoces d’octobre qui annoncent la mousson d’été, et ses inondations, est installée dans le grand delta du fleuve Mitchell, à une vingtaine de kilomètres des côtes du Golfe de Carpentarie (2). Depuis la nuit des temps, les trois communautés aborigènes de  Kowanyama, les Koomnjena, les Kunjen, et les Kokobarra,  tirent parti des moussons qui noient la plaine, de l’eau douce des rivières, et de l’océan. Mais ils dépendent surtout des écosystèmes d’eau douce pour boire, chasser, et creuser des puits. Dans cette région, l’équilibre entre l’eau salée et l’eau douce, qui a donné vie à cette terre aride, est fragile. Une élévation du niveau de la mer dont les eaux envahiraient les écosystèmes d’eau douce, entraînant une salinisation des milieux, bouleverserait cet équilibre. « Chaque année, la marée arrive et monte plus haut. Si elle envahit les marais, cela va tuer toutes les plantes, dénaturer les voies d’eau » ajoute un ranger qui travaille au sein de la communauté. (1) Pendant la saison des pluies, et les inondations qui baignent le grand delta du fleuve Mitchell, l’eau douce n’est qu’à trois kilomètres de la mer. Facteur inquiétant, les scientifiques prédisent une élévation du niveau de la mer plus importante sur les côtes australiennes. L’océan pourrait grignoter de 20 à 60 mètres de plages.

L’eau, source spirituelle.

A Kowanyama, l’eau nourrit aussi la vie spirituelle des Aborigènes. Les moussons signalent l’arrivée de Nhawrr Yirrpa, le serpent arc-en-ciel qui apporte la vie en inondant la terre. Les Aborigènes sont très enracinés sur ce bout de terre, confisqué par les missionnaires au début du XX° siècle. Ils commencent à y revenir dans les années 40. Mais le grand retour a lieu dans les années 90, après que l’Etat du Queensland leur ait concédé la gestion de leur territoire, et l’accès aux ressources naturelles. Ils y retrouvent la terre des Anciens, la mémoire de ce territoire, et ses légendes. Il y a bien longtemps, Kitechawk, un ancêtre aborigène a construit un grand mur de pierre pour protéger la terre et ses habitants des inondations saisonnières. Pendant ce temps, un autre ancêtre, perroquet celui-là, érigeait des dunes pour protéger son peuple des avancées de la mer. Des fétiches, enfouis dans le sable, renferment la connaissance intime de cette terre. Le changement de régime des eaux, la montée de l’océan, la violence des marées, menace d’engloutir les symboles et les légendes qui déterminent l’identité des Aborigènes de Kowanyama. Privés de cette mémoire, que deviendront-ils ?

Reportage, en Anglais, sur cette petite communauté coupée du monde pendant la saison des pluies. Les « road-trains », qui viennent de Darwin chaque semaine pendant  la saison sèche pour apporter des victuailles, ne passent plus sur les pistes inondées. Six mois d’isolement qui commencent parfois avec les premiers orages d’octobre.

(1) « Sea level rise in Kowanyama”, Ameyali Ramos Castillo, 19-01-2009 http://ourworld.unu.edu/en/sea-level-rise-in-kowanyama/

(2) Kowanyama, Queensland. Wikipedia. http://en.wikipedia.org/wiki/Kowanyama,_Queensland

Video: United Nations University (UNU) Channel.



Publié le 6 octobre 2009 par marlene dans Australie aborigène.,Climat,eau
Tags :: , , ,

Un vieux livre aborigène menacé par un gisement de gaz.

Fat Tail Kangaroo.

Standupfortheburrup, lien vers la gallerie…

Bonjour,

La péninsule de Burrup, un petit territoire situé sur la côte Nord Ouest de l’Australie occidentale, dans l’archipel de Dampier, est au cœur de rivalités. D’un côté, le géant pétrolier australien Woodside, qui souhaite exploiter du gaz naturel liquide dans une région déjà métamorphosée par les activités minières, la pétrochimie et le gaz. De l’autre, une poignée d’aborigènes, descendants des Yaburrara massacrés à la fin du XIX° siècle, accrochés à un territoire ancestral « sacré », parsemé de stèles et de gravures rupestres, qui datent de plusieurs milliers d’années. Le gouvernement fédéral australien, qui tire largement profit des sources d’énergie exploitées dans l’archipel de Dampier, et exportées vers l’Asie toute proche, soutient, plutôt, Woodside dans son projet d’extension. Le gouvernement d’Australie occidentale est encore plus favorable à Woodside. De l’autre côté, leaders politiques, organisations de sauvegarde des sites, ou associations d’indignés, soutiennent ce paysage aborigène unique, qui raconte aussi l’histoire de l’humanité. Retour sur ce petit bout de territoire, prétexte à conflits entre « profits », et « mémoire ».

La péninsule de Burrup, Murujuga pour les Aborigènes, ou « hip bone sticking out »*, offre une collection unique d’anciens pétroglyphes, des dessins symboliques gravés sur pierre, sans doute plus d’un million de pièces, dont certaines remonteraient à 30.000 ans, ou plus probablement à 10.000 ans, époque du dernier âge de glace. Ces pierres gravées évoquent la terre et l’air, représentent des animaux marins, le Tigre de Tasmanie aujourd’hui disparu, des formes humaines, ou des motifs géométriques. Elles témoignent d’activités séculaires sacrées, de croyances et de pratiques aborigènes anciennes, toujours actuelles. Le site comprend également des pierres levées. Elles étaient destinées à marquer la situation d’une ressource naturelle. Elles servaient encore des rites traditionnels, lors desquels on demandait la multiplication d’un animal, ou d’une plante particulière. Burrup et l’archipel de Dampier, paysage culturel façonné il y a quelques milliers d’années, racontent à la fois l’histoire des Aborigènes, l’évolution des espèces, et les débuts de l’humanité dans cette région du monde. Mais, pour les Aborigènes, ce lieu porte aussi la mémoire d’un massacre.

Les habitants de l’archipel de Dampier, et des terres environnantes, s’appellent les Yaburrara, groupe linguistique et culturel apparenté au Ngaluma. En 1699, William Dampier accoste sur l’une des îles de l’archipel, qui va prendre son nom. Il repère juste de la fumée. Un peu plus d’un siècle plus tard, Philip Parker King’s, explorateur- cartographe, rencontre ces Aborigènes. En 1861, F.T Gregory, accoste lui aussi, et établit un campement pour explorer la région du Pilbara. Rapidement, les Européens commencent à s’installer dans cette région, l’archipel de Dampier devient le repère des baleiniers, et des pêcheurs de perles. Les Yaburrara ne s’en remettront pas. Ils sont exploités, fragilisés par des maladies importées par les Européens, et victimes d’un massacre orchestré par le gouvernement d’Australie occidentale, en 1868. Parmi ceux qui se battent aujourd’hui pour leur territoire, certains se réclament encore d’ascendance Yaburrara, ils appartiennent plus probablement aux Ngaluma, et à ses peuples qui visitaient ces sites sacrés pour leurs cérémonies. C’est d’ailleurs sur l’argument de la fin des Yaburrara qu’une Haute Cour de Justice refuse, en 2003, l’héritage de cette terre, dont le titre de propriété revient à l’Etat, et non aux sous- groupe des Ngaluma. Pirouette judiciaire qui évoque une bataille de plusieurs décennies qui oppose les Autorités et les partisans d’un développement industriel, aux communautés aborigènes et à leur protecteurs. Pour en savoir un peu plus sur plusieurs décennies de rivalités sur la presqu’île de Dampier

Aujourd’hui, près de 40% de la presqu’île de Dampier ressemble à un parc industriel qui accueille gaz, pétrochimie, et autres infrastructures destinées aux activités de Woodside. En 2005, Woodside pousse un peu plus loin, et demande l’autorisation pour la construction d’un projet destiné à exploiter du gaz naturel liquide. L’année suivante, l’Autorité pour la protection de l’Environnement d’Australie occidentale, approuve le projet. Et le Ministère des Affaires indigènes donne son aval pour détruire 150 sites de pierres gravées, situés sur les lieux du projet. Quelques unités de production pétrochimiques sont encore au programme. Dans les années 80, Woodside a déplacé 1760 sites avec des pétroglyphes, stockées par la compagnie. On estime qu’entre 20 et 25% d’un patrimoine de pierres gravées, jamais réellement recensé, se sont perdues. Et ce qui reste, notamment sur l’île principale de l’archipel, est attaqué par les émissions acides de l’industrie, et autres polluants. Un texte, à propos d’un documentaire d’Arte sur le sujet, précisait les raisons d’un gâchis qui continue : « Le volume des exportations vers une Asie orientale avide d’énergie génère des emplois, les recettes sont gigantesques ; un tiers du produit intérieur brut de l’Australie est réalisé sur le littoral de l’archipel Dampier. »

En juillet 2007, le Gouvernement Fédéral d’Australie reconnaît la valeur du patrimoine de la péninsule de Burrup, qu’il décide de protéger à 99%, laissant Woodside réaliser son projet d’exploitation de gaz liquide. Pendant ce temps, l’association « Friends of Australian Rock Art » fait circuler une pétition adressée au Parlement régional d’Australie Occidentale sur internet, histoire de dire franchement « non » au projet de Woodside…

Mai 2007, l’association Get Up se félicite d’une courte victoire sur l’industrie 

M.J

*A peu près : « Os de hanche saillant »…


Publié le 17 juin 2008 par marlene dans Australie aborigène.,Non classé
Tags :: , , , ,

L’Australie noire: un continent à la dérive.

Bonjour,

La semaine dernière, j’ai regardé un reportage édifiant sur les aborigènes d’Australie. Je savais, mais je n’avais jamais vraiment vu. Juste entrevu. Des aborigènes désemparés dans les rues de Sydney, un campement bricolé en marge d’une ville d’Australie Occidentale, je ne me souviens plus laquelle, où ces familles aborigènes qui prenaient le bus depuis Adelaïde pour rentrer chez eux, à Alice Springs, au cœur du pays. Et pendant que le bus s’arrêtait près d’un campement improvisé à proximité d’une station service, laissant s’échapper quelques uns de ses passagers aborigènes, des Australiens blancs, protégés par le pare-brise, prenaient des photos de ces étranges concitoyens, et de leurs petits arrangements avec l’architecture. Un peu plus tard, et plus au nord, perchée sur Uluru, ce grand monolithe rouge qui surplombe l’immensité désertique, un site ancré dans la mémoire aborigène, prétexte à de nombreuses légendes, l’impression est quasi mystique. La magie du désert, le jeu du soleil avec les rouges et les verts dominants, l’intensité du ciel. Puis, vient le sentiment d’être un intrus dans cette géographie aborigène, un étranger dans cette cosmogonie difficile à pénétrer. Impression vérifiée plus tard dans le centre culturel, situé à proximité du relief. Les Aborigènes interdisent l’ascension d’Uluru, mais comme tous les touristes, je n’ai vu que les chaînes pour y grimper.

Une population décimée par les premiers colons.

Les aborigènes, venus de l’Asie Insulindienne, habitent le continent australien depuis environ 40.000 ans. Ils chassent, pratiquent la cueillette, et développent une relation intime avec un territoire hostile. Leurs migrations suivent celle de leurs chasses. Quand les Blancs débarquent en Australie à la fin du XVIII° siècle, une population de forçats déportés par les Anglais, quelques femmes suivent, les aborigènes sont environ 300.000. Cette population, décimée par les Blancs qui s’installent, ne cesse de diminuer. En 1966, ils ne sont plus que 45.000. Ce génocide des premiers colons est décrit dans l’excellent bouquin de Matthew Kneale, « Les passagers anglais », qui évoque le massacre des Aborigènes en Tasmanie, vers la moitié du XIX° siècle. Les aborigènes, victimes d’une Australie décidée « blanche » et de ses déclinaisons racistes, ne deviennent citoyens australiens qu’en 1967.

Un pardon qui se fait attendre.

Pour mieux servir le mythe de cette « Australie blanche », des enfants aborigènes sont enlevés à leurs familles pour être confiés à des familles australiennes, ou à des institutions. Le scandale de cette pratique assimilatrice, menée jusqu’au début des années 1970, éclate en 1990. Entre 1885 et 1967, 70.000 à 100.000 Aborigènes auraient été arrachés à leur famille, à leur culture, et à leur langue, travail obligatoire et mauvais traitements en prime. Un choc pour le pays. En 1991, le gouvernement australien amorce un processus de réconciliation nationale. L’année suivante, la Haute Cour Australienne reconnaît aux Aborigènes des droits sur les terres qu’ils occupent. Les manuels scolaires commencent à s’enrichir d’une histoire aborigène, volontairement oubliée. Les premiers habitants, jusque là figés dans l’imagerie nationale, corps peints et lances pointées, commencent à exister. Mais, le « pardon » de l’Australie à ses enfants aborigènes attendra encore quelques années. John Howard, l’ex-Premier ministre libéral, a toujours refusé des excuses officielles. Le mois dernier, Kevin Rudd, son successeur travailliste, a enfin demandé pardon, au nom de l’Australie, pour les injustices et les mauvais traitements subis par les Aborigènes pendant deux siècles. « Pour nous, c’est comme la chute du Mur de Berlin. C’est le moment le plus lourd de sens pour notre communauté dont j’ai été témoin au cours de ma vie », a commenté Darry Towney, un Aborigène. Une phrase qui a fait le tour des rédactions.

Les dessous de la réconciliation.

Ce processus de réconciliation dissimule mal une ségrégation, spatiale et sociale, assez sordide. Les Aborigènes, aujourd’hui estimés autour des 400 000, soit un peu plus de 2% de la population australienne, présentent tous les symptômes d’une population marginalisée, et abandonnée à son sort. Exemples. L’espérance de vie d’un Aborigène est de vingt ans inférieure à celle d’un Blanc, la mortalité infantile est quatre fois supérieure. Le taux de chômage est multiplié par trois, et le revenu moyen divisé par deux. Sans oublier le taux d’incarcération et les suicide, cinq fois supérieur pour les Aborigènes. En 1997, le rapport «Bringing them home », qui conclut l’enquête nationale sur les « générations volées », met des mots sur les conditions de vie des Aborigènes, abus sexuels, châtiments corporels, éducation défaillante, emplois forcés, et sous payés. Une histoire lourde de conséquences, pertes d’identité, suicides, troubles mentaux, et abus d’alcool. Cette misère humaine, qui conjugue alcoolisme, pauvreté, et désoeuvrement, est au cœur de ce reportage, signé Emmanuel Ostian et Gilles Jacquier, pour Envoyé Spécial. La caméra montre comment les représentants du gouvernement fédéral gèrent les dérives aborigènes. On y trouve des relents de cette «Australie blanche », pourtant officiellement abandonnée dans les années 70. On y voit une humanité à deux doigts de l’extinction, déracinée d’un environnement dont elle connaissait les secrets, privée de son organisation, coupée d’un univers intellectuel complexe et imaginatif, et de ses langues. Les rescapés dessinent leurs rêves à l’acrylique…

En lien, le reportage diffusé sur France 2, la semaine dernière. En deux épisodes.

Deux remarques. Attention aux clichés, même involontaires, d’un reportage localisé, et ciblé. Tous les Aborigènes ne sombrent pas dans l’alcool, ce que montrent aussi les images. Et, si les Blancs ne sont pas tous très sympas dans ce film, d’autres se sont mobilisés pour la cause aborigène. En 1988, quand l’Australie célèbre son Bicentenaire, 40 000 personnes descendent dans les rues de Sydney pour dénoncer les « 200 ans de larmes pour les Abos « . En mai 2000, toujours à Sydney, peu avant les JO, plus de 250.000 personnes manifestent pendant deux jours pour défendre « l’harmonie raciale en Australie », et pour dénoncer l’attitude de John Howard qui refuse les excuses officielles au peuple aborigène. Pardon finalement formulé par Kevin Rudd…

M.J


Publié le 19 mars 2008 par marlene dans Australie aborigène.