Environnement
Un blog sur la géo-environnement

Les blés du Qatar.

Bonjour,

 

Le riche Qatar se préoccupe de sa sécurité alimentaire. Comme d’autres Etats pétroliers, les Emirats Arabes Unis, l’Arabie Saoudite, il lui arrive d’acquérir des terres à l’étranger. Le Qatar achète de l’espace cultivable au Soudan, en Australie;  loue des terres aux Philippines ;  investit des millions de dollars dans des projets agricoles, au Kenya, au Brésil, en Argentine, ou en Ukraine. (1) (2) Mais le Qatar, qui importe 90% de ses besoins alimentaires, ambitionne aussi de convertir une partie de son désert en terre productive. Comme son voisin saoudien, il y a quelques années. Le Qatar National Food Security Programme (QNFSP), lancé en 2008 par le Sheikh Hassad Bin Khalifa Al Thani, doit démarrer en 2014, pour se développer sur une dizaine d’années. Il devrait couvrir 60 à 70% des besoins  alimentaires d’une  population d’environ 1,7 millions de personnes, 20% de citoyens qataris, les autres travailleurs émigrés.(2) Le Qatar, qui vit de la rente pétrolière, qui est assis sur la troisième réserve de gaz naturel au monde, et dont les citoyens peuvent se vanter d’un revenu confortable, se rêve déjà en potager. Le pays cultive le quart de ses fruits et légumes, tomates, concombres, aubergines, haricots, melons d’eau, ou fraises. (2) (3)

Désert.

Le Qatar, presqu’île désertique qui baigne dans le Golfe persique, est un tout petit pays. Environ 160 km de long, pour 80 km de large. Un pays plat qui culmine à une centaine de mètres. La végétation, quelques broussailles épineuses, quelques arbres, et des palmiers, est celle d’un désert. Un désert couvert de sables et de graviers, une terre balayée par les vents de sables et de poussières. Pour résumer la météo, quatre mois de forte chaleur, jusqu’à 50°C pendant  l’été,  quelques semaines de tempêtes de sable, et quelques pluies, en hiver et au printemps.(4) Moins de 80 mm par an, en moyenne. La surface cultivable, 11600 km², couvre 1% du territoire national. Les sols, à forte teneur en sel, sont ingrats. Et problème majeur de ce pays qui importe la quasi-totalité de ses céréales, environ 20.000 tonnes par an, l’eau. (2).

Aquifères.

Le pays compte de plus en plus sur la désalinisation de l’eau de mer pour couvrir ses besoins. Cette technologie produit déjà toute l’eau à usage domestique. Le Qatar National Food Security Programme compte d’ailleurs sur cette eau débarrassée de son sel pour irriguer les cultures. Une enquête d’Al Jazeera, sur la sécurité alimentaire du Qatar, révèle que le pays choisit l’énergie solaire, plutôt que l’énergie fossile, pour faire tourner ses unités de désalinisation. Gros producteur de CO² par habitant, et pays hôte de la dernière Conférence des Nations Unies sur le climat,  le pays tente d’adoucir l’image de ses excès. Selon Al Jazeera, la firme américaine Chevron teste une centrale solaire à Doha, la capitale. Et pour coller à un environnement où se mêlent chaleur, poussières, et sables, la firme évalue la réaction de panneaux solaires en provenance des Etats-Unis, d’Allemagne, du Japon, ou de Corée du Sud. (3) Mais en attendant une irrigation servie par l’énergie solaire adaptée, les fermiers du Qatar continuent de pomper l’eau contenue dans le sous-sol. Si le niveau des aquifères du pays est déjà en baisse, le Qatar National Food Security Programme promet de laisser les nappes se recharger en pluies, pour constituer les « réserves d’eau stratégiques du pays. » (2)

Fruits, légumes, poissons, poulets, œufs.

Le site du Ministère des Affaires étrangères, qui détaille le projet agricole,  promet une extension « horizontale », avec un soutien aux entrepreneurs,  et des investissements. La mise en culture  mélange les genres, une agriculture en plein champ, une production sous serre, et une production hydroponique. Cette technique , qui remplace la terre par un substrat artificiel, un gain pour la surface cultivable, promet de bien meilleurs rendements que la culture en  plein champ. Le gouvernement mise encore sur des fermes expérimentales, deux principales à l’heure actuelle, pour développer des semences localement adaptables. Dans ce pays, où il existait une petite agriculture, un élevage nomade, et la pêche, on comptait environ 400 fermes dans les années 70. En 2005, il y en a près d’un millier. Toujours en 2005, de source gouvernementale, il reste 650.000 hectares de terres arables à mettre en valeur, près de 69.000 le sont déjà. (5) Le pays compterait aujourd’hui 1400 exploitations, et,  portées par le Qatar National Food Security Programme, bientôt 3000. (2) Pendant que la production de fruits et légumes s’installe sur le marché interne, la production de poissons, de poulets – 7 millions de  volailles par an -, d’œufs, et de lait – 5 tonnes par jour absorbées localement – devraient satisfaire de plus en plus de consommateurs qataris. (5) La production de céréales, étape vers l’autosuffisance alimentaire, semble plus difficile, avis d’experts. (2)

Doutes.

En 2008, le voisin saoudien abandonne son rêve d’autosuffisance  en blé. Trop onéreux, trop gourmand en eau. La culture du blé, dont l’irrigation est nécessaire dans cet espace aride, a notamment bu 80% de  la nappe phréatique fossile, celle qui ne se recharge pas. Plus généralement, le niveau des nappes souterraines a dangereusement baissé dans les régions de production, alimentées par l’eau des forages. Cette agriculture forcée a encore provoqué la salinisation des eaux souterraines. Bilan, il faudra des décennies pour remplir à nouveau  les aquifères, et les débarrasser de leur sel. (6) L’Arabie Saoudite, qui a lancé sa production de blé dans les années 70, parvient au début des années 90 à produire le double de sa consommation intérieure. Le pays exporte l’autre moitié. Puis, changement de vision. En 2016, l’Arabie Saoudite compte importer la totalité de ses besoins en céréales. Interrogée par Al Jazeera, Zahra Babar, directeur de recherche à l’Université de Georgetown au Qatar, formule quelques retenues concernant le projet qatari: « Il y a un certain scepticisme sur la possibilité d’arriver à dessaler de grandes quantités d’eau pour l’irrigation »… « Je pense que nous pouvons espérer un certain succès. Mais cibler un certain niveau d’autosuffisance – 70% -, c’est un peu ambitieux. » (3)

Zéro import, zéro export.

S’il est question de tendre vers l’autosuffisance alimentaire, afin de ne plus importer de nourriture dont l’envolée des prix a touché les résidents qataris, argument développé par Al Jazeera,  le Qatar National Food Security Programme vise aussi le « zéro exportation ». (3) « Si quelque chose est produit au Qatar, cette production ne doit pas être exportée afin de protéger nos ressources naturelles. Car la quantité d’eau requise pour produire de la nourriture, un pays comme le Qatar, qui est très sec, ne peut pas exporter d’eau sous forme de nourriture. », commente Fahad Bin Mohammed al-Attiya, à la tête du  QNFSP. (2)

 

M.J

 

Une ferme « high-tech » portable, conçue et construite au Japon, destinée au Qatar…

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

(1) International Food Policy Research Institute (IFPRI)

http://www.ifpri.org/fr

IFPRI Policy Brief 13 • April 2009 http://www.ifpri.org/sites/default/files/bp013Table01.pdf

(2) “Qatar’s next big purchase: a farming sector”, Martina Fuchs, Reuter, 06-01-2012 http://www.reuters.com/article/2012/01/06/us-qatar-food-idUSTRE8051V220120106

“Qatar’s next big purchase: a farming sector”, Martina Fuchs, (Version longue) http://mideast.legalbusinessonline.com/files/File/Special%20Reports/The%20Brief/MAR%202012%20-%20Qatar%202012.pdf

(3) “Can Qatar’s food security plan ripen? ”, Rhodri Davies, Al Jazeera, 02-12.2012.

http://www.aljazeera.com/indepth/features/2012/12/20121221237338571.html

(4) Wikipedia, Géographie du Qatar, http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9ographie_du_Qatar,

World Fact Book 2008, Qatar Geography http://www.studentsoftheworld.info/infopays/wfb_fr.php3?CODEPAYS=QAT

(5)Qatar  – Ministry of Foreign Affairs – Agriculture http://english.mofa.gov.qa/details.cfm?id=92   / Qatar National Food Security Programme http://www.qnfsp.gov.qa/

(6) FAO Corporate document Repository – APPENDIX 8: COUNTRY CASE STUDY – WATER POLICY REFORM IN SAUDI ARABIA, Hamad M. H. Al-Sheikh, Department of Economics, King Saud University
Riyadh http://www.fao.org/docrep/006/ad456e/ad456e0e.htm


Publié le 12 décembre 2012 par marlene dans Agriculture.,Alimentation,eau,Pays du Golfe.
Tags :: , , , , ,

DOHA 2012.

Bonjour,

Les Nations Unies organisent une nouvelle conférence internationale sur le climat à Doha, au Qatar. DOHA 2012, réunie du  26 novembre au 7 décembre, est la dix-huitième Conférence des Parties (COP18) de la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Et la huitième rencontre des pays signataires de Kyoto. Cette rencontre  doit préciser l’après Kyoto, qui expire le 31 décembre prochain. Le Protocole de Kyoto, traité international qui engage les Etats qui ont ratifié le texte à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, principale cause du réchauffement climatique avec la déforestation, est formulé en 1997. Il devient effectif huit ans plus tard, après avoir obtenu un nombre suffisant d’adhérents.  Il compte à ce jour 195 parties – 194 Etats et l’Union européenne –, et n’a toujours pas été ratifié par un acteur majeur de la scène internationale, les Etats-Unis. En décembre 2007, la Conférence de Bali avait officiellement lancé les négociations pour l’après-Kyoto. En décembre 2011, la Conférence de Durban avait permis, in-extremis, de reconduire le Protocole de Kyoto, évitant  un vide juridique. Le Protocole de Kyoto, diversement interprété par les pays industrialisés, est le seul texte qui contraint les Etats membres à faire attention à leurs émissions. Dans le prolongement de  Durban, Doha devrait formuler une nouvelle feuille de route pour lutter contre le réchauffement climatique. Ce nouveau texte, finalisé en 2015,  devrait  devenir contraignant en 2020. Mais le plus tôt sera le mieux car pour contenir le réchauffement  planétaire sous le seuil des 2°C au cours du siècle, les Nations  industrielles devront réduire leurs émissions de 25 à 40%, par rapport au niveau de 1990. La Conférence de Doha, qui doit amorcer ce nouveau processus international, est aussi l’occasion de faire le point sur les actions déjà engagées par les gouvernements, les acteurs privés, et la société civile pour freiner le réchauffement. Cette rencontre permettra encore d’examiner l’aide destinée aux pays en développement, déjà exposés à un climat qui change.

Un monde à 4°C…

Un rapport de la Banque Mondiale,  intitulé « Turn Down the heat -Why a 4°C warmer world must be avoided”, daté de novembre2012,  rappelle l’urgence à maintenir la hausse des températures sous les 2°C, afin d’éviter un « dangereux » changement de climat. (1) Si tous les pays seront affectés par les conséquences de la crise climatique qui se profile, certains le seront plus que d’autres, annonce le rapport. Le réchauffement, plus étendu sous les hautes latitudes, devrait être plus durement ressenti dans les espaces  tropicaux, aux équilibres plus fragiles. Une modification sensible des températures devrait modifier les conditions agricoles,  et malmener des écosystèmes sur lesquels comptent des millions de personnes pour vivre. La montée des eaux y est  annoncée plus dramatique qu’ailleurs, avec une élévation de 15 à 20% plus importante. Sous les basses latitudes, les cyclones tropicaux devraient se multiplier. Les pays pauvres de l’espace tropical et subtropical devraient connaître plus d’aridité, et plus de sécheresses.  Le rapport, qui redoute un monde réchauffé de 4°C par rapport à l’époque pré- industrielle, prédit des extrêmes, canicules, sécheresses, inondations dans beaucoup de régions du monde, avec de sérieux bouleversements des systèmes humains, des  écosystèmes, et de leurs fonctions associées. Et de conclure : « Un monde à 4°C posera des défis sans précédent à l’humanité. …le réchauffement supposé de 4°C ne doit simplement pas être autorisé à se produire – la chaleur doit être stoppée. Seule une action rapide, conjointe, et internationale peut y parvenir. » (1)

 

Activistes et gouvernements.

Interviewé par IPS, Patrick Bond,  analyste du climat, professeur à l’Université Kwazulu-Natal en Afrique du Sud,  et membre de l’IOPS – The International Organization for a Participatory Society – donne un avis sur l’avenir des négociations sur le changement climatique : « Pour résumer, le Protocole de Montréal de 1987 aurait dû être immédiatement conçu pour intégrer les gaz à effet de serre, mais au lieu de cela, parce que Washington insistait sur un marché du carbone inefficace une décennie plus tard à Kyoto – nous n’avons simplement pas vu une volonté politique appropriée et une stratégie éclairée, et jusqu’à ce que cela change, nous ne parviendrons à rien à une échelle multilatérale(…) Cela signifie que l’avenir de négociations potentiellement fructueuses se joue entre les activistes et la base populaire qu’ils rallient à leur cause, d’un côté, et les gouvernements – et les intérêts qui contrôlent souvent ces gouvernements – de l’autre. » (2)

M.J

 

Image de prévisualisation YouTube

 

(1) “Turn Down the heat Why a 4°C warmer world must be avoided”, November 2012, A Report for the World Bank, by the Potsdam Institute for Climate Impact Research and, Climate Analytics

http://climatechange.worldbank.org/sites/default/files/Turn_Down_the_heat_Why_a_4_degree_centrigrade_warmer_world_must_be_avoided.pdf

 

(2) “Q&A: COP18, Another ‘Conference of Polluters’”, Busani Bafana, Interview du Professeur Patrick Bond, IPS, 27-11-2012 http://www.ipsnews.net/2012/11/qa-cop18-another-conference-of-polluters/


Publié le 4 décembre 2012 par marlene dans Actualité,Climat
Tags :: , , , ,

Prévoir « la vague qui mange les gens »…

 

Bonjour,

Dans le sillage du tsunami de 2004, deux histoires. D’abord, celle des Simeulue, une communauté musulmane qui vit sur l’île du même nom, dans l’Océan Indien, à 150 kilomètres des côtes de Sumatra. Après le séisme du 24 décembre, cette  population insulaire sent qu’il est temps de se réfugier sur les hauteurs voisines,  à  quelques centaines de mètres. Bien vu, la vague déferle. Sur une population côtière d’environ 80.000 personnes, seules sept victimes sont comptées. Dans cette communauté, la mémoire du tsunami remonte à 1907, quand un tremblement de terre est  suivi d’une vague très meurtrière. De cette histoire sont nées d’autres histoires ; des monuments et des rassemblements commémorent la tragédie. Le souvenir de l’évènement, transmis aux jeunes générations, figure dans la mémoire collective. Le mot « smong », l’équivalent de « tsunami », intégré dans le lexique communautaire, en suggère le risque. La seconde histoire, celle des Moken , prolonge la première. Les Moken habitent les îles Suri au large des côtes de la Thaïlande et du  Myanmar, dans la Mer d’Andaman. Dans cette société de tradition nomade, qui maîtrise la mer et ses secrets,  une légende raconte  la  «vague qui mange les gens » .Ici, tout le monde sait qu’avant un tsunami, la mer recule, et les cigales cessent leur chant. En 2004, un Moken note un silence inhabituel. Il prévient les autres. Longtemps avant que la première vaque déferle, la communauté s’est groupée sur les hauteurs. Il y  peu de victimes. Pour les Moken, le tsunami est la « vague des sept rouleaux. » (1) (2)

 

Histoires de serpents.

Les tremblements de terre  et les glissements de terrain accompagnent l’histoire du Népal, et de ses habitants. En 1934, un séisme fait 20.000 victimes, dont la plupart au tout début du phénomène. L’inde est également touchée. Dans un poème qui raconte l’évènement, l’auteur décrit la mort d’innombrables serpents. Etrange. Le tremblement de terre se produit en hiver, alors que les reptiles sont supposés hiberner.(3) Au Népal, et dans l’ensemble de l’Himalaya, les communautés, de tradition orale, racontent les cataclysmes et les  inondations qui deviennent des histoires, des chansons, des poèmes, ou des proverbes. L’un des proverbes de la culture Terai au Népal, exposées aux inondations de la West Rapti River, dit : « Le serpent et la rivière ne courent pas tout droit ». (2) Un peu plus tard, une autre histoire de serpents. En 1975, les habitants de la ville de Haicheng, dans le Nord-Est de la Chine,  s’inquiètent de la présence inhabituelle de serpents à cette époque de l’année. Bien qu’il soit difficile d’associer ces signes avant-coureurs à l’attitude des Autorités, celles-ci décident d’évacuer la ville. Le séisme, qui intervient quelques semaines plus tard, ne fait que peu de victimes. (3)

 

Constructions et solidarités.

En 1999, les Nations Unie créent un Bureau pour la Réduction des Risques et des Catastrophes, UNISDR. Depuis, cet organisme tisse une toile d’araignée, où interviennent scientifiques, ONG, et communautés locales, afin de prévenir les tremblements de terre, les inondations, les sécheresses, ou les cyclones qui menacent différentes régions de la terre. Les stratégies communautaires, réponse de terrain à un aléa récurrent, intéressent l’UNISDR . Une publication en détaille quelques exemples dans la région Asie-Pacifique. (2) Dans le Nord de l’Inde, dans les Etats de Jammu et du Cachemire, régions exposées aux séismes, les maisons traditionnelles sont construites pour résister. Ces techniques de construction s’appellent « Taq »,  ou « Dhajji dewari », un  patchwork mural composé de panneaux horizontaux, verticaux, ou diagonaux, qui présente une flexibilité qui fait défaut aux constructions modernes. En octobre 2005, lors du tremblement de terre qui secoue le Cachemire, ces bâtiments, conçus pour être secoués, sauvent des vies. Ailleurs, la communauté maîtrise l’aléa en s’organisant. Au Nord-Ouest du Pakistan, dans les districts de Manschra  et de Bettagram, l’altitude, le climat, le relief montagneux , isolent  les communautés.  Des terres infertiles et la pauvreté ajoutent au décor. Pour affronter les tremblements de terre, les pluies diluviennes, la neige, les glissements de terrain, et les inondations rapides, les populations n’ont que leur solidarité. En période de fortes pluies, quelques-uns surveillent le niveau des eaux, et préviennent les foyers exposés. Les familles plient bagage, et se réfugient chez un parent, ou un ami. Le retour à la normale est fêté par des spectacles, et des rituels. En Papouasie-Nouvelle Guinée, les villages Singas, situés sur l’une des rives de la Markham River, dépendent d’une rivière capricieuse. Deux inondations mémorables en 1998 et 2002.  Des maisons sur pilotis, qui s’élèvent au fil des crues et de leur fréquence, un usage planifié des terres cultivables, une solidarité pour la nourriture et l’environnement, révèlent l’adaptation à un milieu à la fois généreux et hostile. Incités à déplacer leur habitat sur les hauteurs, ils ont refusé. (2)

 

Lire les humeurs du ciel.

L’UNEP, le Programme des Nations Unies pour l’environnement, a beaucoup travaillé avec des communautés africaines. Beaucoup d’Africains, initiés lisent les prévisions météorologiques inscrites dans la nature. Ils connaissent, par exemple, la route des tempêtes et celle des vents dominants, une annonce qui permet de construire un toit, d’aménager un coupe-vent, ou d’ériger des murs, avec un peu d’avance sur le mauvais temps. Une bonne lecture des corridors de pluie permet de se préparer à l’orage. Connaître la couleur des nuages porteurs de grêlons, savoir qu’une tempête peut succéder à une sécheresse, ou que la lumière d’une première pluie peut annoncer un désastre, est une mémoire héritée d’une longue observation des cieux africains. Cette lecture ancestrale permet aussi de repérer un chant d’oiseau qui annonce la nouvelle saison. Ce bulletin météo note encore la hauteur des nids d’oiseaux près des rivières, annonciateur d’inondations ; ou la multiplication des mites, signe d’une sécheresse à venir. Quand une  position du soleil coïncide avec  la présence d’une certaine espèce d’oiseau près d’une rivière, la saison des pluies arrive. A défaut de pouvoir toujours parer aux aléas du climat, ces informations peuvent être utiles pour le calendrier des cultures. (1)


Insulaires et scientifiques.

Sur l’île d’Ambae, le plus grand volcan de Vanuatu est doté de deux lacs de cratères, le lac Voui et le lac Lakura, l’un bleu, l’autre vert. Endormi pendant près de quatre siècles, Ambae semble se réveiller en 1991. Au dessus des lacs jumeaux qu’il survole, un pilote de la Vanair, la compagnie aérienne locale, remarque une surface en ébullition. A proximité, la végétation est brûlée. Quelques jours plus tard, les signes s’affirment, émanations de soufre, eaux aux couleurs changeantes. Les insulaires n’ont rien remarqué. Eveillé, le volcan multiplie les secousses pendant trois années. En 1995, l’affaire semble plus grave. Les eaux du lac bouillonnent, un panache de fumée s’élève sur 2 à 3 kilomètres dans le ciel, les secousses se répètent. L’évacuation de l’île est envisagée. Les géophysiciens de l’ORSTOM – devenu l’IRD, l’Institut de Recherche pour le Développement –  prédisent l’éruption de l’Ambae,  70 chances sur cent. Mais le volcan continue de somnoler.(4) Un chercheur néo-zélandais, qui travaille sur les risques volcaniques, et avec les communautés d’Ambae, reprend l’histoire. En 1995, la France – Vanuatu est lié à la France par l’histoire et la Francophonie – dépêche un navire pour évacuer les insulaires. Mais ceux-ci n’ont pas décelé les signes habituels qui annoncent l’éruption du volcan, le lac qui change de couleur, le départ soudain des oiseaux, ou les fourmis qui colonisent la végétation. Effrayée par le navire français, la population s’enfuit sur les hauteurs. (3) Dix  ans plus tard, en 2006, le lac Voui se colore à nouveau d’un rouge, jugé inquiétant…(5)


MJ.

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube


 

 

(1) The Wave That Eats People – The Value of Indigenous Knowledge for Disaster Risk Reduction, David Singh, UNISDR, 09-08-2011http://www.unisdr.org/archive/21236

(2) “Indigenous Knowledge for Disaster Risk Reduction: Good Practises and Lessons Learned from Experiences in the Asia-Pacific Région”;  ISDR (International Strategy for Disaster Reduction ),  Kyoto University,  European Union, 2008. http://www.unisdr.org/files/3646_IndigenousKnowledgeDRR.pdf

 (3)“Snakes and folk tales meet science in disaster warning”,Smriti Mallapaty, SciDev Net, 21-11-2012, http://www.scidev.net/en/agriculture-and-environment/features/snakes-and-folk-tales-meet-science-in-disaster-warning.html?utm_source=link&utm_medium=rss&utm_campaign=en_agricultureandenvironment

(4) Ambae Volcano, Vanuatu Tourism Office, 2011. http://vanuatu.travel/fr/discover-the-islands/volcans/ambae-volcano.html

(5)« Vanuatu : Ambae et le lac Voui », earth-of-fire, le blog de Bernard Duick, 05-10-2010 http://earth-of-fire.over-blog.com/article-vanuatu-ambae-et-ambrym-57995700.html

 


Publié le 29 novembre 2012 par marlene dans Afrique - Environnement.,Catastrophe naturelle.,Climat,Volcans.
Tags :: , , , ,

Climat, migrations, et circulation.

 

Bonjour,

Climat, paupérisation, pression démographique.

Le changement de climat, et ses multiples manifestations, ne provoquera pas de déferlante migratoire, des millions de déracinés prêts à traverser les frontières pour s’établir dans un autre pays, en quête d’une existence plus décente. Les fameux « réfugiés climatiques ». Le Worldwatch Institute, qui interroge les dernières recherches sur les migrations liées aux dérèglements environnementaux, en cours et à venir, nuance le fantasme d’une marée humaine jetée sur les routes du monde. (1) Les prédictions les plus alarmistes parlaient d’un milliard de réfugiés en 2050 . Nuance encore soulignée par une étude conduite pour le compte des Nations Unies, livrée en juin 2009. (2) Si la recherche adoucit ses prévisions, c’est qu’elle renonce à une causalité implicite entre changement de climat et migrations. Les sécheresses, les canicules, les ouragans, et  les inondations provoqueront des départs,  mais le climat  ne sera pas le seul facteur expulsif.  La tendance est déjà observée. Dans la plupart des cas, un changement d’environnement  progressif  devrait s’articuler à un contexte déjà difficile, une paupérisation des populations, une impossibilité de gagner sa vie sur place,  une  pression démographique – trop de monde pour les ressources disponibles -, pour favoriser l’émigration. Si tout le monde reconnait la difficulté du sujet, la relation  entre climat et migrations, tous s’accordent sur une tendance majeure. Le changement de climat, associé à un contexte socio-économique expulsif, devrait accentuer la mobilité. Les migrations, de courte durée, se pratiqueront dans un espace régional, souvent à l’intérieur des frontières nationales. Avec une tendance forte au retour.

Mouvements temporaires.

L’étude menée pour les agences des Nations Unies, qui multiplie les exemples, examine la question des migrations liées à un contexte de sécheresse, de désertification et de dégradation des terres cultivables. Une relation plus complexe que prévue. En Afrique, la littérature associe souvent la dégradation du milieu environnant  à l’émigration. Une recherche menée au Mali à la fin des années 90 montre que 80% des chefs de famille ont, au moins, un parent émigré. Cette mobilité,  liée à des opportunités économiques et au besoin de diversifier ses sources de revenus, n’est  pas une réponse directe à la désertification et à la dégradation des terres. Dans la même région, lors des sécheresses des années 1983-1985, les tendances migratoires révèlent une augmentation des  mouvements temporaires, pratiqués sur des distances courtes. Pendant que les migrations internationales, de longue durée, diminuent. Des études plus récentes révèlent qu’au Burkina-Faso, le manque de pluies favorise les migrations temporaires, de campagne à campagne. La migration vers les villes, ou  vers un autre pays, démarche plus onéreuse qui concerne une minorité éduquée, disposant d’un réseau social et d’un accès aux transports, est une tendance qui signale un meilleur contexte climatique et économique. Il faut de l’argent pour partir plus loin. Au Népal, la dégradation des terres et des conditions environnementales enclenche une mobilité locale, majoritaire. Même si une minorité, plus éduquée, se risque vers les villes. Le changement climatique affectera sans doute, de façon plus sévère, des communautés marginalisées, là où les autorités locales auront du mal à gérer la compétition pour la ressource.  Mais celles-là sont de toute façon moins mobiles.  A l’opposé de ceux-là, les populations pastorales qui depuis longtemps développent des stratégies d’adaptation aux brusques changements de conditions d’existence .(2) Mais au Mali et au Burkina-Faso, le mauvais état des pâturages, la pression sur les ressources fourragères, et l’émergence de poches de sécheresses, contrarient une stratégie de groupe, basée sur la mobilité et  la transhumance saisonnière. (3)

Rester ou revenir.

La relation entre accidents extrêmes, ouragans, inondations, surtout quand elles s’accompagnent de glissements de terrain, est plus violente. Et plus immédiate. La plupart des gens abandonnent leur maison et leur village pour s’installer ailleurs. Ces déplacés, souvent très vulnérables, rentrent chez eux le plus vite possible pour reconstruire leur maison, et tenter de se glisser à nouveau dans leur vie d’avant. Après le Tsunami de 2004, peu d’Indiens touchés par la violence de la vague quittent la région. La mobilisation rapide de l’aide internationale,  celle de la diaspora, expliquent sans doute cette migration contenue. Toujours en 2004, après  la tornade qui balaie le Bengladesh , peu de gens émigrent. L’aide est rapide, efficace. Et l’évènement jugé trop exceptionnel par les habitants pour se reproduire. Après le tremblement de terre de Kobe en 1995, 300.000 personnes  sont déplacées. Six mois plus tard, « seuls » 50.000 ne sont pas rentrés. Le manque d’assistance et un contexte socio-économique pré -existant peuvent aussi expliquer les départs. Après l’Ouragan Katrina qui dévaste les côtes de la Nouvelle Orléans en 2005, les communautés pauvres, les plus exposées et les plus affectées par la catastrophe, sans assurance pour rebondir, quittent définitivement la Nouvelle Orléans. Les plus riches,  mieux protégés, restent en ville. Tendance au retour encore nuancée par les  Philippines, où plusieurs années après l’éruption du Mont Pinatubo en 1991, les gens vivent  toujours dans des camps provisoires. Il faut dire que l’explosion, particulièrement violente, laisse un demi-million de sans abri. Concernant les personnes touchées par une élévation du niveau marin, elles seront sans doute moins nombreuses à partir que les 600 millions véritablement exposés à une mer plus haute. Ironiquement, les zones les plus sensibles, les villes côtières, sont aussi des espaces d’accueil pour de nombreuses populations immigrées. (2)

Petits migrants, grande échelle.

Réponse à une lente dégradation des terres, à une sécheresse que l’on voit s’installer, à un processus de désertification, et à la pauvreté, une diversification des revenus portée par une mobilité circulatoire. La migration-circulation, mobilité temporaire effectuée sur une courte ou moyenne distance, devrait notamment dominer dans les régions caractérisées par une agriculture pluviale. Ces chefs de famille qui migrent vers les centres urbains ou vers d’autres zones d’activités, là où il existe un marché de l’emploi, travaillent quelques mois dans l’industrie ou la construction. Ils envoient régulièrement de l’argent à la maison.  D’autres travailleurs émigrent vers des régions agricoles, soumises à un calendrier des récoltes décalé.  En Chine, une étude du Ministère de l’Agriculture menée en 2004 estime que les revenus non agricoles, et les transferts d’argent en provenance des migrants, sont en train de dépasser la part des revenus de l’agriculture dans le budget des ménages. En Inde, ces versements extérieurs comptent déjà pour le tiers des revenus annuels des ménages les plus pauvres et des sans- terre. En Afrique, les revenus non agricoles représentent 30 à 50% du budget des familles rurales. Proportion qui grimpe à 80-90% pour l’Afrique du Sud. Au Bengladesh, à la fin des années 80, les gains du commerce, des services, et les transferts d’argent commencent à remplacer un revenu agricole, en baisse. Ces mouvements temporaires, circulatoires ou saisonniers, souvent oubliés des statistiques, fonctionnent déjà à grande échelle. Au début des années 90 en Thaïlande, le tiers des migrations temporaires est aspiré par Bangkok et sa région au cours de la saison sèche, quand la main d’œuvre rurale est moins précieuse. En Inde, chaque année, 20 millions de personnes émigreraient de façon temporaire, des régions sèches vers les régions irriguées, plus gourmandes en main d’œuvre. La mécanisation de l’agriculture et le développement du BTP  favorisent la mobilité vers les centres urbains. Dans l’Etat du Bihar , cette migration temporaire vers les villes est passée de 3%, au début des années 80 à 24% en 2000.(2)

Retour.

Une migration-circulation plutôt qu’une émigration internationale, et définitive. Car il existe aussi une forte aspiration au retour. Au Burkina-Faso, les migrants temporaires, ceux qui passent les frontières nationales, ceux qui émigrent en ville, et ceux partis travailler dans d’autres  campagnes, rentrent chez eux au cours des deux années qui suivent leur départ. Au Vietnam, le Delta du Fleuve Rouge est un réservoir de main d’œuvre temporaire qui alimente les villes et le secteur de la construction. Les émigrés s’absentent quelques moins, avant de revenir. A l’aube des années 2000, 60% des migrants employés dans l’industrie et la construction  des villes côtières chinoises rentrent chez eux chaque année. Seuls 15 à 30% ont l’intention de rester. Insécurité de l’emploi, coût de la vie, habitat précaire, les conditions d’existence en ville favorisent cette circulation. Pendant que la dégradation de l’environnement dans les campagnes continue de gonfler les flux vers les villes. Mais beaucoup imaginent un retour au pays. Des enquêtes menées dans les villes africaines montrent que, riches et pauvres, rêvent d’une propriété en brousse, souvent dans leur village d’origine. Une façon de se protéger contre les crises politiques et économiques, un investissement essentiel pour les plus pauvres. (2)

 

M.J

 

Il y a aussi ceux qui ne veulent plus rentrer……

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

(1) “Climate-Related Migration Often Short Distance and Cyclical, Not International”, World Watch Institute , 13-11-2012

http://www.worldwatch.org/climate-related-migration-often-short-distance-and-cyclical-not-international-0

(2) “Crisis or adaptation? Migration and climate change in a context of high mobility”,

Cecilia Tacoli, IIED, Prepared forExpert Group Meeting on Population Dynamics and Climate Change – UNFPA and IIED

In Collaboration with UN-HABITAT and the Population Division, UN/DESA

24-25 June 2009

http://www.unfpa.org/webdav/site/global/users/schensul/public/CCPD/papers/Tacoli%20Paper.pdf

 

(3)«  Vulnérabilité alimentaire et nutritionnelle des populations pastorales du Mali et du Burkina Faso : une approche par les risques », Abdrahmane Wane, Ibra Touré, Véronique Ancey, CIRAD-PPZS, Dakar – Sénégal,  Réunion du Réseau de Prévention des Crises Alimentaires au Sahel et en Afrique de l’Ouest, Accra, 14, 15 et 16 décembre 2010

http://www.food-security.net/medias/File/rpcaaccra2010Abdrahmane_Wane_CIRAD.pdf


Publié le 22 novembre 2012 par marlene dans Climat,Migrations.
Tags :: , , ,

Décroissance: « the less is much more »…

Bonjour,

“For Champions of Degrowth, Less Is Much More”, « Pour les champions de la décroissance, moins est beaucoup plus », titre un article d’IPS qui éclaire le concept. (1) « Degrowth » en Anglais. Cette pensée qui tourne le dos à la croissance n’apparaît, à priori,  pas très compatible avec nos sociétés ultra- développées, et ultra-accroc à la conso. Erik Assadourian, chercheur au World Watch Institute, où il dirige la publication « State of the World » (2), donne  la mesure du projet : « Un changement sociétal est essentiel dans un monde où 7 milliards d’humains épuisent la biocapacité de la terre et dont les écosystèmes-clé, climat, pêche, pollinisation, sources d’eau potable, menacent de rompre. » (1). Il ajoute : « En ne suivant pas activement le chemin de la décroissance, nous subirons un dérèglement incontrôlé du système mondial qui nous amènera beaucoup plus d’inconfort que l’ordre de la décroissance. » (1) Erik Assadourian est l’une des voix du World Watch Institute qui met en garde les pays développés, Etats-Unis en tête, contre les dérives d’un ordre économique assujetti à la croissance et à la consommation. La perspective d’une démographie augmentée de deux milliards d’individus vers le milieu du siècle devrait alourdir la charge d’une planète déjà dépassée. Dans un ouvrage intitulé « Les Limites à la croissance », les auteurs notent en préface que la consommation actuelle des ressources par l’homme excède de 20% la capacité de la planète. « L’humanité aurait donc connu pour la dernière fois un niveau de vie soutenable dans les années 80….Hélas, l’empreinte écologique des hommes continue à augmenter malgré les avancées technologiques et institutionnelles. C’est d’autant plus grave que l’humanité est déjà en territoire non soutenable ». (3)

 

Convaincre. Intellectuels et activistes de la décroissance se proposent donc d’emmener les pays les plus développés sur cette voie. Cette invitation  remet en cause une civilisation formatée par les politiques, les media, et les modèles, qui trouvent écho dans  des sociétés qui associent statut social et pouvoir d’achat. Terrain miné pour les promoteurs de  la décroissance  qui dénoncent l’accumulation et le gaspillage, qui transforment l’épanouissement personnel en capital, qui en appellent à une meilleure distribution des richesses. « Le principal défi de la décroissance est évident : comment convaincre les riches et les puissants d’être enclins à redistribuer – à l’intérieur des sociétés et entre elles. Tout le monde en profiterait si cette dynamique était changée », promet encore  Erik Assadourian. (1) Cette transition économique plaide pour un changement d’échelle. Une petite agriculture ou des jardins communautaires, alternative à une dépendance à la chaine alimentaire industrielle. L’échange, le recyclage, alternative à l’industrie du shopping. Ou encore le partage du travail, gain de temps pour les loisirs, et alternative au stress.  Quand les gens travaillent moins, ils gagnent moins, et ils consomment moins. Moins de gens dans les avions, des maisons plus petites, des voitures plus petites, ou des vies sans voiture. Mais pour parvenir à ce « moins qui fabrique du plus », il faut une politique qui accompagne ce changement, construit des bibliothèques, développe des transports en commun,  multiplie les voies cyclables et  les rues piétonnes. Dans le monde d’Assadourian, ces équipements publics seraient financés par les impôts des citoyens les plus aisés. Imparable, le tribut des plus solvables devrait  encore réduire la consommation de luxe et les déplacements. Les plus riches ont aussi la réputation de peser le plus sur l’environnement. Si la voie est tracée, la mise en œuvre est plus confuse. Comment passer d’une civilisation articulée à la croissance à une ère de décroissance ? Un mix entre les deux, expérimenté sur une période transitoire avant l’abstinence ? Certaines grosses économies, comme celle des Etats-Unis « devront » basculer vers la décroissance,  tout en dopant la croissance de secteurs alternatifs, les énergies renouvelables ou l’agriculture raisonnée. (1)

 

« Cittaslow ». Le concept de décroissance, qui chemine loin devant celui du développement durable en matière de sobriété, est même devenu « une condition nécessaire à l’élaboration d’un monde réellement prospère ». Précision de la présentation d’un colloque international réuni à Montréal, au Québec, en mai 2012. Cette rencontre, intitulée « Décroissance dans les Amériques », s’est appuyée sur les travaux de deux colloques précédents, Paris en 2008, et Barcelone en 2010. Car l’idée fait son chemin. Quelques pays, en Europe ou en Amérique du Nord, ont déjà amorcé une réflexion sur les possibilités de cette mutation. Cette proposition de société, démocratique et collective, a d’ailleurs trouvé un allié inattendu avec la crise financière qui secoue l’Europe et les Etats-Unis. S’il est question de produire et de consommer moins, invitation qui répond à un pouvoir d’achat en berne, il est aussi question d’une  justice sociale qui partage travail et richesses. Vitrines d’expériences encore marginales, les « Cittaslow », déclinées sur le mode du slow food de Carlo Petrini. La « Cittaslow »  est mouvement qui restitue l’espace urbain aux citoyens et aux piétons. Initié  dans une petite ville de  Toscane en 1999, il façonne un art de vivre autour du patrimoine, il privilégie l’espace public, l’accueil, ou l’économie locale. Près de 70 cités italiennes participent à cette expérience menée dans les villes de moins de 50.000 habitants. Ce réseau urbain s’est exporté,  en Espagne, en Suisse, en Allemagne, en Autriche, en Pologne, en Norvège, mais aussi en Corée du Sud, en Australie, ou en Nouvelle Zélande. Où il est devenu « Slowtown ». (4) L’Italie, berceau des « Cittaslow,  est aussi le pays qui a accueilli le 3° Conférence internationale sur la décroissance, réunie à Venise en septembre dernier.

 

« Alternatives au développement ». «  Nous trouverons le moyen, avec notre petit mouvement de décroissance des pays du Nord, pour nous aligner sur le mouvement de justice environnementale réclamé par les pays du Sud. » (5) A Venise, l’économiste catalan Joan Martinez-Alier s’est tourné vers les pays  moins riches.  Avec une question, comment projeter un modèle de décroissance sur des sociétés qui amorcent une dynamique de développement. Pour Joan Martinez-Alier, les activistes de la décroissance des pays industrialisés doivent articuler leur action aux mouvements sociaux des pays en devenir. Exemple, l’Amérique du Sud, au Pérou, au Brésil, en Argentine, au Chili ou en Colombie, où les nombreux projets d’extraction minière ont fabriqué une opposition active. L’économiste catalan parie sur une décroissance des pays du Nord, devenus moins gourmands en ressources exploitées en Amazonie, ou dans d’autres écosystèmes d’Amérique latine. Moins de besoins, moins de grands chantiers, et moins de pressions environnementales sur ces espaces. De leur côté, les communautés d’Amérique du Sud qui empêchent l’extraction minière, et les excès des infrastructures associées, évitent les pollutions liées à cette exploitation. Un bénéfice écologique pour tout le monde, Nord et Sud. Arturo Escobar anthropologue colombien impliqué dans le développement alternatif, mais résolument opposé à une vision formatée et imposée par le Nord, répond «  oui » au dialogue entre activistes occidentaux et mouvement sociaux du Sud. Et de préciser : « Dans le même temps, la vision de la croissance ne peut être rejetée par le Nord et considérée acceptable par le Sud ; le Sud n’a pas besoin de développement, il n’a pas non plus besoin de développement durable, il a besoin d’alternatives au développement. » (5)

M.J

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

(1) “For Champions of Degrowth, Less Is Much More”, Malgorzata Stawecka, IPS, New York, 07-11-2012 http://www.ipsnews.net/2012/11/for-champions-of-degrowth-less-is-much-more/

(2) “State of the World 2012: Moving toward Sustainable Prosperity”, Rapport 2012 du World Watch Insitute. http://www.worldwatch.org/stateoftheworld2012

(3) « Les limites à la croissance (dans un monde fini) », Donella Meadows, Dennis Meadows, Jorgen Randers,  Editions Rue de l’Echiquier, 2012.  Version française d’un rapport intitulé « The Limits to Growth (‘Les limites à la croissance’), étude commandée en 1972 par le Club de Rome. p 20.

(4) Cittaslow, Wikipedia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Cittaslow

(5) “South Invited to ‘De-Grow’”, Claudio Ciobanu, IPS, 25-09-2012, http://www.ipsnews.net/2012/09/south-invited-to-de-grow/


Publié le 14 novembre 2012 par marlene dans Décroissance.,Developpement,Exploitation minière
Tags :: , , ,

« Waste food », un vrai gâchis.

Bonjour,

 

Plus d’un milliard de tonnes. Depuis quelques temps  la FAO, l’organisation des Nations Unies  pour l’Alimentation et l’Agriculture, s’intéresse à une aberration majeure de  l’histoire humaine, le gaspillage de nourriture. Chaque année, plus de 1,3 milliard de tonnes de comestibles, le tiers des aliments produits dans le monde, l’équivalent d’un continent de bouffe devenu ou déclaré impropre à la consommation, part à la benne. C’est le constat d’un rapport de la FAO, « Pertes et gaspillages alimentaires dans le monde », paru en mai 2011. (1) Dans un contexte mondial où les prix alimentaires grimpent, réduire ce gâchis de nourriture dans les pays les plus pauvres aurait un effet immédiat sur les conditions de vie, et sur la sécurité alimentaire. Ce scandale du  « Waste food »  est largement relayé par les media.

 

Diviser par 2 le gaspillage. Les pertes et le gaspillage alimentaires, telles que posées par la FAO, ne concernent que les produits destinés à l’alimentation humaine. Le rapport note que le gâchis du consommable court tout au long d’une chaine alimentaire, accident de récolte dans le champ de cultures vivrières, ou steak périmé balancé à la poubelle par le consommateur. Il peut s’agir d’une moisson ruinée par une intervention tardive; de fruits abîmés par une manipulation brutale, aussitôt écartés du circuit; de céréales mal stockées devenus impropres à la consommation;  d’un processus de transformation défectueux; ou de légumes simplement restés en rade sur l’étal du détaillant. En fin de cycle, les dates limite de consommation, les fameuses DLC, forcent le gâchis dans les supermarchés et dans les frigos des particuliers. Selon une étude de la Commission européenne, le gaspillage alimentaire « made in Europe », 89 millions de tonnes annuelles, est d’abord le fait des consommateurs (42% ), talonnés par les industriels (39%), suivis de loin par les restaurateurs (14%) et les détaillants (5%). Le document, qui note que les foyers pourraient facilement réduire leur gâchis de moitié, rappelle aussi la paupérisation d’un continent,  où 16 millions de personnes dépendent des œuvres de charité pour s’alimenter. (2)

 

Géographie du gâchis. L’exemple européen introduit une géographie mondiale du gaspillage, dominée par les pays riches. Chaque année, les pertes alimentaires par habitant, Europe et Amérique du Nord, s’élèvent à près de 300 kg de nourriture, gâchis cumulé tout au long de la chaine alimentaire. Cette estimation tombe de moitié pour l’Afrique sub-saharienne, l’Asie du Sud, et l’Asie du Sud- Est. Plus la production alimentaire est élevée, plus le consommateur gaspille. Chaque année, 900 kg de nourriture sont destinés à un Européen ou à un  Nord-Américain. Contre 460 kg pour un Africain ou un Asiatique. Les premiers jettent une centaine de kg de nourriture par an, les seconds à peine une dizaine. Si globalement, pays industrialisés et pays en développement gaspillent autant, ils ne gaspillent pas au même moment du processus alimentaire. Question de climat, d’infrastructures, ou de civilisation. Les pays riches gâchent plutôt en fin de chaine, au niveau de la distribution des produits et de la consommation. Dans les pays à plus faibles revenus, les pertes interviennent après la récolte ou lors de la transformation des produits. Les denrées périssables sont plus difficiles à stocker sous des climats chauds et humides, quand les infrastructures de stockage existent. Elles sont aussi plus difficiles à transporter, et à conditionner. Les régions peuplées d’Asie du Sud et d’Asie du Sud- Est, dont l’alimentation repose sur le riz, enregistrent des pertes élevées au moment des récoltes et du stockage. Toujours dans l’espace asiatique, la nourriture d’origine animale, produite par un bétail soumis à de fréquentes maladies, pneumonie, appareil digestif, parasites, est gâchée en début de cycle. L’Europe et les Etats-Unis, où  l’on consomme la  plus grande quantité de steaks et de viandes diverses, détiennent un autre record : « Le gaspillage constaté au stade de la consommation représente à peu près la moitié de la totalité des pertes et gaspillages alimentaires. » (1a)

 

Afrique sub-saharienne. A l’échelle mondiale, les pertes et le gaspillage alimentaires restent difficiles à quantifier, à caractériser. Les données font défaut. Une meilleure connaissance de la chaîne du gaspillage permettrait,  sans doute, de diminuer la tension entre la production et la consommation de nourriture. Question d’actualité, plus de 870 millions de personnes souffrent de sous-alimentation chronique dans le monde (FAO, 2012). Question de démographie, la population mondiale devrait dépasser les 9 milliards à l’horizon 2050. (UN/Population, 2009)En attendant, le rapport mise sur l’éducation des paysans du monde en développement pour optimiser les récoltes et organiser le stockage. Mais, stockage, transports, transformation, ou conditionnement, les infrastructures pour améliorer la filière font défaut dans les pays pauvres. Dans les pays riches, le rapport invite à une prise de conscience : « Le gaspillage alimentaire par les consommateurs enregistré dans les pays industrialisés (222 millions de tonnes) est presque aussi élevé que le total de la production alimentaire nette enregistrée en Afrique subsaharienne (230 millions de tonnes) ».(1b)

 

M.J

 

Image de prévisualisation YouTube

 

(1) « Pertes et gaspillages alimentaires dans le monde ». Ampleur, causes, et prévention. Etude menée pour le Congrès International Save Food ! à Interpack 2011, Dudsseldorf, Allemagne. Conduite par le Sweedish Institute for Food and Biotechnology. (SIK) Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture – Rome 2012. http://www.fao.org/docrep/016/i2697f/i2697f00.htm

(1a) Chapitre 3 ? Ampleur des pertes et gaspillages alimentaires, p 8

(1b) Chapitre 3 ? Ampleur des pertes et gaspillages alimentaires, p 5

 

(2) Parliament calls for urgent measures to halve food wastage in the EU, Plenary Session Agriculture ? 19-01-2012 – 13:07,European Parliament News, http://www.europarl.europa.eu/news/en/pressroom/content/20120118IPR35648/html/Parliament-calls-for-urgent-measures-to-halve-food-wastage-in-the-EU 

Pour réduire les pertes et les gaspillages alimentaires, la FAO a lancé  « Save food ». Il s’agit d’une  collaboration entre les agences des Nations Unies, qui siègent à Rome, et leurs principaux partenaires. La Banque africaine de Développement, la Banque Mondiale, le PAM (Programme alimentaire mondial), ou l’Union Européenne participent à cette initiative planétaire. Des partenaires privés, comme l’industrie de l’emballage alimentaire, sont associés. Leur but est de développer un réseau qui travaille ensemble à réduire ce gâchis. L’initiative est relayée par un tapage médiatique.

 


Publié le 26 octobre 2012 par marlene dans Alimentation,crise alimentaire,déchets
Tags :: , ,

Sécurité alimentaire: Brésil, exemple, et contre-exemple.

Bonjour,

 

Recul de la faim. Environ 870 millions de personnes souffrent de sous-alimentation chronique dans le monde, la plupart originaires des pays les plus pauvres. C’est l’estimation de « L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde 2012 » publié il y a quelques jours, production de  la FAO,  l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et de deux autres agences onusiennes, (1) S’il n’y a pas de quoi pavoiser, la publication note cependant un recul de la sous-alimentation mondiale. En vingt ans (1990-1992 – 2000-2002), 132 millions de personnes sont sorties des statistiques de la faim. Dans l’espace en développement, la proportion de personnes ayant des difficultés pour se nourrir est  passée de 23% au début des années 90, à 15% deux décennies plus tard. En 2003, le recul de la faim est le pari de Luiz Inácio Lula da Silva, qui vient d’être élu à la tête du Brésil. Il y articule une politique de développement rural et de lutte contre la pauvreté.

 

Petite agriculture. « Nous allons créer les conditions nécessaires pour que tous les gens de notre pays puissent manger à leur faim, trois fois par jour, tous les jours, sans avoir besoin de dons de quiconque. Le Brésil ne peut plus continuer à vivre au milieu de tant d’inégalité. Nous devons vaincre la faim, la misère et l’exclusion sociale.».(2) Extrait du discours d’investiture du Président Lula da Silva, le 1er janvier 2003. Avec 170 millions d’habitants, le Brésil est le plus grand et le plus densément peuplé des Etats d’Amérique du Sud. Son statut d’économie émergente, qui annonce un niveau de vie croissant, dissimule mal 44 millions de personnes vivant dans un extrême pauvreté. Le quart de la population du pays. Dans ce grand espace, la production agricole se concentre dans le Sud, le Sud- Est, et plus timidement au Centre, quand les populations les plus exposées à la faim habitent le Nord et le Nord-Est du pays. Le Nordeste , cette région aride que ses habitants fuyaient pour échapper à la misère et à la faim. Ici, la production agricole ne  couvre pas les besoins essentiels de la population. Au Brésil, la petite agriculture occupe environ le quart des terres cultivables, et emploie plus de 70% de la main d’œuvre rurale. C’est elle qui produit l’essentiel de la nourriture consommée dans les familles brésiliennes.(OXFAM) C’est donc elle qu’il faut stimuler. Le Président Lula, né dans une famille pauvre du Nordeste, connait la difficulté à survivre des plus pauvres. (3) (4)

 

Pauvreté, sécurité alimentaire, économie rurale. En 2003, le Président Lula lance «FOME ZERO », un  programme qui combine réduction de la pauvreté, sécurité alimentaire, et petite agriculture familiale. Trois priorités intimement liées qui doivent remplir les ventres, développer l’agriculture vivrière, et impulser un marché local. Premier instrument de cette stratégie, la « Bolsa Familia » un ambitieux programme d’aide aux douze millions de familles les plus nécessiteuses. Chaque mois, chaque ménage reçoit une enveloppe de 20 $ afin d’accéder aux produits alimentaires de base. Cette aide se décline aussi dans les domaines de la santé, ou de l’éducation. « Alimentaçao Escolar », autre instrument de la dynamique Lula, fournit chaque jour plus de 47 millions de repas gratuits dans les écoles du pays. « Fotalecimento do Agricultura Familiar » doit remettre la petite agriculture sur pied, avec plus de produit, de meilleure qualité. Cette économie rurale permettra aux producteurs de gagner un peu d’argent en vendant leur production, tout en constituant des stocks agricoles pour parer aux pénuries. Les prix du marché local, soumis à contrôle, sont stabilisés. Lula, qui place la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté au cœur de son projet politique, fédère les forces vives de la Nation. Acteurs gouvernementaux, au niveau fédéral, au niveau des Etats, des municipalités, des villages ; membre de la société civile, ONG, associations, groupes religieux; ou acteurs du secteur privé, tout le monde est invité à suivre Lula. Cette vision du développement est approuvée par la Banque mondiale et la FAO, qui débloquent des crédits. La bonne santé économique du Brésil, qui permet de créer des emplois, de valoriser les salaires, et de donner un petit pouvoir d’achat aux indigents, porte cette stratégie. (2)(3)(4)

 

Moins 20 millions de pauvres. OXFAM et la FAO, qui détaillent le processus, en dressent un bilan élogieux,  « Bravo Lula ! ».Ils ne sont pas les seuls.  En 2009, en moins de dix ans, 20 millions de très pauvres ont échappé à leur condition. Le Brésil est ainsi parvenu à atteindre  la première phase des Objectifs du Millénaire pour le Développement, réduire de moitié la misère du monde, projection 1990-2015. Au Brésil, dès 2007, la faim perd du terrain, moins un tiers d’affamés par rapport au début des années 2000. La FA0 note que la petite agriculture familiale a permis d’augmenter les revenus paysans de  plus d’un tiers entre 2003 et 2009. Ce bilan, valorisé par le contexte socio-économique d’un Brésil très inégalitaire, laisse encore  une quinzaine de millions de personnes dans l’extrême pauvreté. Toujours en 2009, près du tiers des familles brésiliennes rencontrent des problèmes pour s’alimenter correctement. Si pour plus de 10 millions de personnes manger reste un défi quotidien, Lula a cependant fait reculer la faim et la pauvreté dans son pays. On lui doit aussi un recul de la malnutrition infantile, et du travail des enfants. (2) (3) (4)  La Bolsa Familia a notamment contribué à introduire plus de femmes sur le marché du travail, plus 16%. La gestion de la petite bourse gouvernementale a permis de les valoriser au sein de la famille. Elles y ont gagné en assurance, et en indépendance. (1)

 

Canne à sucre. Dans son ouvrage, «  Destruction massive », Jean Ziegler intitule froidement un chapitre : « La malédiction de la canne à sucre ». (5) Il écrit : « Au Brésil, le programme de production d’agrocarburants jouit d’une priorité absolue. » (5a). La canne à sucre, une culture très « rentable », est au cœur de cette production d’éthanol, destiné au parc automobile intérieur et à l’exportation. C’est le plan « Pro-Alcool ». C’est aussi une machine à concentrer des terres qui ne laisse aucune chance aux petits propriétaires. Selon Jean Ziegler, pendant la décennie 1985-1996, près de 5,5 millions de paysans auraient été expulsés de leurs terres, et près de 950.000 exploitations, « petites et moyennes », avalées par ce détournement de l’espace agricole. « L’insécurité alimentaire dans laquelle vit une grande partie de la population brésilienne est ainsi directement liée au programme Pro-alcool » (5b). Dans ces régions plantées de canne à sucre, les paysans, qui ne cultivent pas assez pour se nourrir, achètent des produits de première nécessité. Avec des prix qui fluctuent, et qui grimpent. « C’est ainsi qu’en 2008 les paysans n’ont pu acheter suffisamment de nourriture en raison de l’explosion brutale des prix. » (5b). Depuis 2007-2008, années de crise financière, de crise alimentaire portée par la sécheresse et la spéculation, le problème de la faim piétine à l’échelle mondiale. Constat de  « L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde 2012 » (1)

 

« Terre de la faim ».Jean Ziegler présente un autre Brésilien, Josue de Castro, médecin, anthropologue, Président de la FAO dans les années50, et grand agitateur de consciences sur le thème de la faim. Dans « Géopolitique de la faim », titre publié en portugais en 1950, il écrit : « La faim déterminée par l’inclémence de la nature constitue un accident exceptionnel alors que la faim considérée comme un fléau fabriqué par l’homme est la condition habituelle des régions les plus différentes du globe. Toute terre occupée par l’homme a été transformée par lui en terre de la faim. » (6)

 

M.J

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

(1) « L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde 2012 », publication de la FAO,  l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, du FIDA , le Fonds des Nations Unies pour le développement agricole, et du PAM, le Programme alimentaire mondial.

 

(2) « FOME ZERO- L’expérience brésilienne », Coordinateurs: José Graziano da Silva, Mauro Eduardo Del Grossi, Caio Galvão de França, Ministère du développement agraire Brasilia, 2012  http://www.fao.org/docrep/016/ap339f/ap339f.pdf

(3) Supporting Programmes for Food Security – Success story http://www.fao.org/spfs/national-programmes-spfs/success-npfs/brazil/en/

(4)Fighting hunger in Brasil- Much achieved, more to do – Oxfam Case Study – June 2010

 http://www.oxfam.org/sites/www.oxfam.org/files/cs-fighting-hunger-brazil-090611-en.pdf

(5) « Destruction massive, Géopolitique de la faim, Jean Ziegler, Seuil, octobre 2011, 5a : p263, 5b : p268

(6)« Geopolitique de la faim », Josue de Castro, 01-01-1971, Les éditions Ouvrières, Nouvelle édition revue et augmentée. Préface de Max Sorre. Préfaces des éditions américaine et anglaise de Pearl Buck et Lord John Boyd Orr. Trad. de Léon Bourdon. p59

Source carte économie agricole.

http://www.mar-br.chez-alice.fr/Bresil/bresil_economie.htm

 

Des discussions du Comité de la sécurité alimentaire mondiale se sont déroulées du 15 au 20 octobre 2012. Quelques uns des thèmes abordés. http://www.fao.org/bodies/cfs/39th-session/fr/


Publié le 19 octobre 2012 par marlene dans Actualité,Agriculture.,Alimentation,Brésil,crise alimentaire,FAO,Objectifs du Millénaire.
Tags :: , , ,

Riesco, couleur noir charbon.

Bonjour,

Des confins hospitaliers. C’est une île enchâssée dans une géographie de baies, de fjords, et de canaux, qui s’appuie au Sud sur le Détroit de Magellan, en Patagonie chilienne.   C’est  la région de Magallanes et de l’Antarctique, la plus méridionale du Chili, la plus froide aussi. Au Nord de l’île, le fjörd de Skyring, au Sud celui d’Otway, les deux reliés à l’Est par le canal de Fitzroy.  L’île s’ouvre au  Sud-Est sur la péninsule de Brunswick et, au-delà du Détroit de Magellan, sur la grande terre de Patagonie. Le port de Punta Arenas s’accroche lui au Nord-Ouest du Détroit de Magellan. L’ïle de Riesco, c’est son nom, est une île de taille respectable, plus de 5000 km², la quatrième du Chili. Ses vallées sont couvertes de forêts de hêtres. L’Ouest de l’île, qui s’inscrit dans l’arc de la cordillère des Andes, culmine à plus de 1800 mètres avec le Mont Atalaya. Il n’est peuplé que de glaciers. L’île comptait 57 km² d’étendues glacées dans les années 80, 40 km² aujourd’hui, rapporte une étude de 2002 qui pointe des températures à la hausse. La topographie de la partie Est est plus douce, le régime des pluies modéré. C’est dans cette partie de l’île que se sont établis les colons. Depuis le milieu du XIX° siècle, ces confins accueillent des populations européennes. Vers la fin du XIX° siècle, Punta Arenas, port commercial, est une ville importante et animée. Après 1914, l’ouverture du Canal de Panama facilite le voyage et rend ces terres plus accessibles. Croates, Allemands, Anglais,  Hollandais, Danois, Italiens, Espagnols ou Russes, attirés par les vastes pâturages de la région, s’y installent. A Riesco, les estancias exploitées par des particuliers, souvent des Croates, pratiquent l’élevage du mouton dans un paysage idyllique. (1) (2) (3)

 

Du charbon pour le Chili. Tout se gâte quand la COPEC, l’une des compagnies pétrolière et forestière les plus influentes du Chili, décide d’exploiter le charbon, pourtant de mauvaise qualité, de l’île Riesco. Elle est assistée dans ce projet par Ultramar, une compagnie maritime chilienne. Le Minera Isla Risco projette la construction à terme de cinq mines , dotées d’un port pour acheminer le charbon extrait. Les réserves évaluées à 300 millions de tonnes, permettent aux compagnies impliquées d’espérer 12 à 25 ans d’exploitation. C’est un projet estimé autour des 840 millions de dollars. En décembre 2009, l’aménagement du port reçoit un aval environnemental. Et en aout 2011, la préparation à l’exploitation du premier gisement reçoit un feu vert. A l’échelle du Chili, ce projet minier vise à alléger les importations  de charbon, et à réduire la dépendance énergétique. Le pays achète actuellement 96% du  minerai  destiné à produire de l’électricité à l’étranger, en Colombie, en Indonésie, en Australie. (3) Avec une production annuelle supérieure à 6 millions de tonnes, supposée sur 25 ans, l’exploitation du charbon de l’île Riesco devrait réduire de 30% les importations du Chili.  Estimations les plus optimistes. (3) (4) Ce projet s’intégrerait également dans le plan de développement de la région de Magallanes et de l’Antarctique, annoncé en décembre 2010 par un Président Pinera, formé à l’école américaine.(3) Mais les 800 emplois promis pour la construction des mines, et les 700 annoncés après leur mise en activité ne suffisent pas à calmer les opposants, pas décidés à brader leurs paysages.(3)

 

Pas contents. « Nous ne sommes pas opposés à des projets qui apportent du travail et participent au développement de la région », déclare le maire de Punta Arenas, Vladimiro Mimica en mais 2001, propos rapportés par le Patagon Journal. (3)« Cependant, nous nous opposons à un modèle économique qui nous est imposé sans discussion, analyse, et participation de tous ceux qui sont affectés. » poursuit-il. Pas consultés non plus la colonie de pingouins de Magellanes,, environ 10.000 vivent en périphérie de l’île, la baleine Humpback, autre familière des lieux, et quelques communautés de dauphins.

 

M ;J

 

Image de prévisualisation YouTube

 

(1) Islas Riesco, Wikipedia, http://es.wikipedia.org/wiki/Isla_Riesco

(2)Inventory of glaciers in isla Riesco, Patagonia, Chile, based

on aerial photography and satellite imagery, Gino Casassa,1, 2 Katrine Smith,1, 3 Andre¨ s Rivera,4, 2 Jose¨ Araos,4 Michael Schnirch,5 Christoph Schneider5, Annals of Glaciology 34 2002 #International Glaciological Society, http://www.glaciologia.cl/textos/casassa2002.pdf

(3) “Riesco Island conflict: Who decides Chile’s energy future?”,  Patagon Unbound, 0_-03-2011, http://www.patagonjournal.com/index.php?option=com_content&view=article&id=1832%3Aconflicto-de-la-isla-riesco-iquien-decide-el-futuro-energetico-de-chile&catid=60%3Aeditor&Itemid=264&lang=en

(4) Riesco Island Project, Chile, Mining Technology.com, http://www.mining-technology.com/projects/riesco-project/

Source carte des gisements de charbon sur l’île Riesco. :Map of Mineral Isla Riesco

 

 

 


Publié le 15 octobre 2012 par marlene dans Chili,Climat,Ecosystèmes.,énergie,Exploitation minière
Tags :: , , , ,

Les revendications du Japon sur la queue des Kouriles.

Bonjour,

 

La queue des Kouriles.

La dispute pour les îles Kouriles oppose la Fédération de Russie, qui a hérité de l’URSS, l’ex-Union soviétique, quatre îles réclamées par le Japon. Comme pour mieux souligner cette revendication territoriale, le Japon appelle ces îles les « Territoires du Nord ». Sur la carte, ces terres  qui ferment l’archipel des Kouriles , un arc insulaire qui s’étire sur 1300 kilomètres entre la Mer d’Okhotsk et le Pacifique Nord, semblent continuer l’insularité japonaise. Le dernier groupe d’îles en question prolonge d’ailleurs le cap de Nausappu, situé à l’Est d’Hokkaïdo, le territoire Nord de l’archipel nippon. Les îles de Kunashiri et d Etorofu sont les plus étendues, Shikoban  plus petite, et les Habomai sont des ilôts, dont l’un se situe à moins de 4 kilomètres des côtes japonaises. Occupées par la Russie, historiquement peuplées de communautés de langue japonaise, ces îles sont revendiquées par le Japon. La visite de Dmitri Medvedev, le Premier Ministre russe, sur l’île de Kunashiri au début de l’été 2012, épisode récent d’une querelle ancienne, n’a guère été du goût des Japonais. En apparence, ce différend rappelle une autre discorde en Mer de Chine orientale, entre la Chine et le Japon, qui se disputent les ilôts inhabités de Diaoyu/Senkaku, dont les environs sont dotés  de conséquents gisements de gaz et de pétrole. Mais la querelle des Kouriles, peuplées depuis longtemps, s’apparente plus à un héritage de la Seconde Guerre mondiale, quand décideurs et diplomates jouent avec les frontières en fonction des intérêts du moment. Même si la question de la pêche, la Mer d’Okhotsk est riche en poissons, n’est pas sans importance. (1) (2) (3)

 

Entre Russie et Japon.

En 1945, Yalta promet le Sud de l’île de Sakhaline et les Kouriles à l’Union soviétique de Staline, remerciement pour son offensive contre le Japon. Sans vraiment préciser le territoire de l’archipel. Un peu plus tard, le Traité de San Francisco (1951-1952) donne Sakhaline aux Soviétiques, et désigne les Kouriles Méridionales comme partie du territoire japonais. Lors des derniers jours de la guerre, l’URSS envahit les Kouriles. Plus de 17 000 Japonais sont expulsés de l’archipel, des civils et des soldats sont déportés  au Kazakhstan et en Ouzbékistan. L’URSS, qui pointe la présence américaine sur le sol japonais, met en doute la souveraineté du pays cet après-guerre. Staline refuse de  ratifier le Traité de San-Francisco. En 1946, le gouvernement soviétique confirme son gain territorial. Les relations diplomatiques entre les deux pays sont rompues. En 1951, l’URSS refuse toujours de signer un Traité de paix avec le Japon. D’un côté, les promesses de  Yalta confèrent un droit aux soviétiques sur les Kouriles, justifient les intéressés. Le Japon, qui a renoncé à ses prétentions sur les Kouriles par le Traité de San Francisco, prétend lui que les îles méridionales convoitées ne font pas partie de l’archipel.(1)(2) Dans la Géographie Universelle de R. Brunet (1994), dans un chapitre intitulé « Le Monde des îles », Philippe Pelletier interroge l’histoire de cette intermédiarité insulaire, entre Russie et Japon, qui ont su souvent s’entendre pour servir leurs intérêts.  Quelques dates tirées d’une histoire compliquée. (4)

 

Un voisinage longtemps équilibré.

En 1855, le Traité de Shimoda, signé entre la Russie des Tsars et le Japon des Shoguns, trace une frontière entre les îles Etorofu et Urrupu, située plus au Nord. Cet accord avalise le partage de Sakhaline entre les deux voisins. En 1875, le Traité de Saint-Petersbourg donne Sakhaline à la Russie, et les Kouriles au Japon. A l’issue de la guerre russo-japonaise (1904-1905), le Japon, vainqueur, prend le contrôle du sud de Sakhaline. Conquête non contestée par la Russie, et avalisée par le Traité de Portsmouth. Puis, les convoitises sur la Mandchourie contraignent à l’entente. En 1907, les deux pays s’engagent à respecter leurs frontières, avant de projeter leur zone d’influence respective en Corée, en Mandchourie, et en Mongolie. Le Japon, qui reconnaît l’URSS en 1923, une année après sa création, évacue ses troupes du Nord de  Sakhaline. Le Japon et la Russie coopèrent pour exploiter les richesses de Sibérie, les échanges s’intensifient. En 1925, l’URSS reconnaît le Traité de Portsmouth, et la présence japonaise dans le Sud de Sakhaline. Jusqu’en 1945, les deux pays travaillent, par intérêt partagé, à un voisinage équilibré. En aout 1945, Staline viole le pacte de non agression, signé avec le Japon en 1941. Lors des derniers jours de la guerre, l’armée soviétique se déploie dans son voisinage asiatique. L’archipel des Kouriles et le sud de Sakhaline sont occupés. (4)

 

Les aborigènes du Japon.

D’après Philippe Pelletier, un petit tour en Préhistoire révèle des communautés de chasseurs-pêcheurs-agriculteurs qui essaiment dans le Sud de Sakhaline, dans les Kouriles, et dans le Nord-Est du Honshu. Vers le X° siècle, ces populations Aïnou sont repérées dans le Hokkaïdo. Les Japonais, qui commencent à coloniser le Sud de l’île commercent avec eux. Les bénéfices de ce commerce, les perspectives d’autres transactions avec les Chinois, via la Sibérie, et les richesses d’une région encore intacte, contribuent à attirer d’autres populations japonaises. La communauté Aïnou fait les frais de ce peuplement. Malmenée, exploitée, elle amorce un déclin. Face au nouvel ordre qui s’impose, les révoltes sont vaines. Philippe Pelletier évoque un « ethnocide ».Au début du XIX° siècle, une immigration orchestrée par le pouvoir japonais, vise à développer Hokkaïdo. Il s’agit aussi d’occuper ce territoire, qui voisine avec la Russie. La communauté Aïnou ne résiste pas à une politique d’assimilation musclée. Isolée, sa population décline rapidement. Les Aïnous, plus de 21.000 1807, 16.000 au milieu du XIX° siècle, 18.000 personnes en 1917, ne sont plus que 16.000 après la Seconde Guerre mondiale.(4) C’est en 1946  que les Aïnous obtiennent les mêmes droits que les Japonais.(5) Pourtant, un siècle plus tôt,  lors du Traité de Shimoda, le Japon, qui veut garder les Kouriles, prétend que les Aïnous qui vivent sur ces territoires depuis longtemps sont Japonais, (5)

 

Peu d’enthousiasme pour le Japon.

« Les Territoires sont-ils ou non japonais ? », s’interroge Philippe Pelletier. « La question prend tout son sens lorsqu’on évoque enfin l’existence des Aïnous, les premiers occupants des Kouriles. Etorofu, la principale des îles incriminées, n’est-elle pas le symbole de la résistance des Ainous contre la colonisation japonaise ? » (4) Aujourd’hui les Aînou, Ainou et métissés, sans doute plus de 20.000 personnes, sont l’une des minorités d’un archipel des Kouriles dominé par les populations russes. En novembre 2005, le Hokkaïdo Shimbun effectue un sondage auprès des populations des trois îles des Territoires du Nord, la quatrième étant  inhabitée. Les personnes interrogées doivent donner leur avis sur l’éventualité d’un retour sous souveraineté japonaise. 80% des résidents de l’île d’Etorofu, et 63% de ceux de Kunashiri s’y opposent. Quand plus de la moitié des insulaires de Shikotan, réputés  plus en contact avec des populations connaissant le Japon, le souhaiterait. (2)

M.J

 

Image de prévisualisation YouTube

 

(1) Wikipedia, Iles Kouriles, / http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Eles_Kouriles

(2) Northern Territories / Kuril Islands

http://www.globalsecurity.org/military/world/war/kuril.htm

(3) “Un contentieux insulaire mjeur en Extrème-Orient les Kouriles”, Elisabeth Fouquoire-Brillet, Institut de Stratégie Comparée, Commission Française d’Histoire Militaire, Institut d’Histoire des Conflits Contemporains, non daté. http://www.stratisc.org/strat_050_FOUQUOIREJ.html 

(4)- Gentelle P., Pelletier Ph. (dir. Brunet R.) – Chine, Japon, Corée – Géographie Universelle – Belin/Reclus – 1994,  « Livre deuxième: Le Japon -Première partie: Des îles et des idées -Chap. 1. Le monde des îles » , Philippe Pelletier, p225-230 http://www.mgm.fr/PUB/GUV5.html

(5) Histoire des Ainous, Exposé rédigé par Jolan, Juin 2004. http://www.buta-connection.net/phpBB2/images-exposes/ainous2/Ainous_Partie2.pdf

 

Image de prévisualisation YouTube

Publié le 8 octobre 2012 par marlene dans Histoire.,Japon,Russie,Territoire
Tags :: , , , ,

Les rochers Liancourt entre Corée et Japon.


Bonjour,

Des rochers très surveillés. Les Sud-Coréens les appellent Dokdo, les îles solitaires. Elles se sont aussi appelées Usando, Hajido, et Sambongdo. Pour les Japonais, elles sont Teshima, les îles aux bambous. Les chasseurs de baleines français, qui naviguent sur cette mer en 1849, les nomment rochers Liancourt. Du nom de leur baleinier. Cette mer dans laquelle baignent ces îles, entre péninsule coréenne et archipel japonais, est d’ailleurs un sujet de discorde. Les Coréens l’appellent Donghae, la Mer de l’Est. Pour les Japonais, elle est la Mer du Japon. (1) Mais revenons à nos ilôts qui se composent de deux rochers principaux nés de l’activité volcanique, entourés d’une trentaine d’autres, plus petits. L’archipel s’étend sur une vingtaine d’hectares, la superficie d’une propriété à la campagne. Ces îles sont difficiles d’accès, battues par les vents et les pluies, soumises à une météo capricieuse. A première vue, ces rochers, hostiles et isolés, ne présentent guère d’intérêt. Ce n’est pas l’avis des Coréens, qui les occupent depuis 1954. Et qui entendent bien continuer à faire figurer ces confettis sur la carte de leur territoire national. Ce n’est pas non plus l’avis de ces Japonais qui rêvent de les intégrer à l’archipel nippon. Ces rochers, situés à plus de 200 kilomètres des côtes de la péninsule coréenne, et à un peu plus de 80 kilomètres de l’île d’Ulleung, sont distantes de plus de 150 kilomètres d’Oki, l’île la plus occidentale du Japon., et de 250 kilomètres des côtes du Honshu.  Peuplés de quelques garde-côtes et d’un vieux couple de pêcheurs, ces ilôts sont surveillés de près par la Corée. (2) (3

Querelle de territoire. Dokdo, mentionnée assez tôt dans l’histoire coréenne, est désignée vers le XV° siècle dans sa géographie. Au Japon, le nom de Dokdo apparaît au XVII° siècle. Mais c’est surtout au cours de la première moitié du XX° siècle, que Dokdo, ou Tokto selon les transcriptions, marque un temps important de la mémoire collective coréenne. Le Japon, dont l’influence progresse rapidement au XIX° siècle dans cette partie de l’Asie, s’approprie ces rochers en 1905. Ils les renomment Takeshima. Cette conquête est l’avant poste de la colonisation de la péninsule coréenne. En 1905, la Corée devient protectorat japonais, avant d’être annexée en 1910. Les Japonais pillent ses ressources et ses réserves agricoles, asservissent sa main d’œuvre et ses femmes, et programment la disparition de la culture coréenne. Ce temps long de l’histoire de la Corée, quatre décennies, s’achève en 1945. Après la Seconde Guerre mondiale, et  les hésitations des Etats-Unis, Dokdo ne figure pas sur le Traité de San Francisco. Le  Japon en profite  pour revendiquer ce territoire. En 1952, la Corée proclame sa souveraineté sur une partie de cette mer qui la sépare du Japon, et qui inclut les rochers de Dokdo. Depuis 1954, la Corée administre et garde jalousement l’accès à ce confetti territorial. En 1954, puis en 1962,  le pays refuse que la question de Dokdo soit examinée par  la Cour Internationale de Justice (CIJ), sur proposition du Japon. Ce tribunal mondial, chargé de régler les différends territoriaux, ne peut engager une procédure sans l’accord des Etats concernés.(2) (3) (4)

Touristes. En 2008, un article du New-York Times s’intéresse aux iles Dokdo, et à ces touristes coréens qui font la traversée, en signe de solidarité nationale: « Chaque jour, si le temps le permet, des centaines de Coréens du Sud embarquent à destination de ce groupe d’îlots pratiquement inhabitables, situés à sept heures de mal de mer du continent coréen. » (4) Les vagues sont si imprévisibles, décrit encore le narrateur, qu’un peu plus de la moitié des visiteurs peut accoster sur l’un des rochers pour une visite de 20 minutes. Pendant que les autres doivent se contenter d’un tour en ferry, en agitant des drapeaux coréens. En 2005, année du cinquantenaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, annoncée comme le temps de la réconciliation entre Corée et Japon, la Préfecture de Shimane fait du 22 février un jour dédié à Takeshima, piqure de rappel de la projection territoriale du Japon. Shimane est la préfecture qui a revendiqué Dokdo, quelques mois avant l’invasion japonaise de 1905. Puis, le Ministère de l’Education nationale du Japon approuve une révision de l’histoire dans des manuels scolaires. Les textes minimisent le passé colonial du Japon, et les crimes de guerre associés. En réponse, les rues de Séoul s’agitent, pendant que grandit un sentiment anti- Japonais. En août dernier, à quelques jours de l’anniversaire de la capitulation du Japon, le président sud-coréen, Lee Myung-Bak, fait le voyage jusqu’aux rochers. Il est le premier leader sud-coréen à y mettre les pieds. Tokyo se met en colère, convoque l’ambassadeur de Corée du Sud, et rappelle le sien en poste à Séoul. Le ton monte. Le Japon renouvelle sa demande d’un examen du contentieux territorial par la CIJ. Cette question de géopolitique régionale n’exclut peut-être pas quelques visées économiques : une extension de la ZEE, la zone économique exclusive associée à Dodko, l’accès à des eaux poissonneuses et à quelques réserves d’hydrocarbures situés à proximité des rochers. (3) (4)

Peur. Globalsecurity.org, site commercial américain qui s’intéresse aux questions de stratégie, et à cette querelle de territoire, synthétise la position des nationalistes coréens. (3) Selon eux, l’acharnement des Japonais à réclamer Dokdo  s’inscrirait dans une vision stratégique qui fait écho à l’invasion de 1905. La diplomatie japonaise actuelle, ou les relations diplomatiques que le Japon entretient avec la Corée, rappellent la tradition  impérialiste nippone. Dokdo, ne serait pas seulement un différend territorial, mais une querelle de Nations. En défendant Dokdo, et la souveraineté de la Corée du Sud, les nationalistes s’opposent à ce qu’ils considèrent comme la nouvelle diplomatie impérialiste du Japon.(3) Un point de vue intitulé « Les îlots Dokdo ou le fantasme de la reconquête japonaise », signé Pascal Dayez-Burgeon,  publié dans Libération par le 18 septembre dernier, contextualise cet argument : « En fait, Dokdo est révélateur d’une peur profondément ancrée dans la conscience collective des Coréens : celle d’une reconquête de leur pays par le Japon. L’histoire ne leur donne pas tort. » Le chercheur évoque une mémoire collective coréenne traumatisée par les nombreux assauts d’un Japon expansionniste. Ces agressions, caractérisées dès le XIII° siècle, répétées au XVI° siècle, se manifestent violemment au début du XX° siècle. Depuis, le Japon projette son ombre sur la Corée, s’insinue dans sa mémoire collective, et contrarie peut-être son destin national. « Il y a loin, bien sûr, du fantasme à la réalité. Que l’on sache, la reconquête japonaise n’est pas à l’ordre du jour. L’affaire Dokdo n’en souligne pas moins un profond malaise.» nuance le chercheur, qui s’interroge sur l’avenir d’une péninsule coréenne, entre Chine et Japon. (6)

M.J

 

Difficile de trouver une video simplement informative !

 

Image de prévisualisation YouTube


 

(1) A lire : Philippe Pelletier : « Mer du Japon, mer de l’Est ou bien quoi ? La toponymie asiatique confrontée à son Extrême-Orient » Résumé de la communication du 9 octobre 2009 , à l’Institut d’études politiques de Lyon. http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article1241

(2)Liancourt Rocks, Wikipedia, http://en.wikipedia.org/wiki/Liancourt_Rocks

(3) Liancourt Rocks / Takeshima / Dokdo / Tokto http://www.globalsecurity.org/military/world/war/liancourt.htm

(4)Liancourt Rocks Dispute, http://en.wikipedia.org/wiki/Liancourt_Rocks_dispute

(5)« Desolate Dots in the Sea Stir Deep Emotions as South Korea Resists a Japanese Claim” Choe Sang-Hun, The New York Times, 30-08- 2008 http://www.nytimes.com/2008/08/31/world/asia/31islands.html?pagewanted=all&_moc.semityn.www

(6)« Les îlots Dokdo ou le fantasme de la reconquête japonaise », Pascalo Dayez-Burgeon, Directeur adjoint de l’Institut des sciences de la communication du CNRS, Libération, 18-09-2012http://www.liberation.fr/monde/2012/09/18/les-ilots-dokdo-ou-le-fantasme-de-la-reconquete-japonaise_847200

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Publié le 1 octobre 2012 par marlene dans Actualité,Japon
Tags :: , , , , , ,