Environnement
Un blog sur la géo-environnement

Forêts d’Ethiopie.

Bonjour,

Les forêts, 31% de la superficie du globe – dont plus du tiers en forêts primaires -, abritent 80% de la biodiversité terrestre, et hébergent 300 millions d’humains. L’ONU décide que 2011 sera l’année des forêts. Lancement officiel lors de la 9° cession du Forum des Nations Unies sur les Forêts ( FNDF), qui se déroule du 24 janvier au 4 février. L’occasion d’un zoom sur la situation en Ethiopie, où le couvert forestier a particulièrement été malmené. En attendant que le reboisement annoncé oxygène à nouveau le pays.

Démographie et pauvreté.

En Ethiopie, la couverture forestière représenterait moins de 4%, d’un territoire étendu  sur environ 1 million km². (1)  Vers 2008, les forêts éthiopiennes continuaient de diminuer au rythme de plus de 140.000 hectares par an. (2) (3) En un siècle, le pays aurait perdu plus du tiers de son poumon vert. La démographie, la mise en valeur du pays, les crises politiques, et la pauvreté expliquent une déforestation ancienne. Des années 50 au milieu des années 70, la population augmente, l’agriculture se modernise, des communautés rurales s’éparpillent, et l’on construit des routes. Conséquence, la forêt recule. Une redistribution aléatoire des terres participe au processus. Après 1974, et la Révolution éthiopienne, les populations colonisent un peu plus les forêts, tandis que les plantations de café s’installent à la place des arbres. Aujourd’hui, l’industrie du bois, l’agriculture, l’élevage, l’exploitation du pétrole, le développement des villes et des villages continuent de faire tomber des arbres. Une déforestation qui tient surtout en deux mots, démographie et pauvreté. Une population qui dépasse sans doute les 80 millions d’habitants (2010), grosse démographie du continent, a besoin de terres pour se nourrir. Conséquence, l’agriculture s’installe à la place des forêts. Les sécheresses répétitives handicapent encore cette économie agricole. Et syndrome de pays pauvre,  où la moitié de la population survit, le bois est le principal combustible des ménages, qui s’en servent pour cuisiner. Il constitue aussi un matériau de construction bon marché, facile à exploiter. Esquisse d’une déforestation que le gouvernement s’empresse à inverser.

Sensibilisation et revenus.

Depuis une décennie, les Autorités orchestrent un reboisement à grande échelle qui mobilise citoyens, agriculteurs, coopératives agricoles, ou organisations gouvernementale. Tout le monde, ou presque, se met à planter des arbres. Une activité qui aurait augmenté le couvert forestier de 4% en 2005.(1) (2) Et de 9% en 2010. (1) (3) On parle d’un à deux milliards de jeunes plants mis en terre. (3) En 2007, le gouvernement adopte sa première politique forestière. Initiative qui s’accompagne d’un travail de sensibilisation auprès des citoyens, qui commencent à s’intéresser aux arbres. Dans le Nord du pays, à Tigray et Amhara, deux régions où les forêts ont été agressées par l’agriculture et les guerres civiles, la situation s’améliorerait. Mais ces efforts de reboisement sont loin de convaincre tout le monde. Un article intitulé « Ethiopie : Restaurer le couvert forestier », daté de septembre 2010, cite l’USAID, une agence de développement américaine très présente sur le terrain: «L’état des ressources forestières doit être considéré comme étant en danger». (3) Crainte exprimée ailleurs dans l’article. Un représentant de la société civile, engagé dans la récupération des terres communautaires et la biodiversité, confirme : «La tendance en Ethiopie est toujours vers la déforestation ». (3) Même si l’intérêt pour la conservation des forêts progresse dans le pays, tendance relevée par d’autres observateurs, la motivation essentielle pourrait être formulée par un paysan éthiopien: « Je comprends que la plantation d’arbres aide à maintenir l’équilibre écologique, mais je le fais pour gagner un revenu supplémentaire afin de couvrir le coût croissant des engrais ». (3)

M.J

Le Biogaz, une alternative au bois….

Image de prévisualisation YouTube

(1) Household forest values under varying management regimes in rural Ethiopia, EFD (Environment For Development) http://www.efdinitiative.org/research/projects/project-repository/household-forest-values-under-varying-management-regimes-in-rural-ethiopia

(2) Ethiopia Forest Information and Data, Mongabay http://rainforests.mongabay.com/deforestation/2000/Ethiopia.htm

http://rainforests.mongabay.com/20ethiopia.htm

(3) L’Ethiopie est, avec le Nigeria et l’Egypte, l’un des pays les plus peuplés du continent africain.

(4) « Ethiopie: Restaurer le couvert forestier », Omer Redi , All Africa, 23-10-2010 »http://fr.allafrica.com/stories/201009230936.html

(5) Déforestation en Ethiopie, Wikipedia. http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9forestation_en_%C3%89thiopie


Publié le 31 janvier 2011 par marlene dans Afrique,déforestation
Tags :: , , ,