Environnement
Un blog sur la géo-environnement

L’énergie (presque) propre d’Obama.

Bonjour,

Aux Etats-Unis, la loi sur « l’énergie propre » a été adoptée la semaine dernière par la Commission de l’Energie et du Commerce de la Chambre des Représentants. Premier examen réussi, en attendant l’avis d’autres Commissions, et celle du Sénat.

Ce projet de loi, inscrit dans une stratégie globale de lutte contre le réchauffement climatique, engagerait les USA à réduire de 17% leurs émissions de GES d’ici à 2020, par rapport à leur niveau de 2005. Parenthèse, soit une réduction de 6% par rapport à 1990, quand l’Union Européenne propose 20%  pour la même période. Toujours en référence à 2005, les Etats-Unis souhaitent faire chuter leurs rejets de 83%, d’ici 2050. Ce texte obligerait encore les fournisseurs d’électricité à puiser dans les sources renouvelables, le soleil et le vent, 15% annoncé d’ici 2020. Au cœur de ce nouveau programme énergétique, le « cap and trade ». Ce système devrait permettre de réduire graduellement la production de CO² des gros pollueurs, raffineries, sidérurgie, ou complexes industriels, en limitant leurs émissions. Au-delà du seuil autorisé, les entreprises devront acquérir des « droits à polluer », achetés chez des concurrents plus sobres. De grandes compagnies américaines, Alcoa, DuPont, Caterpillar Inc, et quelques fournisseurs d’électricité, ont déjà accepté le principe de ce marché du carbone. (1)

Les partisans de ces réformes misent le «cap and trade », et sa logique du marché, pour diminuer les rejets de gaz à effet de serre. Les industriels, qui polluent au-delà de la limite admise, devront acheter des droits d’émission à d’autres compagnies, qui pourront tirer profit de ce commerce. D’où, l’incitation pour les entreprises à réduire leurs émissions, puisqu’elles pourront revendre leurs surplus. Sans compter que ces « permis » sont pratiquement donnés par le gouvernement américain. (2) Si on comprend bien l’argument économique, on perd un peu la finalité d’un processus qui vise à réduire les émissions globales de GES …Et non à refiler ses droits à « plus pollueur » que soi.

Les opposants au projet developpent le arguments traditionnels, menace d’un ralentissement de l’économie américaine, et hausse des prix de l’énergie, avis aux consommateurs. Ils agitent le spectre des délocalisations. Ces nouvelles contraintes pourraient chasser des industries gourmandes en énergie vers des pays moins chers et plus tolérents, l’Inde ou la Chine. D’autres défendent la mise en place d’une taxe sur les carburants fossiles, jugée plus simple à mettre en place que le « cap and trade ». (2) Mais qui, selon certains conservateurs, aurait un impact dévastateur pour les communautés rurales, qui utilisent beaucoup de fuel pour l’agriculture et les transports. A l’opposé, les environnementalistes jugent ce projet de loi insuffisant. Selon eux, on aurait pu faire mieux pour réduire les émissions de carbone, et augmenter la part du renouvelable. Mais, une majorité politique semble applaudir un texte, à la fois contraignant, et politiquement acceptable. (1) A la clé de cette transition vers une économie plus « soutenable », les millions de « green-jobs » promis par Barack Obama. Petite contrariété dans ce plan d’énergie propre, le charbon, qui permet de produire la moitié de l’électricité américaine. Et si les Etats-Unis cherchent des solutions pour un « charbon propre », Al Gore n’y croit pas. Le charbon propre, c’est comme les cigarettes bonnes pour la santé….

Image de prévisualisation YouTube

En attendant un « charbon propre », Barack Obama souhaite faire oublier les années perdues par l’administration Bush. Il affiche son intention d’associer les Etats-Unis à la lutte contre le réchauffement climatique. En perspective, la Conférence internationale sur le climat de Copenhague, en décembre prochain, qui décidera de l’après- Kyoto. Les Etats-Unis, et la Chine, les deux principaux pollueurs de la planète, en marge des engagements de Kyoto, seront les bienvenus pour formuler un nouveau pacte sur le climat.

M.J

(1) “U.S. House panel approves climate change bill”, 22-05- 2009, Vicky Allen, Reutershttp://www.guardian.co.uk/business/feedarticle/8520466

(2) « Putting a Price on Carbon: An Emissions Cap or A Tax?” http://e360.yale.edu/content/feature.msp?id=2148


Publié le 25 mai 2009 par marlene dans Actualité,énergie,USA
Tags :: , ,