Environnement
Un blog sur la géo-environnement

CO²: Les Nations Unies en font des tonnes…

Bonjour,

A quelques jours du RIO+20 la méga-conférence internationale sur le Développement Durable, finalisée au Brésil du 20 au 22 juin prochain, les Nations Unies entendent bien montrer l’exemple. Et commencer par faire ce qu’ils recommandent aux autres : économiser les ressources et réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre. Pour limiter les trajets en avion, et les émissions de CO² assorties, l’organisation internationale envisage de limiter sa participation à 1400 personnes, sur une fréquentation attendue  autour des 50.000 personnes, des représentants de la société civile à ceux de grands groupes industriels. Ce choix d’une représentation réduite, qui devrait cependant produire autour de 3600 tonnes de CO², en grande partie conséquence du transport aérien, signale la volonté de réduire le train de vie de l’ONU. (1) En 2010, un rapport « maison » estime que l’organisation, qui compte environ 200.000 employés,  une cinquantaine d’agences dans le monde éclatées en quelques centaines de représentations sur le terrain, rejette l’équivalent de 1,8 millions de tonnes de CO². Dont plus de la moitié liées aux déplacements en avion. (2) Avec une moyenne de 4,2 tonnes par employé, (1) l’équivalent du rejet  CO² par habitant de la Guyane française en 2007. (3) Et pour faire oublier les 3600 tonnes de CO² lâchées pour le Rio+20, les Nations Unies envisagent de les racheter via le CEOI (Carbone Emission Offsetting Initiative), un nouveau système de compensation carbone proposé par le PNUD,  le Programme de Développement des Nations Unies, dans le cadre de la coopération Sud-Sud . Pour les Nations Unies, il s’agit d’organiser un voyage à Rio « carbone neutre », une initiative appelée « climate neutral U.N. participation at Rio+20 ».

 Ce souci de moins peser sur l’atmosphère intervient dans un contexte tendu. Selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), qui publie le « World Energy Outlook  2011 », la demande  mondiale d’énergie primaire a grimpé de 5% en 2010, entraînant avec elle la courbe des émissions de CO. Ce malgré la crise économique mondiale. (4) En 2011, elles ont augmenté de 3,2% pour dépasser les 31 milliards de tonnes. La Chine, qui continue d’alimenter sa machine industrielle au charbon, est le premier responsable de cette hausse. Ses émissions ont augmenté de plus de 9%. Réactives aux énergies fossiles, les émissions de CO² obéissent aussi au contexte. Le Japon de l’après-Fukushima, qui consomme moins de nucléaire et plus de combustibles fossiles, voit ses émissions de CO² augmenter de 2,4% au cours de l’année 2011. Aux  Etats-Unis, second pollueur après la Chine, le gaz naturel qui remplace le charbon dans les centrales électriques, le ralentissement de l’économie, et un hiver clément, ont fait tomber les émissions de 1,7% en 2011. Même tendance en Europe, moins 1,9%, résultat d’une économie en récession et d’un hiver clément. Mais dans la Chine des années 2005-2011, les émissions de carbone rapportées au point de PIB – l’intensité carbone  – ont baissé de 15%. (5) Pour limiter la hausse moyenne des températures à 2°C, par rapport à celles de l’ère pré-industrielle, l’AIE invite la communauté internationale à réagir sans tarder. Renouvellement du parc énergétique au profit de technologies plus sobres en carbone, et efficacité énergétique. Mais, « La principale contribution à la réalisation des objectifs de sécurité énergétique et de protection du climat vient de l’énergie que nous ne consommons pas. » (4) Un Rio+20 sous forme de vidéoconférence ?

M.J

 

Image de prévisualisation YouTube

 

(1) “U.N. Aims To Offset its Own Carbon Footprint”,  Thalif Deen, United Nation, IPS, 01-06-2012 http://ipsnews.net/news.asp?idnews=108005

(2) “UN Publishes Greenhouse Gas Emission Figures and Highlights Progress towards Climate Neutrality”, UNEP, News Centre, New-York, 22-04-2012, http://www.unep.org/Documents.Multilingual/Default.asp?DocumentID=2678&ArticleID=9110&l=en

(3) Liste des pays par émissions de dioxyde de carbone par habitant http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_%C3%A9missions_de_dioxyde_de_carbone_par_habitant

(4) « World Energy Outlook 2011 », International Energy Agency, résumé en Français http://www.iea.org/weo/docs/weo2011/es_french.pdf

(5) 2011 Global CO2 Emissions Reach Record Level, Led By China, Michel Rose, Reuters, 24-05-2012, from the huffingtonpost   http://www.huffingtonpost.com/2012/05/24/2011-global-co2-emissions-china_n_1542785.html


Publié le 11 juin 2012 par marlene dans Actualité,Climat,énergie
Tags :: , , , , ,

Le Japon se rapproche de Kyoto.

Bonjour,

Le Japon annonce une réduction de 25% de ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020, par rapport à leur niveau de 1990. Yukio Hatoyama, le futur Premier Ministre étiqueté Parti Démocrate du Japon (PDJ), une formation de centre-gauche sortie victorieuse des législatives du 30 août dernier, souhaite que le Japon contribue à l’effort international engagé contre le changement climatique. Taro Aso, son prédécesseur conservateur, inspiré par le lobby industriel, proposait moins 8% d’ici à 2020. La seconde économie mondiale, cinquième grand pollueur planétaire après la Chine, les Etats-Unis, l’Inde, et la Russie, et mauvais joueur dans les grandes conférences internationales sur le climat, rejoint le clan des pays industrialisés concernés par le réchauffement. C’est plutôt une bonne nouvelle dans la perspective de Copenhague en décembre prochain, une conférence sur le climat qui va décider de l’après-Kyoto, et de l’après 2012. (1)

Une société qui évolue.

Au Japon, la société civile n’a pas attendu le changement de cap impulsé par le nouveau chef du gouvernement pour se soucier de climat, et d’environnement. Dans un article paru dans le Japan Times, Junko Edahiro, « Madame Environnement » du Japon, traductrice du livre d’Al Gore, « Une vérité qui dérange », témoigne de cette société qui évolue.(2) Elle dirige Japan for Sustainability (JFS), une ONG créée en 2002 qui collecte, d’Hokkaido à Okinawa, les initiatives économes en carbone. Le site de JFS abonde en exemples. A Nagoya, les employés de la ville sont invités à se déplacer à vélo, avec prime de déplacement pour ceux qui acceptent un parcours sportif, rien pour les autres. Résultat, depuis 2003, l’usage de la bicyclette a progressé de 50%, quand celui de la voiture baissait de 25%. A Tokyo, une société de parking a lancé un système de co-voiturage dans le centre-ville. La Tokyo Gas and Co, une compagnie de gaz, expérimente un système solaire sur l’un de ses édifices situé à Kumagaya. Cette installation, qui optimise le chauffage et la climatisation du bâtiment, sert aussi à chauffer l’eau. En attendant une prochaine commercialisation. Le site de JFS rapporte encore la mise à disposition d’une technologie améliorée, « PV Roadmap Toward 2030+, » afin de développer le photovoltaïque au Japon à horizon 2050. Junko Edahiro témoigne encore de l’effort des banques, taux d’intérêts moins élevés, épargne mieux rétribuée, pour aider les industries locales et les communautés à limiter leurs rejets de CO². D’autres récompensent une réduction de la quantité d’ordures ménagères produite par la communauté. Sur le plan national, en 2005, le gouvernement a lancé l’initiative « Cool Biz ». Cette campagne incitait les businessmen à laisser leur cravate et leur veste dans l’armoire, pour soulager la climatisation du bureau. Une étude rapporte que près de moitié des businessmen sont allés travailler, habillés « plus léger ». (3) Plus récemment, une autre campagne incite les consommateurs à acheter de l’electro-ménager moins gourmand en énergie. Ce choix est récompensé par des « éco-points », en principe convertibles en yens.(4) Sans parler des voiture hybrides qui « font un carton » au Japon.

Développement et climat.

Pour Junko Edahiro, le problème du Japon n’est pas la « conscience environnementale ». Une enquête révèle que 96% de la population se préoccupe du réchauffement et du changement de climat. Junko Edahiro attribue ce niveau de conscience, record, à l’homogénéité de la société japonaise. Mais peu importe les statistiques, « Madame Environnement » sait qu’il reste à convertir cette « conscience écologique » en action d’envergure. Les multiples initiatives en faveur de l’environnement ne contrebalancent pas une dynamique économique, basée sur la croissance. Le lobby industriel, qui a longtemps freiné des engagements contraignants, s’inquiète des annonces du futur Premier Ministre.(5) En 2007, le WWF estime que les émissions du Japon auraient augmenté de 8% entre 1990 et 2005.(6) Quand le Protocole de Kyoto engageait le pays à les réduire de 6% à l’horizon 2012. (1) Une petite contradiction qui n’empêche pas le Japon de conditionner son aide aux pays en développement à la lutte contre le changement climatique, en Afrique, en Asie, ou dans le Pacifique. Son plan « Cool Earth Partnership », lancé en 2008, incite les pays pauvres à concilier développement économique et réchauffement climatique. Il est question de « déforestation », de « développement propre », de « transfert de technologie », et « d’aide à l’adaptation à l’impact du changement climatique ». A l’annonce de ce plan, un réseau d’ONG africaines avait commenté : « l’Afrique continuera de souffrir tant que et autant que le Japon continuera de causer le réchauffement mondial ».(7)

M.J

En Juillet 2008, le G8 se réunit à Hokkaido, au Japon. A Sapporo, des militants déguisés en dirigeants, lancent des tonnes de CO² dans les airs….

Image de prévisualisation YouTube

(1) “Japan sets ‘weak’ climate target “, Richard Black , Environment correspondent, BBC News, Tokyo, http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/8092866.stm

(2) “Asia‘s first lady of the environment”, Stephen Hesse, Japan Times, 26-11-2008.

http://search.japantimes.co.jp /cgi-bin/fe20081126sh.html

(3) “Workers eagerly embrace ‘Cool Biz’”, Japan Times online, 19-08-2005

http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/nb20050819a6.html

(4) “Eco-points stimulus plan kicks off”, Kyodo News, 16-05-2009. http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/nb20090516a2.html

(5) Japan sets ‘weak’ climate target “Richard Black Environment correspondent, BBC News, Tokyo, http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/8092866.stm

(6) « Les pays du G8 épinglés sur leur politique de lutte contre le réchauffement climatique. », Le Monde/AFP, 05-06-2007.

(7) « Le Japon confirme son aide aux pays africains », Noel Kokou Tadégnon, IPS, 28-08-08
http://ipsinternational.org/fr/_note.asp?idnews=5021


Publié le 15 septembre 2009 par marlene dans Actualité,Climat,Japon
Tags :: , , ,