Environnement
Un blog sur la géo-environnement

Vers un monde plus renouvelable.

 

Bonjour,

Entre 2011 et 2012, la demande mondiale en énergies renouvelables a encore augmenté, constat du rapport REN21’s Renewables 2013 Gloabal Statut Report qui pointe les grandes tendances  de l’année écoulée et évalue les investissements. (1) Fin 2011, les renouvelables représentent 19% de l’énergie consommée dans le monde. Un peu plus de 9% de ce total provient de la biomasse traditionnelle, comme le bois ou les végétaux utilisés pour  le chauffage et la cuisine dans les zones rurales de l’espace en développement. Environ 5% de la consommation mondiale d’énergies alternatives provient du renouvelable moderne – petit hydraulique, biomasse moderne , vent, soleil, géothermie, et carburants d’origine végétale -, converti en électricité ou en chaleur. L’hydroélectricité contribue à 3,7% de ce total. Dans un nombre croissant de pays, les renouvelables ont cessé d’être des options pour devenir des solutions énergétiques, soutenues par une politique nationale. Le rapport note que le renouvelable moderne peut se substituer aux fossiles et au nucléaire sur quatre marchés distincts : la production d’électricité, le secteur du chauffage et du refroidissement, le carburant destiné aux transports, et le raccordement au réseau énergétiques des zones rurales privées d’accès. Et, surprise, la 4° source d’énergie mondiale, après le pétrole, le charbon, et le gaz naturel, est la biomasse, qui continue de progresser dans le bâtiment, l’industrie, ou les transports.

Des technologies moins chères.

Au cours de la période 2008-2012, la capacité installée de nombre d’énergies renouvelables a connu une forte croissance, tirée vers le haut par la production d’électricité. Pendant ces cinq années, la capacité du solaire photovoltaïque a progressé à un rythme annuel de 60%, celle du solaire thermique à plus de 40%, et 25% pour l’électricité d’origine éolienne. L’hydroélectricité, la géothermie, et la bioélectricité augmentaient à un rythme plus lent. Dans le même temps, la demande mondiale se faisait plus pressante dans les secteurs du chauffage et du refroidissement, réclamant plus de systèmes solaires thermiques, de pompes à chaleur géothermiques, ou de technologies bioénergétiques. La capacité des capteurs solaires vitrés, destinés à produire de l’eau chaude, a augmenté de 15% chaque année. Les pompes à chaleur puisant dans les eaux souterraines ont progressé de de 20% par an au cours de la période 200-2012. Cet engouement pour les énergies vertes, porté par un contexte de développement alternatif aux énergies fossiles et de crise climatique, s’explique aussi par une réduction des coûts de production. Economies d’échelle, innovations technologiques, et concurrence accrue, les turbines éoliennes et les panneaux photovoltaïques  sont devenus beaucoup plus abordables sur le marché. L’engagement de certains Etats à introduire le renouvelable dans leur mix énergétique favorise encore cette transition. Actuellement, 138 pays s’orientent vers les énergies alternatives, dont les 2/3 dans l’espace en développement.

Chine, Etats-Unis, Allemagne.

Le renouvelable est une solution énergétique qui progresse en Asie, en Amérique du Sud, au Moyen Orient, ou en Afrique. Certains pays, plus riches ou plus visionnaires, dominent le marché. En 2012, la Chine, les Etats-Unis, le Canada, et l’Allemagne sont les leaders mondiaux de la capacité en électricité renouvelable. La Chine, qui accueille environ 1/5° de la capacité mondiale, en tire 20% de son l’électricité, dont 17% est produite par les barrages. En Chine, la production d’électricité d’origine éolienne a progressé plus que celle issue du charbon, et devance le nucléaire pour la première fois. Aux Etats-Unis, plus de 12% de l’électricité  provient d’une source renouvelable. Une tendance en progression, le pays a largement misé sur le vent pour augmenter sa capacité. En Allemagne, 23% de l’électricité consommée est d’origine renouvelable. C’est plus que le nucléaire, le gaz, ou le charbon. L’Allemagne est aussi le 3° marché mondial pour les investissements dans les énergies alternatives. L’Espagne, pourtant bien lancée dans la course aux renouvelables, ralentit le rythme. La crise économique et un changement d’orientation politique expliquent cette tendance.

Réseaux alternatifs.

Dans les pays de l’Union Européenne, un nombre croissant d’entrepreneurs et de consommateurs se tournent désormais vers les énergies renouvelables, notamment pour l’électricité. Le marché allemand est passé de 0,8 millions de consommateurs « d’électricité verte » en 2006 à 4,3 millions en 2011. La demande progresse aussi en Autriche, en Belgique, en Finlande, en Italie, aux Pays-Bas, en Suède, en Suisse, au Royaume-Uni, mais sans rivaliser avec l’Allemagne. Dans les pays de l’Union européenne, plus de 70% de la capacité électrique ajoutée en 2011 puise dans des sources renouvelables. Aux Etats-Unis, la moitié des consommateurs ont désormais le choix de consommer de l’électricité de source alternative, fournie par un détaillant. En Europe, en Inde, aux Etats-Unis, le nombre d’industriels ou de commerçants exploitant leur propre système « d’électricité verte » est en hausse. Le nombre de communautés et de coopératives, tournées vers ce type de connexion, est lui aussi en augmentation. Les petites unités de production se multiplient, générant un accès à l’électricité dans des endroits oubliés des réseaux. Dans les campagnes du Tiers-Monde, les énergies renouvelables, petite unité solaire, éolienne, ou mini installation hydro-électrique, commencent à s’imposer comme une alternative crédible à un réseau électrique, coûteux, qui n’arrivera sans doute jamais. Dans ces espaces, l’accès à l’énergie est aussi une condition de développement socio-économique.

Afrique.

Après avoir longtemps été associée à l’industrie du pétrole et du gaz, l’Afrique est désormais remarquée pour son potentiel en énergies renouvelables. De vastes terres, au Sud et au Nord du continent, sont regorgent de réserves en énergie solaire. L’Afrique dispose d’un environnement exceptionnel pour l’éolien, et la géothermie. D’après certaines estimations, seul 7% du potentiel hydroélectrique du continent serait exploité.  L’Afrique, très dépendante de la biomasse, et du bois prélevé sur les forêts, s’apprête à développer des pratiques et des technologies plus durables en matière de bioénergies.  Si le marché du renouvelable piétine encore, le contexte change rapidement. La prise de conscience du potentiel africain, la capacité à surmonter les difficultés économiques, la croissance, et une gouvernance plus stables, favorisent l’émergence d’une multitude de solutions renouvelables, à grande échelle. Beaucoup de pays ambitionnent de convertir leurs petites installations électriques hors réseau – héritage d’un programme d’électrification des villages financé par des donateurs – en infrastructures plus ambitieuses. L’Afrique du Nord domine le marché continental de l’éolien ; l’Est du continent, emmené par le Kenya, augmente sa capacité géothermique ; pendant que l’hydro-électricité se développe à toutes les échelles sur le continent. L’Afrique du Sud devrait  se doter 2013 le premier réseau régional d’électricité d’importance, alimenté par le vent et le soleil . Si 2012 est une moins bonne année que 2011 pour les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables – notamment en raison de la chute des prix du solaire et de la frilosité des marchés, aux Etats-Unis et en  Europe -, le Moyen Orient et l’Afrique enregistrent la meilleure croissance régionale, avec une progression de plus de 200% pour les investissements.

 

M.J

 

L’exemple européen…

http://www.youtube.com/watch?v=xusy9EeX-iQ

 

(1) REN21’s Renewables Global Status Report (GSR) 2013 – REN21/ Renewable Energy Policy Network for the 21th Century.http://www.ren21.net/Portals/0/documents/Resources/GSR/2013/GSR2013_highres.pdf


Publié le 1 juillet 2013 par marlene dans Climat,Développement durable,energies alternatives
Tags :: , , , ,

Desertec, l’énergie du non-nucléaire.


http://www.youtube.com/watch?v=avYNoe9woik


Bonjour,

Sortir du nucléaire au cours de la prochaine décennie, la décision allemande pourrait stimuler «Desertec »,  alternative énergétique pharaonique. C’est l’avis de Paul Van Son, le patron de Desertec Industrial Initiative, chargé de mettre en route ce projet européen, emmené par l’Allemagne. Sur la carte, Desertec esquisse un réseau de centrales solaires installées dans les déserts d’Afrique du Nord et du Proche – Orient, connecté au continent européen par des réseaux électriques. Cette vision énergétique répond au plan solaire méditerranéen, initié par la France au sein de l’Union pour la Méditerranée (UPM). Lancé en 2009 par une douzaine d’entreprises, majoritairement allemandes, Désertec pourrait aujourd’hui rebondir sur l’après Fukushima. Première puissance européenne à renoncer à l’atome, l’Allemagne envisage de fermer ses derniers réacteurs en 2012. Et comme il faudra bien remplacer le nucléaire, près du quart de l’électricité allemande, le pays  mise sur le charbon, le gaz, et les énergies alternatives. Considérées avec intérêt par l’opinion allemande, elles sont au cœur du projet. Desertec parie sur le soleil, source d’énergie diffusée en abondance dans le désert, pour alimenter la machine économique allemande, et européenne. Ce complexe énergétique, d’une capacité de 500 mégawatts, alimenté aussi par le vent et l’eau, devra couvrir 15% des besoins européens vers le milieu du siècle. La zone de production, Afrique du Nord et Proche Orient, disposera de 20% de la ressource. Reste à trouver 400 milliards d’Euros pour multiplier les prouesses technologiques, centrales solaires thermodynamiques, transport d’électricité optimisé pour de longues distances, et stockage sur le continent européen. L’aboutissement, conditionné à un ensemble de contraintes techniques, dont une bonne résistance des infrastructures aux tempêtes de sable et à des températures extrêmes, est aussi soumis à une géopolitique régionale secouée par les révolutions en Tunisie, en Egypte, ou par la guerre de Libye. Les discussions sont déjà bien engagées. Un premier projet, expérimenté au Maroc, devrait fonctionner vers 2015, ou 2016. Le Maroc, qui vise l’indépendance énergétique, se veut la vitrine d’un Maghreb qui s’oriente vers le renouvelable. Et qui parle  aussi de nucléaire.

M;J


Sources :

« Desertec fait de l’ombre au nucléaire en Algérie », Samy Injar, Les Afriques http://www.lesafriques.com/industrie-et-services/desertec-fait-de-l-ombre-au-nucleaire-en-algeriedesertec-fait-de-l-ombre-au-nucleaire-en-al.html?Itemid=308?articleid=18926

« Le projet pilote de Désertec aura lieu en terre marocaine selon les propos du Belge Paul Van Son , président de Désertec. », Les Afriques, http://www.lesafriques.com/actualite/le-premier-projet-de-desertec-se-fera-au-maroc.html?Itemid=89?articleid=25671

« Desertec, un projet néocolonial ou une nouvelle arche de Noé ? », Interview de  Michael Straub, à la tête du pôle Communication de la fondation Desertec, les Afriques, http://www.lesafriques.com/actualite/desertec-un-projet-neocolonial-ou-une-nouvelle-arche-de-5.html?Itemid=89?articleid=27220

« Desertec profite du recul du nucléaire », Frédéric Lemaître, Le Monde, 8 juin 2011, accessible sur : http://www.presseurop.eu/fr/content/article/699681-desertec-profite-du-recul-du-nucleaire

« Saharan Solar Boosted by German Nuclear Decision, Desertec Says(Bloomberg) », Finance Greenwatch, 15-06-2011, FInance Greenwatch http://financegreenwatch.org/?p=1613


Publié le 23 juin 2011 par marlene dans Afrique du Nord,energies alternatives,Nucléaire
Tags :: , , ,

Pensée pour le Japon.

Bonjour,

Je pense au Japon, en proie aux conséquences d’un tremblement de terre, d’un tsunami, et d’accidents nucléaires. Un péril nucléaire qui semble encore plus sinistre au pays d’Hiroshima et de Nagazaki. Mais le sujet est porteur. La France découvre avec stupeur qu’elle ne peut vivre sans le nucléaire. Partout, en Europe, aux Etats-Unis, on en profite pour relancer le vieux débat sur l’énergie atomique. « Pour » ou « contre »,  l’exemple japonais nourrit l’opposition. Alors que la situation nucléaire évolue de minute en minute au Japon, avec des perspectives effrayantes pour les populations bloquées dans les périmètres à risque, je trouve qu’on aurait pu attendre quelques jours avant de relancer le débat. Question de décence. Nous en sommes aux arguments, ils sont plongés dans l’évènement.

M.J


Publié le 14 mars 2011 par marlene dans Actualité,Japon,Nucléaire
Tags :: , , ,

L’Europe séduit par son énergie.

Bonjour,

Alors que la nappe de pétrole continue de souiller les eaux et les côtes du Golfe du Mexique, un éditorial du New-York Times fait l’éloge d’un modèle énergétique européen, moins accroc au pétrole.(1) Ce billet, qui invite l’administration Obama à regarder de l’autre côté de l’Atlantique, est signé Stephen Hill, un analyste politique spécialiste de l’Europe, membre de la New American Foundation, un think tank centriste.

Il attaque : «Aujourd’hui l’Européen moyen émet moitié moins de carbone qu’un Américain moyen, et consomme beaucoup moins d’électricité. » (1) Pour parcourir un mile, une voiture américaine consomme 40% de carburant en plus qu’un véhicule européen. Au total, nous dit notre analyste, à niveau de vie équivalent, l’Europe a réduit de moitié son empreinte écologique par rapport à celle des Etats-Unis. Et tout cela, grâce à une gouvernance plus éclairée. Ou plus visionnaire. Car pendant que les Etats-Unis poursuivaient leur course au pétrole jusqu’au fond des mers, ce que nous rappelle BP et la marée noire, les paysages européens se couvraient d’éoliennes et de panneaux solaires. L’Union européenne, présentée comme leader mondial de production éolienne, augmenterait encore son potentiel solaire de 70% par an. De quoi décoiffer les Américains qui n’atteignent pas la moitié de la capacité européenne pour l’énergie produite par le vent. D’ailleurs, vent, soleil, marées,  géothermie, biomasse, tout est bon à exploiter en Europe. Mais si cela marche aussi bien pour le solaire et l’éolien européens, c’est que le Kilowatt est payé trois fois plus cher à son producteur que le Kilowatt classique. Par comparaison, les USA totalisent un petit 6% d’électricité d’origine renouvelable. Et selon une autre source, les investissements américains dans les énergies propres auraient chuté de 40% en 2010 par rapport à 2009, conséquence de la crise économique et manque de volonté politique. (2) Encore malins ces Européens qui travaillent depuis les années 1990 à construire des habitations de plus en plus sobres, quand l’habitat compte pour 50 à 70% des dépenses énergétiques d’une ville, avec des toilettes plus économes en eau. Ou qui recyclent l’énorme quantité de chaleur perdue par les centrales électriques, la transportent, et l’utilisent pour chauffer maisons et bâtiments. La «Cogénération », c’est le nom de cette production, représente 40 à 50% de l’énergie utilisée au Danemark, aux Pays-Bas, en Finlande, 20% en Allemagne et en Pologne. Contre seulement 8% aux Etats-Unis. Côté transports, l’Europe a su développer les déplacements en commun, les trains à grande vitesse, et choisit des voitures moins gourmandes. Bravo pour les centaines de kilomètres de pistes cyclables et de voies piétonnes. Encore chapeau pour les « green jobs », ces emplois liés à l’émergence d’un nouvel ordre environnemental. Sans parler  du « 20-20-20 », 20% de réduction d’émissions de CO² promis par l’Europe par rapport à 1990, 20% de renouvelable dans le bouquet énergétique,  le tout d’ici à 2020. Les USA qui promettent 17% d’ici à 2020, choisissent 2005 comme année de comparaison. Soit une petite réduction de 4% par rapport à 1990. Mais revenons à Stephen Hill qui finit par évoquer une Europe énergétique où tout n’est pas si rose. Avec une dépendance à des régions instables, 45% du pétrole importé vient du Moyen Orient, et 40% du gaz arrive de Russie.(3) Et en prime, une crise financière. Ce qui n’empêche pas notre éditorialiste de conclure: « Mais les Européens ont découvert ce que savait la précédente génération de décideurs américains : cet investissement dans les infrastructures rapporte d’avantageux dividendes pour affronter l’avenir. » (1)

Stephen Hill vient d’écrire un livre qui défend le modèle européen : « La promesse de l’Europe : pourquoi la voie européenne est le meilleur espoir en ces temps incertains. » Il y défend la thèse que depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Europe a opéré une révolution tranquille. Une transformation qui a posé les bases d’une société moderne qui offre à ses citoyens une sécurité  économique, une protection environnementale, et une stabilité globale. Il a voyagé pendant dix ans pour pénétrer la « European way of life » et comprendre le fonctionnement d’un système géopolitique qui fait quelques envieux.

M.J


http://www.youtube.com/watch?v=xusy9EeX-iQ

(1) « Europe energized », Stephen Hill, New-York Times, 08-06-2010 http://www.nytimes.com/2010/06/09/opinion/09iht-edhill.html?hp&ex=&ei=&partner=

(2) “ Renewable Energy Investment May Reach $200 Billion in 2010”,  Jeremy van Loon, Bloomberg, 17-03-2010http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601130&sid=aqM_.nmSwKvg

(3) Géopolitique des approvisionnements énergétiques de l’UE [FR], Euractiv.com Publié: 10 -01-2007 / Updated: 20 July 2005 http://www.euractiv.com/fr/energie/gopolitique-approvisionnements-nergtiques-ue/article-142797


Publié le 14 juin 2010 par marlene dans Actualité,énergie,Europe,USA
Tags :: , , ,

Les Européens se soucient d’environnement, mais…

Bonjour,

Les Européens se préoccupent de l’environnement. C’est le message d’un sondage à l’échelle européenne, 27000 personnes interrogées dans les 27 Etats de l’Union. Mais ces Européens, qui se soucient de l’environnement avec des priorités différentes selon les pays, tardent à agir.

A quoi pensent les Européens quand on leur parle d’environnement ? Ils répondent d’abord pollution urbaine (22%), et réchauffement climatique (19%). L’imaginaire européen reste encore très attaché à de beaux paysages verdoyants et intacts, troisième tendance majeure (13%). Enfin, les Européens s’intéressent à la protection de la nature (12%). Au total, 95% des personnes interrogées se préoccupent de l’environnement. Et 80% avoue son influence sur le quotidien. Les questions environnementales sont devenues aussi importantes que les questions économiques.

Reste à passer à l’action. Si les Européens trient leurs déchets (59%), au moins dans le mois qui a précédé le sondage, et réduisent leur consommation d’eau, la majorité des personnes interrogées (64%) n’a pas bouleversé son quotidien pour la cause écologique. La déception grandit quand on invite les Européens à changer leur mode de vie, et de consommation. Seuls, 17% sont prêt à réduire l’utilisation de la voiture, ou à acheter des produits écologiques. Peu consomment des produits locaux.

L’environnement est cependant perçu comme un enjeu global, qui nécessite une action globale. A l’Union européenne de prendre les grands décisions en faveur de l’environnement, répondent 77% des personnes interrogées. La majorité des sondés (82%) souhaiterait une législation environnementale. Et pour 80% d’entre eux, l’Union devrait aider les pays non-membre à améliorer leurs normes environnementales. L’Union européenne devrait encore augmenter son budget dédié à l’écologie. Et bonne nouvelle, les Européens donnent la priorité au réchauffement climatique, devant l’économie, ou la compétitivité.

Ces tendances européennes dissimulent des préoccupations et des comportements différents, selon les Etats. Par exemple, le changement climatique préoccupe davantage les Suédois et les Chypriotes. Les Suédois et les Danois semblent plus enclins que les autres à économiser l’energie, et à laisser leur voiture au garage. La République Tchèque, la Roumanie, et les pays baltes, Estonie, Lituanie, Lettonie, y attachent moins d’importance. Les Baltes, les Tchèques, et les Slovènes s’inquiètent plutôt de la pollution de l’eau. Malte et la Bulgarie donnent la priorité à la qualité de l’air. Les Polonais, les Hongrois, et les Chypriotes sont plus nombreux à associer l’environnement à des paysages bucoliques.

Cette perception différenciée de l’environnement, et de ses priorités, s’explique vraisemblablement par la diversité des héritages écologiques, économiques, et sociaux, des pays européens. Il est plus compréhensible de se soucier du changement climatique à Stockholm, carte postale de la Baltique, qu’à Sofia, où les émissions industrielles et les embouteillages rendent l’air irrespirable. Mais ces différences européennes pourraient refléter l’accès à l’information. Les Européens du Nord et de l’Ouest sont mieux informés des enjeux environnementaux, que ceux du Sud ou des pays orientaux, nouvellement intégrés. Une esquisse qui évoque celle du niveau de développement…

M.J

Sensibilisation au réchauffement climatique, made in Sweden…


Publié le 28 mars 2008 par marlene dans Développement durable
Tags :: , , ,