Environnement
Un blog sur la géo-environnement

Kangbashi, « ghost-city ».

Bonjour,

Si les villes- fantômes racontent souvent des histoires anciennes, Kangbashi, cité radieuse et endormie sur un bout de désert,  attend l’avenir qui convient à sa modernité clinquante. C’est la chaine d’info Al Jazeera qui, en novembre 2009, diffuse la première un reportage sur ce paysage urbain  « made in China », posé dans les steppes désertiques de Mongolie intérieure . Cette région, nouveau front d’une Chine dopée aux énergies fossiles, dispose d’immenses réserves de gaz naturel et de charbon, découvertes en 2004.  C’est à peu près à cette époque que les Autorités d’Ordos , Préfecture de cette région,  décident de construire une  ville nouvelle. Conçue pour un million d’habitants, elle doit désengorger Dongsheng, petite capitale surpeuplée et assoiffée du district. Les deux villes seront séparées d’une vingtaine de kilomètres.  Dans cette zone aride, Kangbashi  sera érigée à proximité d’une source d’eau. Pendant cinq années, une armée de Mingongs, ces travailleurs migrants venus d’autres régions, concrétisent d’immenses boulevards, façonnent des milliers de logements  regroupés dans des résidences somptueuses, et empilent des milliers de bureaux.  En 2010, Kangbashi,  toujours en chantier, étale ses excès sur 35 km². La ville peut accueillir 300.000 habitants. L’investissement est estimé à  plus d’un milliard de dollars. On évoque un nouveau Dubaï, quelques km² de désert  convertis en métropole prospère.  En attendant la prospérité, 30.000 habitants, estimation optimiste,  se croisent dans une métropole un peu trop spacieuse. D’où son surnom de « ville- fantôme », toponymie largement reprise par la presse.  Côté positif, l’air est encore pur dans cette cité sans embouteillage, dotée d’attributs écolos, espaces verts, panneaux solaires, et bus circulant au gaz. Robert Preston, journaliste à la BBC, qui passe quelques heures dans cette ville  plantée au milieu « nulle part », prétend qu’il n’a jamais rien vu de semblable. Il s’interroge : « un exemple étonnant d’investissement à long terme, ou la manifestation d’une bulle immobilière malsaine ? » (1) Patrick Chovanec, professeur associé à l’Université  Tsinghua de Beijing,  spécialiste de cette « bulle immobilière » remarque que les Chinois collectionnent les appartements vides, faute d’alternatives pour investir leur argent.  Au risque de saper les efforts du gouvernement chinois pour contenir le prix des logements. (2) Ce qui n’a pas empêché une augmentation  d’environ 10%, au cours de l’année passée.(3) En attendant le boom immobilier, et les habitants, des jardiniers entretiennent une barrière végétale, composée des milliers d’arbres et d’arbustes,  destiné à tenir le désert hors de la ville.

M.J

Un nouveau reportage d’Al Jazeera, septembre 2011:

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Un reportage photos pour  Time Magazine, signé Michael Christopher Brown

 

(1) China: boom or bust(1), Robert Preston, BBC News, 05-11-2010 http://www.bbc.co.uk/blogs/thereporters/robertpeston/2010/11/china_boom_or_bust_1.html

(2) “Chinese City Has Many Buildings, but Few People”, David Barboza, The New-Tork Times, 19-10-2010, http://www.nytimes.com/2010/10/20/business/global/20ghost.html?pagewanted=all

(3) China’s Desert Ghost City Shows Property `Madness’ Persists, Kevin Hamlin, Bloomberg News, 23-06-2010,  http://www.bloomberg.com/news/2010-06-23/china-s-desert-ghost-city-shows-property-madness-as-buyers-pay-in-cash.html

Et: Inner Mongolia, Wikipedia, http://en.wikipedia.org/wiki/Inner_Mongolia, Kangbashi, Wikipedia, http://en.wikipedia.org/wiki/Inner_Mongolia

 

 


Publié le 24 novembre 2011 par marlene dans Chine,Developpement,Urbanisation
Tags :: , , , , ,

La faim secoue le monde en développement.

Bonjour,

Mauritanie, Cameroun, Burkina Faso, Ethiopie, Indonésie, Egypte, Maroc, Côte d’Ivoire, Sénégal, Madagascar, Philippines, ou Haïti, la hausse des prix alimentaires a provoqué des émeutes. En Haïti, secoué par de violentes manifestations, 5 morts et 200 blessés, le gouvernement est tombé. Au Pakistan et en Thaïlande, l’armée contrôle les champs et les entrepôts. A Manille, aux Philippines, l’armée surveille la distribution de riz dans les quartiers pauvres de la ville. Le Bengladesh, pays importateur de riz, ne satisfait plus la demande intérieure.La FAO, l’organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation, étend encore cette géographie des pays vulnérables au Nigeria, au Soudan, à l’Ouganda, l’Ethiopie, le Mozambique, le Sri Lanka, le Bengladesh, le Tadjikistan, l’Arménie, ou à la Russie, et la liste n’est pas finie. Actuellement, les émeutes de la faim agitent plus d’une trentaine de pays dans le monde. Pour Jacques Diouf, le directeur général de la FAO, c’est la crise alimentaire « la plus grave depuis 15 ans. » (1)

Une menace pour la survie des familles les plus pauvres.

Ces tensions, qui perturbent les pays les plus pauvres, résultent d’une hausse insoutenable des prix. Jacques Diouf, qui se réfère à l’index FAO, rapporte une augmentation de 58% pour les produits alimentaires en un an, et de131% pour les céréales (1). Une augmentation qui rend les produits de première nécessité, riz, blé, maïs, huile de cuisson, ou lait, inaccessibles aux ménages les plus déshérités de la planète. Dans un article paru dans le Monde, Laetitia Clavreul et Alain Fauges rapportent que le budget alimentation des familles des pays les plus pauvres représentent 60% à 90% de leurs revenus, contre 10 % à 20 % pour les ménages des pays développés.(2) Une petite augmentation du riz, du blé, ou de l’huile, qui remet en cause la survie de ces familles, surtout en ville, et c’est l’explosion. Et c’est bien cette explosion qui inquiète les organisations internationales.

« ..Ce genre de situation se finit parfois en guerre »…

Jean Zigler, rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation, interviewé par Libération, prédit : « On va vers une très longue période d’émeutes, de conflits, des vagues de déstabilisation régionale incontrôlable, marquée au fer rouge du désespoir des populations les plus vulnérables. Avant la flambée des prix déjà, un enfant de moins de 10 ans mourait toutes les 5 secondes, 854 millions de personnes étaient gravement sous-alimentées ! C’est une hécatombe annoncée. » Robert Zoellick, le Président de la Banque Mondiale avait prévenu, cette crise alimentaire pourrait signifier « sept années perdues » dans la lutte contre la faim. La Banque mondiale, qui prépare un vaste plan contre la faim, le compare au « New Deal » américain, mis en place après la grande dépression des années 30. L’organisation invite les pays membre à se mobiliser rapidement pour éviter que 100 millions de pauvres, issus des espaces les plus pauvres, ne le deviennent un peu plus. La faim et ses émeutes préoccupe encore le FMI (Fonds Monétaire international). Dominique Strauss Kahn, son directeur général, prévient : « Comme nous l’avons appris dans le passé, ce genre de situation se finit parfois en guerre. »(3)

Sécheresses, pénuries, et spéculations.

Pour Jacques Diouf, cette crise alimentaire résulte d’une conjugaison de facteurs climatiques, mauvaises récoltes, sécheresses en Australie et au Kazakhstan, inondations en Asie, ouragans en Amérique latine, et froid exceptionnel en Chine. Les stocks alimentaires sont au plus bas, la démographie mondiale progresse. La Chine et l’Inde, qui s’enrichissent, mangent plus, et mieux. Les agrocarburants, dont les surfaces rivalisent avec celles de l’agriculture traditionnelle, ajoutent un peu plus à ce désordre. Jacques Diouf signale que cette hausse des prix alimentaires résulte, aussi, de la spéculation financière. (4) Une spéculation encore soulignée par Jean Ziegler, qui dénonce le rôle de la bourse des matières premières de Chicago, aux règles trop permissives. Au passage, il épingle le FMI, qu’il accuse de ne pas soulager la dette des pays pauvres.

Après le Cameroun, le Burkina Faso, des émeutes contre la vie chère se sont déroulées en Côte d’Ivoire, et au Sénégal…

La FAO a lancé une Initiative pour lutter contre la flambée des prix alimentaires (IFPA). L’organisation apporte un soutien technique aux pays en développement, pour aider les agriculteurs à améliorer leur production. Cette intervention a déjà commencé au Mozambique, au Burkina Faso, en Mauritanie, et au Sénégal. En Afrique subsahélienne, et au Sénégal, le pays de Jacques Diouf, la soudure qui approche pourrait accentuer cette tension alimentaire. La soudure, c’est cette période pendant laquelle les stocks de céréales de paysans s’épuisent, avant de nouvelles récoltes, prévues de juillet à septembre. C’est aussi l’époque où les prix des céréales, devenues plus rares, augmentent.

(1) « Jacques Diouf : de nouvelles émeutes de la faim », JDD, 13 avril 2008.

(2) « Matières agricoles: des hausses de prix explosives », Laetitia Clavreul, Alain Faujas, Le Monde, 04-04-2008.

(3) «Crise alimentaire : la Banque mondiale sonne l’alarme », AFP, Washington, 13-04-08

(4) Le Monde: http://www.lemonde.fr/web/chat/0,[email protected],[email protected],0.html


Publié le 15 avril 2008 par marlene dans Actualité,faim
Tags :: , , , ,