In Flanders Fields

12 05 2012

 IN FLANDERS FIELDS

 

A poppy

In Flanders Fields

In Flanders fields the poppies blow
Between the crosses, row on row
That mark our place; and in the sky
The larks, still bravely singing, fly
Scarce heard amid the guns below.

We are the Dead. Short days ago
We lived, felt dawn, saw sunset glow,
Loved and were loved, and now we lie
In Flanders fields.

Take up our quarrel with the foe:
To you from failing hands we throw
The torch; be yours to hold it high.
If ye break faith with us who die
We shall not sleep, though poppies grow
In Flanders fieldsA poppy

John Alexander McCRAE


                   

John McCrae was a Canadian poet who served as a medical officer in the Boer War and World War I.  This poem honours and commemorates the men who died in the horrific battles in Flanders. It is said that he was inspired to write this poem after seeing the blood red poppies grow on the graves of his friends around Flanders. The poppy has since become a symbol of veterans worldwide.  This poem was published in December 1915.

http://www.bel-memorial.org/in_flanders_fields/in_flanders_fields.htm

Traduction officielle:

Au champ d’honneur

Au champ d’honneur, les coquelicots
Sont parsemés de lot en lot
Auprès des croix; et dans l’espace
Les alouettes devenues lasses
Mêlent leurs chants au sifflement
Des obusiers.

Nous sommes morts
Nous qui songions la veille encor’
À nos parents, à nos amis,
C’est nous qui reposons ici
Au champ d’honneur.

À vous jeunes désabusés
À vous de porter l’oriflamme
Et de garder au fond de l’âme
Le goût de vivre en liberté.
Acceptez le défi, sinon
Les coquelicots se faneront
Au champ d’honneur.

Adaptation signée Jean Pariseau, CM, CD, D. ès L. (histoire).
(Ministère des Anciens combattants du Canada
http://www.vac-acc.gc.ca/ )

Une traduction plus littérale:

Dans les champs de Flandre

Dans les champs de Flandre, les coquelicots ondulent
Entre les croix rang après rang
Qui marquent notre place et dans le ciel
Les alouettes bravement chantent encore et volent
À peine audibles dans le bruit des canons

Nous sommes les morts
Il y a quelques jours, nous vivions encore
Nous sentions la douceur de l’aube
Nous regardions l’embrasement du soleil couchant
Nous aimions et nous étions aimés
Maintenant, nos corps sont étendus
Dans les champs de Flandres

Poursuivez votre combat avec l’adversaire
Nous vous lançons le flambeau de nos mains défaillantes
Afin qu’il soit vôtre et que vous le teniez haut
Si vous manquez de parole à nous qui mourons
Nous ne pourrons pas dormir bien que les coquelicots poussent
Dans les champs de Flandre

(Source: http://www.taillevent.com/ )

Le poème Au champ d’honneur est la version française du poème In Flanders Fields, écrit le 3 mai 1915 par le lieutenant-colonel John McCrae. La traduction officielle du gouvernement canadien fut effectuée par le Major Jean Pariseau CM, CD, M.A., D.ès L. Jean Pariseau était un historien militaire et religieux, écrivain et généalogiste canadien1.

Au Canada, In Flanders Fields a acquis une réputation mythique : la plupart des écoliers anglophones l’apprennent, certains de ses vers se retrouvent sur les billets de 10 $CDN et le club de hockey le Canadien de Montréal en utilise quelques lignes comme devise. Chaque année, à peu près deux semaines avant le Jour du souvenir, d’anciens combattants vendent des coquelicots en plastique ou en papier au Canada.

Ce poème rend hommage aux individus, tant civils que militaires, qui sont morts lors de la Première Guerre mondiale. Dans les pays du Commonwealth britannique, c’est une partie importante des célébrations entourant le Jour du souvenir (fixé au 11 novembre au Canada).

[Ce jour s’appelle Veterans’Day ou Remembrance Day Ou Poppy Day. En France le symbole de ce jour est le bleuet qui lui aussi poussait sur les terres ravagées des Flandres]


Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire