Saint-Jans-Cappel : trois beaux livres bilingues pour

apprendre le flamand viennent de paraître

 

Les élèves de l’école Saint-Joseph d’Esquelbecq en sont les auteurs, avec l’aide de l’Institut régional de la langue flamande et d’Engelaere éditions. Un bel outil pour continuer à faire vivre le « oude vlaams » (vieux flamand)…

24943509_B974138061Z.1_20141125173652_000_GJ63H7U28.1-0.jpg

Dans le cadre symbolique de la résidence départementale d’écrivains, la villa Marguerite-Yourcenar, trois jolis petits livres étaient présentés lundi soir. Ils constituent un véritable événement puisqu’il s’agit de la première parution d’ouvrages bilingues (en français et en flamand) destinés à l’apprentissage de la langue régionale.

Tout est parti il y a deux ans du projet de l’école Saint-Joseph d’Esquelbecq. Elle a créé un géant, Zeph le chêne. Puis, dans ce « village du livre », les écoliers se sont mis à écrire son histoire. Ils pensaient faire un petit livre. Ils en ont finalement réalisé trois, pour couvrir les différents niveaux d’apprentissage du flamand, de la maternelle au cours moyen 2. Car cette école est l’une de celles où est enseigné le flamand, la langue d’ici à ne pas confondre avec le néerlandais.

Un millier d’exemplaires

D’une cinquantaine d’exemplaires destinés à l’école seule, on en est arrivé au millier grâce à l’aide de l’Institut régional de la langue flamande et avec la participation d’Ingelaere éditions, maison régionale qui veut faire vivre la culture du Nord- Pas-de-Calais. Parmi les acteurs de cette aventure, on trouve aussi Michel Gars, directeur retraité de l’école Saint-Gohard d’Arnèke, qui enseigne le flamand aux jeunes comme aux adultes et qui le parle aussi dans les maisons de retraite. Il y a même un écrivain turc ayant des attaches régionales, Timour Muhidine, directeur de collection chez Actes Sud, qui est venu apporter l’expertise technique aux écoliers pour l’écriture des trois livres.

Outil pédagogique

Le résultat est aussi beau que pédagogique, avec des histoires créées par les écoliers, tout comme ils en ont réalisé les illustrations. Chaque école qui enseigne le flamand pourra utiliser ces outils. Les papys et mamies qui veulent transmettre le flamand à leurs descendants y trouveront quant à eux de belles histoire à leur raconter le soir pour les faire rêver de « Zef en ze maets » (Zeph et ses amis).