LE SERPENT AILE

30 août

Aujourd’hui je suis arrivé au Mexique avec mon équipe constituée de deux archéologues et d’un dessinateur Thierry, mon meilleur ami. Un des archéologues qui m’accompagne s’appelle Marc, il est plus vieux que nous mais il est aussi le plus sage de tous. Et enfin il y a Henry.

Arrivés à l’aéroport, deux Mexicains du nom de Atahualpa et Jojas nous ont emmenés jusqu’aux portes de la ville où deux mules nous attendaient chargées de vivres et de tentes pour le camp.

Nous avons marché sur des chemins escarpés à flanc de montagne, pendant toute la journée. Vers la fin de l’après-midi, nous sommes arrivés ici, au Castillo. Nous venons fouiller le site d’un temple magnifique, surprenant, époustouflant. Il y a sur ce temple quatre escaliers qui donnent sur une terrasse surplombant l’entrée.

Ce soir, nous avons mangé comme des rois, parce que la montagne ça creuse. Pendant le dîner, Atahualpa nous a raconté l’histoire ce temple : qu’il est paraît-il maudit car un serpent ailé y vivait ! Mais je pense que c’est une superstition et c’est ce que je veux prouver. Ce soir nous dormirons à la belle étoile.

1er septembre

Nous avons passé la matinée à installer le camp. Atahualpa nous avais préparé un bon repas et tout de suite après nous sommes allés à l’entrée et nous avons découvert une fresque où l’on peut voir des hommes et des femmes ensanglantés qui vénèrent un serpent ailé. Nous avons pénétré à l’intérieur du Castillo et nous avons vu des dizaines de cadavres couverts de sang, ils étaient tous marqués d’un serpent ailé!

Nous avons ramené quelques corps pour en faire une autopsie.

2 septembre

Les corps que nous avons ramenés se sont volatilisés, comme par magie!

Nous sommes retournés dans le temple après manger. Un fois dans le temple, nous avons constaté que tous les autres corps qui y étaient restés, ont étrangement disparu. Nous avons marché dans un long couloir et à plusieurs reprises nous avons vu des squelettes. Au bout de ce long couloir, nous avons trouvé une porte, derrière laquelle se trouvait un grand serpent qui possédait des ailes. Thierry a poussé un cri d’effroi et le serpent ailé a immédiatement ouvert les yeux. Il s’est redressé et j’ai entendu sa voix qui me disait: »maudit archéologue, vous veniez profanez le temple où je repose, n’est-ce pas ? Je vais vous tuer!! »A ces mots, je suis sorti de la pièce, mes amis ont fait de même, et en prenant nos jambes à nos cous, nous avons détalé le plus vite possible.

3 septembre.

Il nous a fallu quelques heures pour regagner l’aéroport. Nous avons pris le premier avion pour la France. Nous n’avons même pas dit au revoir à Atahualpa et à Jojas mais, quand je les ai vus avant notre départ, il avaient un large sourire de satisfaction.

Nous, nous sommes rentrés la peur au ventre !

Nathanël, 4ème A

Commentaires

Vous devez vous connecter pour faire un commentaire.