L’étrange inconnu

3 juillet

Quelle journée merveilleuse ! Je suis restée chez moi allongée dans les champs de pâquerettes sous un gigantesque arbre qui ombrage tout mon jardin. Je suis si bien, là dans cette maison que je viens d’acquérir, cette vieille maison bradée, cette maison étrange avec son odeur de foin séché, les paysans qui travaillent à l’extérieur, le coq qui me réveille en sursaut tous les matins. J’aime vivre dans ce village sombre obscu. J’aime aussi ce petit chalet. De mes fenêtres j’aperçois ce sublime Granier qui m’émerveille, le Mt St Michel dont la chapelle est si belle. Et celle que j’aime tant, la chaîne des Belledonnes avec ses montagnes si blanches. Ici par la fenêtre de la cuisine, je peux apercevoir mon petit village de maisons en pierres, les toits de tuiles orange, ce beau clocher de l’église. J’aime entendre le bruit des cloches qui sonnent dans l’air bleu des belles matinées, jetant jusqu’à moi de tendres bourdonnements de fer !

4 juillet

C’est ma quatrième nuit dans cette maison et c’est aujourd’hui que j’ai aperçu pour la première fois, en cherchant un vieux bonbon, un petit placard que je n’avais jamais remarqué ! Je l’ai ouvert et ai découvert un vieux tableau recouvert de toiles d’araignées. On distinguait à peine un personnage mystérieux. Mais chose étrange, en le dépoussiérant, je me sens mal à l’aise… Je connais ce visage… En fait il me ressemble… Du coup, je l’ai accroché dans mon salon, au-dessus de la cheminée. Je l’ai regardé des heures et des heures. Quelque chose me fascine…

17 juillet

Aujourd’hui j’ai invité mes amis pour leur montrer mon tableau. Pendant que nous prenions l’apéritif au salon, ils m’ont dit qu’effectivement l’homme me ressemblait avec un air plus mauvais cependant…. Mais, alors que nous dînions je me suis précipité dans ma chambre car nous avons entendu un bruit à l’étage. Je suis allée voir de plus près, j’ai remarqué que le personnage du tableau avait disparu. Je suis revenue vers mes amis, pâle, et je leur ai dit. Ils sont donc allés voir le tableau et ils n’ont rien remarqué. Etrange… ai-je trop bu pendant cette soirée ?

18 juillet:

Ce matin, j’ai trouvé sur mon bureau un papier:

« Tu vas mourir ».

Ce message a été écrit avec du sang, du sang qui était encore liquide. J’ai préféré dormir dans le salon parce que le bruit que j’ai entendu hier provenait de ma chambre. Cette nuit là a été terrible… J’ai fait un énorme cauchemar, j’ai dormi sur le canapé en face du tableau. Le tableau me montrait une tête de mort. Mais que devrai-je faire, partir, quitter ce tableau ?

Pour me remonter, j’ai bu un verre de cognac.

19 juillet

Suis-je fou ? J’ai donc appelé la police. Quand les policiers sont arrivés, je suis allée leur ouvrir, je les ai amenés sur le lieu du crime : tout était redevenu normal. Le tableau était là, mais le papier avait disparu, les policiers étaient très énervés. Ils sont donc repartis et moi j’étais donc gêné. J’ai peut-être un peu trop bu d’alcool cet après-midi.

Après je suis partie faire quelques courses et quand je suis rentré le personnage du tableau avait de nouveau disparu. Je me suis retourné et j’ai vu le personnage avec un poignard dans la main. Il m’attaquait mais je l’esquivai. Son poignard était rouge comme s’il avait tué des gens. Ses yeux reflétaient le noir obscur d’une nuit de pleine lune. Pour me protéger, j’ai pris un morceau de bois dans ma cheminée et j’ai lancé sur l’être maléfique. Le bâton a touché son bras et son bras a soudain disparu. Puis il est réapparu dans le tableau. J’ai pris un autre bâton dans la cheminée et je l’ai lancé à nouveau contre le monstre. Il a disparu en quelques secondes puis tout le personnage est revenu dans le tableau. Pour me débarrasser de cet être maléfique, j’ai pris le tableau et je l’ai lancé dans le feu. Le tableau a donc brûlé mais une petite boîte est apparue, dans laquelle était écrit : « Tu ne m’échapperas pas, je reviendrai ».

Est-ce que ce sale cauchemar est fini ? Seul l’avenir le dira…

Marie S. 4ème A

Commentaires

Vous devez vous connecter pour faire un commentaire.