LE DOUBLE


Je venais de participer à une réunion nous discutions autour du meurtre

du chancelier allemand arrivé la veille à Londres. J’étais assis au bout d’une table entrain de rêvasser, lorsqu’une voix m’avait réveillé :

« Docteur, qu’est ce que vous pensez, vous, de cette affaire? Moi, je pense qu’elle invraisemblable, impensable, inimaginable. Comment avoir pu tuer ce chancelier alors qu’il était dans le bureau même du ministre?

Alors je répondis :

« Cela est peut être invraisemblable, mais par le passé j’ai vu plus invraisemblable que cela encore.

-Plus invraisemblable ! Alors racontez moi ça !

-Oui, je vais vous tout vous expliquer mais attendez que je me remémore cette histoire.

« Tout commença le jour où Nicolas FLAMEL devait arriver à Londres. Il arriva avec trois heures de retard, et me raconta qu’il m’avait vu de loin l’après midi au centre ville. Étrange ! Car à l’heure dite j’étais à l’aéroport. Au début, je crus qu’il m’avait confondu avec quelqu’un qui me ressemblait. Dans le courant de la journée, une autre personne me dit la même chose en décrivant les habits que je portais à cette heure. A partir de là je me dis : « Suis-je fou, ou ai-je un double ? ».

Après cette histoire troublante, je rentrai chez moi avec la peur de rencontrer ce soit disant double.

Le lendemain matin je réfléchis à cette histoire pour en conclure que j’avais eu sans doute un petit temps de folie et que mes interlocuteur de la veille avaient eu une hallucination.

Au début de l’après midi, alors que je lisais tranquillement, j’entendis une fenêtre claquer en direction de la cuisine. Bizarre toutes les fenêtres étaient fermées ! Par précaution, j’allai vérifier dans la cuisine, j’eus la peur de ma vie. Mon double était là, devant moi, tranquille. Dés qu’il me vit, il fila à vive allure et au passage traversa le mur comme s’il n’y en avait pas ! Cette découverte me fit frissonner, j’avais bel et bien un double de plus il n’était pas tout à fait humain. Cette nuit là je dormis très mal. A huit heures du matin, je me rendis chez le médecin qui dit que j’avais peut être eu une hallucination dut a ma peur de voir ce double.

En rentrant chez moi je pris alors la décision de passer la journée à Cardiff.

Je me sentis un peu mieux à mon retour, c’était peut-être la journée que j’avais passée là-bas qui m’avait fait cet effet. Le lendemain matin, je lus dans le journal que des scientifiques avaient trouvé l’existence d’un nouveau virus qui prenait la forme de celui qu’il contaminait. Cela n’aurait touché que des animaux et pas encore d’ humain. Je pris peur ! Et si j’étais malade ? Si j’avais attrapé ce maudit virus. Je lus tout le reste de la journée avant de m’apercevoir que mon double me regardait, tout d’un coup il devint moins net puis disparut…

OLIVER R.


Commentaires

Vous devez vous connecter pour faire un commentaire.