Une nuit en forêt

Je m’appelle Denis, j’ai 15 ans et je vais vous raconter mon histoire.

Je me promenais un soir de printemps avec des amis, nous nous étions rendus dans la forêt de Vallin. C’était la nuit, continuant à marcher nous tombâmes sur des ruines. Moi, voulant aller les explorer, je me suis dirigeai vers elles, mais mes amis rebroussèrent chemin. Une brise fraîche balayait mes cheveux qui se collaient contre mon visage. La fine vague de pluie me rafraîchissait la face. De mes yeux noirs, j’analysais les ruines qui se tenaient devant moi.

Tout à coup, une haleine chaude mais qui ce pendant me glaça le sang, était derrière moi. J’entendis un murmure. Pris de panique, je me retournai alors d’un coup sec. Là devant moi, se tenait une chose vêtue d’un drapé blanc qui volait à moitié. Je ne pouvais plus bouger les jambes, ni respirer, ne pensant qu’à m’enfuir. Je réussis à courir, fuyant dans la forêt mais ne voyant rien. Puis j’aperçus une cabane. Une fois devant, j’entrai en espérant que le fantôme ne m’avait pas suivi.

En regardant dans la cabane je vis une petite fille en boule entrain de pleurer. Je m’approchai d’elle et lui dis :

« N’aie pas peur ». La fillette s’assit et je pus alors voir dans ses yeux, soudain, jaillir une grande peur. Je me retournai : le fantôme était derrière nous. Je pris la fille avec moi et fonçant tête baissée, je parvins à sortir de la cabane. Toujours dans le désespoir et en courant je demandai à la fille comment elle s’appelait :

– Je m’appelle Fiona

– Comment es-tu arrivé là ?

– « Je me promenais avec mon frère et ma sœur quand le monstre est apparu. » m’expliqua-t-elle.

J’étais à bout de forces avec le poids le la fillette alors je regardai par çi par là lorsque je vis un vélo. Je me mis à pédaler à toute vitesse avec le peu de force qui me restaient. La route était désertique. Je tombais sur le bord de la route, le monstre toujours derrière nous, parvint toutefois à notre hauteur. Une fois devant nous il se jeta sur moi et la…

Je me suis réveillé d’un bond sur mon lit en sueur et aperçus une chose fuir mais je ne savais pas si c’était le rêve qui se prolongeait, ou la réalité…

Fin

Sylvain B.

Commentaires

Vous devez vous connecter pour faire un commentaire.