La cave infernale :

Moi, j’ai 22 ans et je suis psychologue. Il faut que je vous raconte l’histoire la plus horrible que j’ai vécue. Je vis avec ma mère dans une maison prés de Valence et je veux témoigner. Ce jour là, je devais rejoindre ma mère à l’hôpital, (car elle est infirmière) pour qu’elle me présente une personne qui avait perdu l’usage de la parole. Je devais lui apprendre à reparler, pour le moment elle écrivait pour s’exprimer.

Elle se présenta en écrivant son nom sur un papier, elle se prénommait Emma et elle avait 17 ans. Son père avait disparu, sa sœur et sa mère vivaient dans leur maison non loin d’ici. Après un long quart d’heure de présentation, je lui posais la question : « Pourquoi et comment avez-vous perdu votre voix ? »

Là je la vis pleurer, elle me montra du doigt son journal intime avec des pages remplies. Je le saisis pour le lire. C’était très triste :

En fait un jour ou Emma, ses parents et sa sœur passaient une soirée en famille, son père, Paul, lui demanda de descendre à la cave pour prendre une boisson. Après avoir allumé la lumière, elle ouvrit la porte et descendit les escaliers raides de la cave. Tout à coup, la lumière s’éteignit. Emma dut donc aller chercher la boisson dans le noir. Au moment de saisir la bouteille, Emma vit un chien avec trois doigts d’humains accrochés par une ficelle à sa queue. Emma prit panique et essaya de sortir de la cave, mais au moment d’ouvrir la porte, une main sanglante avait saisi sa cheville et elle était tombée en arrière sur une dizaine de marches. Son père avait entendu un énorme bruit et s’était écrié : « Emma ! ».

Malheureusement il n’avait pas entendu de réponse. Emma allongée sur le béton de la cave, avait aperçu une ombre au dessus d’elle qui ne touchait pas le sol. Son père avait dévalé les marches pour aller secourir sa fille. Emma courait dans tous les sens tellement elle avait peur. Quand elle avait vu son père, Emma était sortie de la cave et la porte s’était claquée toute seule. Alors elle avait essayé d’ouvrir à nouveau la porte pour libérer son père.

Mais la porte était bloquée. Sa mère terrifiée avait appelé la police. Quand ils arrivèrent, malheureusement, la cave s’était ouverte toute seule. Les policiers étaient descendus à la cave mais ils n’y avaient vu personne. Ils avaient cru qu’il s’agissait d’une farce et ils étaient partis mécontents

Là je compris pourquoi elle avait perdu sa voix : c’était un traumatisme. Comme je pensais qu’Emma était la proie d’hallucinations, je fis des recherches pour trouver la tombe de son père et je souhaitais la confronter à la réalité d’une mort qu’elle refoulait, peut-être. Quand je suis allé au cimetière, le lendemain soir, je vis une tombe sur laquelle était inscrit « Paul FRAGER »mort en 1954. Emma avait pourtant insisté et à m’affirmer que son histoire était vrai, que l’on n’avait pas retrouvé le corps de son père.

Alors je voulus me rendre dans la maison d’Emma et surtout dans la cave. Une semaine plus tard, sa mère m’invita chez eux pour dîner. Il était 21 heures quand elle m’expliquait l’histoire de Paul. Je lui dis que j’avais vu une tombe avec le nom et le prénom de son mari, mort en 1954.Elle m’expliqua qu’il ne s’agissait pas de son mari mais de son propre père : il portait le même prénom, et il était mort à la guerre. Elle me dit que si je voulais aller dans la cave c’était là-bas. Elle avait pointé du doigt une porte noire. J’y suis allé mais quand je voulus allumer la lumière, ça ne marchait pas. C’est ce que Emma m’avait dit mais je ne l’avais pas crue . Je descendis, et là, une grande lumière blanche m’éblouit et un chien noir avec des taches rouges marchait autour de moi pour m’empêcher de sortir. J’eus des vertiges et tombai par terre. J’entendis alors une voix : « Jordan, Jordan … » .

C’était ma mère qui essayait de me réveiller de mon lit d’hôpital, et là, j’essayais de parler mais je n’arrivais pas.

Safieddine A 4°E

Commentaires

Vous devez vous connecter pour faire un commentaire.