Archive for juillet 9th, 2009

Juil 09

le karaté au collège

La section sportive de karaté existe depuis 1999 au collège Fernand Puech, à l’initiative de monsieur Dugré, président du club Laval karaté 53 depuis 1996.

Comment se pratique ce sport ? Qu’apporte-t-il à ses amateurs ou ses adeptes ?

Son origine Un moine indien aurait fait découvrir les rudiments de cette nouvelle variété de boxe, imprégné de spiritualité à des moines du temple de Shaolin, en Chine, au 6e siècle. C’est une discipline qui se transmet oralement de maître à disciple. En 1936 elle prend le nom de kara (vide) te (main) et do (voie) « voie du combat à main vide », et à cette époque de nombreux maîtres sont formés qui crééront leurs propres méthodes.

 

La pratique

le dojo est le lieu de combat. Equipé d’un sol en parquet, il peut être muni de tatamis. La pratique du karaté suit un rituel de concentration et de politesse qui commence par le salut à genou, « zareï ».  la progression en karaté est matérialisée par l’obtention de « kyus » (degrés) de la ceinture blanche à la ceinture marron. Enfin, « l’esprit karaté » doit se retrouver dans le comportement du pratiquant : non-agression, humilité, perséverance, respect de l’autre. Il entre dans la catégorie des sports de combats dit « poing-pied ».

Nous avons demandé aux divers membres de la section KARATE comment ils avaient découvert ce sport.

Deux tendances se dégagent :
- certains ont été séduits par les combats à la télévision. Pour d’autres, c’est en suivant les conseils de leurs parents, qui tenaient à ce qu’ils sachent se défendre.
- La gestuelle, l’esprit qui entourent la pratique des arts martiaux ont aussi beaucoup plu.

Deux motivations principales les animent :
- la possibilité de se défendre et de vaincre sa peur,
- le désir de participer à des compétitions de haut niveau.

L’un d’entre eux souhaite surtout se défouler. Tous sont aussi membres du Club Laval Karaté 53. L’équipement nécessaire au karaté comprend avant tout le kimono, les mitaines ; mais on peut aussi rajouter les diverses protections (protège-tibias, pieds et poings, casques, coquilles). Le Karaté n’est surtout pas un sport violent : tous insistent sur ce point, même si l’un d’entre eux fait remarquer que dans les compétitions apparaît de la violence. Tous comptent beaucoup sur la SSD pour s’améliorer ! Voici une courte Image de prévisualisation YouTube

0
comments

Juil 09

Le collège Fernand Puech en 2030

Journée d’une collégienne Cybéra

8:15 Rentrée

Cybéra, munie de son badge électronique, passe la porte du collège après avoir appliqué sa main sur l’appareil de reconnaissance biométrique. Sa présence est aussitôt enregistrée sur l’ordinateur du central PC CLAYER, le cyber CPE, encore en activité malgré ses…ans. (nouvelles lois sur la retraite.)

8h30 Cours d’Histoire

Plus de cahiers, plus de manuels. Tout est dématérialisé. Cybéra tape donc son code d’accès à son cahier virtuel, la touche F12 fait apparaitre l’hologramme de M.RIGAUD qui, devant son tableau électronique installé dans son salon, affiche la leçon du jour. Plus d’excuse pour le cahier oublié !…

9:30 Cours d’Anglais

Avec son téléphone traducteur, Cybéra commence la compréhension d’un dialogue dans la salle multimédia. À l’aide d’une commande vocale, elle souligne ses difficultés au prof très branché, M.K, qui, malgré son grand âge, intervient, pour certaines classes, depuis sa maison de retraite dans le New Hampshire. Rien à dire, la technologie ça conserve !

10:30 L’alarme retentit 

Non, ce n’est pas la récré mais un individu a été repéré par les caméras de vidéo-surveillance : « interdiction de sortir des salles de cours » hurle un haut-parleur. Finalement, fou rire général… Mme DESCHAMPS, ou plutôt son clone, a brouillé l’écran de contrôle à cause des nanoparticules implantées sous sa peau : un tout nouveau moyen de détecter le moindre bobo (pression artérielle, cholestérol, globules blancs, globules rouges…). On n’arrête pas le progrès.

12:30 Enfin l’heure du repas

Plus bionique que Cybéra, tu meurs ! Grâce à ses implants rétiniens et aux microprocesseurs greffés à la base de son cerveau, elle peut étancher sa soif ou satisfaire son appétit d’un seul regard… Sur un scanner alimentaire, placé dans la salle de détente du 1er étage, fruits variés, légumes exotiques, viande de renne ou steak de mérou défilent. Une fois la quantité suffisante de calories absorbées, Cybéra peut entreprendre une micro sieste réparatrice avant le dernier cours, et pas des moindres !

14:00 Cours de Physique

Bip le robot (1.30 m de polycarbonate, yeux fluorescents et antennes ad hoc) illustre le principe de la gravité et de l’équilibre grâce aux capteurs situés à l’intérieur de son corps. Cybéra a un petit faible pour ce gentil prof : hum ! Dommage qu’il ne soit programmé que pour les cours de physique !

15h30

Cybéra se presse de rentrer. Elle discutait avec une amie et n’a pas vu passer l’heure. Cyber CLAYER aura déjà envoyé un SMS de « heure de départ du collège » vers le portable de ses parents. Pour couronner le tout, le bulletin semestriel de Cybéra n’est pas au top et sa mère aura sûrement consulté le mail d’alerte concernant son piteux carnet de note on line…

Ce n’est pas ce soir qu’elle prendra l’avion-bus pour aller voir James Bond en 3D et en odorama. Vivement les prochaines vacances. Les parents de Cybéra ont projeté un voyage sur Mars…virtuel, en attendant que les prix baissent !


0
comments