Archive for décembre 16th, 2009

Dec 16

Les 50 ans d’Astérix

Aujourd’hui Astérix, notre petit héros gaulois, et son  copain légèrement enrobé, Obélix, soufflent leur 50 bougies. Et surtout, Uderzo vient d’annoncer que la production d’Astérix pourra continuer, même après sa mort. Ainsi, Uderzo repassera, sans doute, le flambeau à une nouvelle génération d’auteurs.

Les aventures des gaulois se sont déjà vendu a 325 millions d’exemplaires et ça pourrait bien continuer! La preuve : le 34ème album vient de sortir. L’anniversaire d’Astérix-Le livre d’or regroupe 56 pages de bandes dessinées inédites et fait revenir d’anciens personnages de légende ou oubliés mais bon, il paraît qu’il n’est pas tip top.

Tout commence le 29 octobre 1959, où notre ami se retrouve à la page 20 du magazine Pilote. « L’idée d’Astérix est apparue dans mon appartement, à Bobigny. » se rappelle Uderzo.

Mais avec le succès et les énormes sommes d’argent qu’il implique, les disputes commencèrent avec la fille d’Albert René, l’éditeur des deux génies ; ainsi, Albert Uderzo et René Goscinny décidèrent de vendre leurs actions de la maison d’édition à Hachette, ce que certains dénoncèrent, craignant la détérioration de l’œuvre.

Les 50 ans des indestructibles gaulois ont aussi amenés de nombreux évènements comme l’exposition Astérix au Musée de Cluny ou le Tour de Gaule musical d’Asterix.

Même Google a fêté les 50 ans d’Asterix en créant un Doodle spécial Astérix.

Avec les 50 ans d’Astérix, la mort de ses créateurs approche et nous espérons que les dessinateurs et scénaristes sauront se montrer dignes de la tâche que l’on leur a confiée.

L'album célébrant les 50 ans d'Astérix

0
comments

Dec 16

Comment se fabrique un vaccin ?

TEST_13615Les vaccins reposent sur un même principe : l’introduction dans l’organisme d’un virus tué (donc incapable de rendre malade mais assurant malgré tout une réponse immunitaire de l’organisme). En cas de contact avec le virus vivant, le corps le reconnaît et est capable de l’éliminer.

Souche virale

La première étape dans la production d’un vaccin contre une maladie, ou une pandémie comme la grippe A, commence par la détection d’un nouveau virus, différent des souches existantes. Le virus est injecté dans des milliers d’oeufs de poule fécondés d’une dizaine de jours  (les virus vaccinaux sont cultivés sur des oeufs parce qu’ils favorisent la multiplication des virus et que les oeufs sont faciles à se procurer).

Multiplication du virus et préparation du vaccin

vaccin3Pendant une semaine, le virus va se multiplier dans les oeufs mis à incuber. C’est le blanc d’oeuf qui contient les virus vaccinaux tandis que le virus lui-même, séparé du reste,  est tué par application de produits chimiques. Les protéines virales purifiées constituent les antigènes ou principe actif du vaccin. On ajoute ensuite un stabilisant, et éventuellement un adjuvant,  pour augmenter l’efficacité de la réponse immunitaire.

Essais cliniques

Les nouveaux vaccins sont d’abord testés sur l’animal puis chez l’homme pour vérifier leur innocuité et leur capacité à générer la réponse immunitaire. La préparation est alors diluée pour obtenir la concentration désirée en virus, lyophilisée (action de déssecher par la congélation), et conditionnée dans des flacons étiquetés. Stérilité et concentration en virus sont à nouveaux vérifiés.

Mise sur le marché

Il faut environ deux semaines pour produire un lot d’antigènes. Entre la mise sur le marché d’un nouveau vaccin et l’identification du virus, il se sera écoulé entre huit mois et trois ans… Dans le cas de la grippe H1N1, des procédures accélérées ont permis une mise sur le marché beaucoup plus rapide. L’Agence européenne des médicaments est l’autorité sanitaire, responsable des autorisations de mise sur le marché des médicaments.

Plusieurs équipes travaillent sur les vaccins du futur, à même d’être testés sur l’homme prochainement : des vaccins contre la grippe, mais aussi contre le sida, le chikungunya ou certaines toxines (de serpents…)

Allez ici pour en savoir plus sur les mécanismes d’action sur la vaccination.

0
comments