Jun 15

Conte merveilleux

Dans le cadre de l’étude du merveilleux, au programme en 6e, Madame Chenu, professeur de français, a proposé des contes des frères Grimm à ses élèves pour les revisiter à leur manière. Un des contes s’intitule Les sept corbeaux, voici l’original :

Les Frères Grimm

et voici ce qu’en a fait Baptiste :

Les sept Corps-Beaux

Les parents de la famille « Corps-Beaux » avaient sept filles et un jeune garçon qui, lui, ne se considérait pas comme le centre du monde contrairement à ses soeurs qui avaient un grand orgueil. Un jour, il fallut aller chercher de l’eau à la fontaine alors que le fils était malade, et là, ses sept soeurs n’hésitèrent pas et foncèrent tête baissée, car regarder de l’eau est un bon moyen de voir son reflet, et en voyant le leur, elles y restèrent à s’admirer.

Le père qui n’aimait pas attendre s’énerva et dit :

« Si seulement ces filles étaient horribles, elles fuiraient bien vite cette fontaine, et rentreraient plus vite. »

Et à ce moment, à la fontaine, les filles tombèrent en larmes en fixant l’eau et fuirent vers un endroit où personne ne pourrait les voir. Le garçon qui avait remarqué l’absence de ses soeurs voulut les trouver, non pas qu’elles lui manquaient mais il ne voulait pas faire tout le travail à la maison. Il partit à l’aventure mais il ne changea pas ses habitudes, et fainéant comme il était, il prit un sofa pour se reposer. En plus de cela, comme il était gourmand et plutôt soiffard, il emporta un buffet et un tonneau, tout en sachant que cela n’allait pas lui suffire.

Et il chercha, tourna, avança, rechercha, s’arrêta à quelques auberges, mangea, puis enfin, arriva chez des ogres qui voulurent l’engraisser. Bien entendu, il ne dit pas non, mais il voyait clair dans leur jeu et repartit pour arriver chez son oncle, qui lui, voulut le faire maigrir. Le garçon ne supportait pas l’idée et fuit rapidement. Trois jours plus tard, il entra dans un bar et une personne mystérieuse lui dit :

« Si tu cherches tes soeurs, sache qu’elles sont dans l’ancienne maison d’un ermite. C’est au sud d’ici et la seule façon d’entrer est de cogner la porte avec cette jambe de vache, alors prends-en soin. »

 

Le garcon mit la jambe dans son sac en se désolant de ne pas pouvoir la manger. Mais non loin de son but il la dévora et se rendit compte de son erreur. Alors quand il fut devant la maison, il se coupa la jambe avec un manche de petite cuiller. Il enfonça la porte et retrouva ses soeurs, qui, quand elles le virent avec une jambe en moins, se trouvèrent beaucoup moins moches et lui, en les voyant si horribles, pensa à fuir mais il se retint. Puis finalement, ses soeurs voulurent bien rentrer en le portant, car il avait bien souffert.

0
comments

Reply

You must be logged in to post a comment.