Category: Passions/loisirs

Oct 23

Ca fait SPLASH et c’est beau !

Corrie White est née aux Pays-Bas et depuis son enfance, elle est passionnée par la macro-photographie : elle photographie en gros plan des choses minuscules et spécialement la chute de gouttes d’eau à l’aide d’un compte-gouttes, en chronométrant le moment idéal pour la prise de vue.

Son savoir-faire, elle l’a appris en ligne avec des tutoriels. Les formes les plus complexes sont réalisées avec un kit goutte-à-goutte qui lui permettent de créer des formes fascinantes et inédites. Colorants alimentaires,  gels, mélanges lait et eau dans un petit aquarium rempli d’eau parfois propulsés par des pistolets… à eau. Elle essaie toujours de parvenir à des images qui n’ont jamais été faites auparavant. Si vous n’en faites pas un métier d’art, comme Corrie, cela peut être un passe-temps amusant et artistique. ..

Voici son site

0
comments

Mai 04

le printemps théâtral

Nous sommes 21 élèves à participer à ce projet. Le Printemps Théâtral s’est déroulé du 3 au 5 avril au Théâtre de Laval. Le mardi matin nous avons formé les groupes pour 3 jours.Chaque groupe devait créer une petite pièce pour la fin du printemps. Le soir nous sommes allés voir des spectacles, le mardi soir nous avons vu JEREMY FISHER mais avant, nous avons rencontré Dany Simon, la metteur en scène: elle disait, pour choisir une pièce, quand elle lisait le texte «Je retombe amoureuse « . Le lendemain nous devions créer des images du spectacle, le soir nous avons vu un film Les rêves dansants de Pina Bauch ( Pina Bauch a réuni le théâtre et la danse ).

Je vais vous parler du jour important pour notre collège : la représentation de notre pièce WANTED PETULA a la fin de notre représentation nous pouvons aller voir les commentaire des autres collèges, notre collège n’a eu que des bons commentaires. L’après midi, nous avons montré les petites pièces par groupes et le soir, nous avons vu un deuxième spectacle Stand Alone Zone.

Normalement nous devions rencontrer l’ équipe artistique mais elle était en répétition ; à la place, nous avons appris à être régisseurs.

Le soir, nous sommes allés voir cette fameuse pièce  qui parle d’ une langue étrange ; les personnages vivent dans les airs et dansent.

Le printemps théâtral s’est terminé et le vendredi matin retour au collège. MAIS NOUS GARDONS CA DANS NOTRE TETE ..

SERVANE

0
comments

Mar 26

Concours de scenario : une place honorable pour les 5e

  Les coordonnateurs de l’action « Collège au cinéma » avaient lancé, à l’automne un concours de scénario comme  prolongement à l’expérience cinématographique. Les cinquièmes se sont pris au jeu et sur les trois pistes imposées, ils se sont improvisés scénaristes avec des règles propres à l’écriture scénaristique :

  • – l’emploi du présent,
  • – les indications de lieu et de temps,
  • – les précisions de gestuelles, d’accessoires…

A plusieurs, ou individuellement, ils ont travaillé leurs dialogues dans des situations imaginaires, en ayant à l’esprit, non pas le souci d’un récit détaillé mais celui d’images évocatrices.

16 classes de 6 collèges mayennais ont participé à cette expérience. Le comité de lecture n’avait pas pour démarche d’établir un classement des meilleurs scenarii mais il a salué unanimement la qualité des textes rédigés et l’engagement des élèves dans ce travail.
Il a relevé le caractère social particulièrement développé dans ces écrits et notamment les questions :

  • – des personnes âgées dépendantes (maladie d’Alzheimer),
  • – des licenciements abusifs dans le cadre de plans sociaux douteux,
  • – des injustices sociales et pénales,
  • – du racisme,
  • – du mal-être de la jeunesse (révolte, désir de liberté…).

Voici, pour exemple, le scenario qu’a écrit Faustine, élève de 5e sur le thème « Comment ai-je pu finir dans un fourgon de police ? »

ERREUR DE VIEILLESSE

0
comments

Fév 22

The scratist

Scrat, l’écureuil fou de la série L’Age de Glace, rend hommage à sa façon à The Artist. Sur une musique entraînante, notre héros et son gland fétiche parodie Jean Dujardin, en noir et blanc, cartons de dialogues à l’appui, pour annoncer la sortie de L’Age de glace 4, folles aventures au milieu des précipices, des océans et des montagnes. Une manoeuvre de la 20th Century Fox pour promouvoir son film, à l ‘heure où the Artist fait le buzz depuis presque un mois avec ses multiples récompenses :

http://www.dailymotion.com/video/xovio8

0
comments

Jan 31

Les Simpson en BD

La série culte d’animation à la télévision Les Simpson est devenue une BD et la France en est le 2ème marché après les Etats-Unis. Nous la devons à Bill Morrison, associé à Matt Groenig (créateur de la série TV) pour l’adaptation des aventures satiriques de cette famille de classe moyenne américaine.

 En 1990, B. Morrison a été recruté pour dessiner les Simpson mais aussi pour gérer tous les produits dérivés de la série. Pour qu’une adaptation soit réussie, il faut, dit-il, « rester le plus proche possible de la série TV » et « contrôler la qualité des dessins et des scenarios. » Si le succès des Simpson en France a été tardif et tiré à seulement à 15 000 exemplaires jusqu’en 2003, c’est que le format , à pagination américaine -style magazine- n’a attiré qu’un petit nombre d’amateurs avertis.

Le nouvel éditeur Jungle s’est adapté aux habitudes des lecteurs français en 2008 : album cartonné de 48 pages, pour des histoires complètement inédites. Le dernier volume, sorti en janvier 2012, Sans filet a été l’occasion,  pour le dessinateur, de rendre visite au public français (Paris et notamment le festival d’Angoulême).

BD prochainement au CDI

Le blog incontournable  

Les autres tomes

Sélection jeunesse du festival d’Angoulême

 

0
comments

Jan 27

Intouchables, le grand succès !!

Depuis sa sortie en salle le 2 novembre 2011, Intouchables voit ses scores d’audience augmenter de semaine en semaine pour presque atteindre les records des Chtis.

Omar Sy est d’ailleurs, depuis vendredi 13/01,  le lauréat du Prix Lumières 2012 dans la catégorie meilleur acteur pour le film Intouchables. Chaque année, le Prix Lumières récompense les artistes du cinéma français et francophone choisis par la presse étrangère en poste à Paris. C’est ainsi qu’Omar, très ému, a prononcés ces mots : « Il y a des moments dans ma vie où je me suis senti un peu étranger en France, donc ça fait plaisir que la presse étrangère me rappelle que je suis français et acteur. »

L’Histoire ici

En 2011, Fançois Cluzet est donc à l’affiche d’Intouchables, long-métrage réalisé par le duo Olivier Nakache et Éric Toledano, où il joue aux côtés d’Omar Sy. Il encense d’ailleurs ce-dernier en déclarant qu’il avait « la fantaisie, les facéties, les rires ». « Moi, j’étais le clown blanc, lui, l’auguste. C’est moins drôle, mais payant et cela demande une sorte d’abnégation. Ce film m’a enrichi ».  « À la fin, il s’est passé quelque chose d’étonnant : l’équipe me fuyait. Ils avaient la réaction que l’on peut avoir à l’égard d’un handicapé, qui fait un peu peur », confie-t-il, reconnaissant par ailleurs avoir également dû s’isoler. « Et moi, j’avais besoin de rester dans le fauteuil à longueur de journée. Je voulais ressentir cette solitude », ajoute-t-il.

Comédie sociale, Intouchables aurait-il eu le même succès si le  héros était handicapé de naissance ou bien s’il était issu d’un autre milieu ? Certains témoignages ou commentaires sur le net tendent à démontrer que le quotidien des personnes handicapées ne ressemble pas à celles de M. Pozzo di Borgo, loin s’en faut. Celui-ci,  victime fortunée, n’a pas forcément connu l’isolement ou le manque de structures pour l’accueillir. Mais les réalisateurs ont tiré partie d’une histoire vraie qui nous émeut par la complicité de deux écorchés par la vie, issus de milieux sociaux opposés qui deviennent amis !

 

 Image de prévisualisation YouTube

Faustin, Hugo et Océane 5 e

 

 

0
comments

Jan 17

Pleins feux sur le cinéma : L’écriture d’un scénario

L’écriture d’un scenario est un concours proposé à tous les professeurs de français de la Mayenne qui participent à « Collège au cinéma ».

Les modalités

Mme Girault, professeur de lettres,  y  a donc inscrit  ses élèves de 5e. Le but de ce concours est d’écrire une courte production (scénario). Pour rendre l’exercice plus stimulant, quelques contraintes sont imposées aux collégiens :

  • – La longueur : le scénario ne doit pas excéder 7 pages (soit 7 minutes de tournage).
  • – Trois sujets différents sont proposés aux élèves  :
  • 1- Sur une piste de danse. Alors que vous vous apprêtez à faire un devoir,vous constatez que vous n’avez plus de cartouche pour votre stylo-plume.Vous ne pouviez pas savoir que cet oubli allait vous conduire sur un piste de danse.
    2 – Comment ai-je pu finir dans un fourgon de police ?  Seul parmi une foule de passants, vous voulez aider une personne âgée à traverser le trottoir, mais rien ne se passe comme prévu.
  • 3- Quand tout va mal tout va mal ! Ce matin-là, le dentifrice refusait obstinément de sortir de son tube…

La récompense ? La réalisation par un professionnel, du scénario le plus apprécié par le jury, dans un court-métrage de 7 minutes maximum, lors du festival « Les reflets du cinéma » à Laval en mars prochain.

Les règles à connaître

L’écriture d’un scénario  répond à des exigences que nous, élèves ne connaissions pas. Avec notre  professeur et et la documentaliste, nous apprenons, au CDI, à utiliser le logiciel Celtx. Il existe des conventions pour écrire un scénario : par exemple, nous n’avons pas le choix de la police de caractère, la disposition des dialogues est centrée dans la page, et des indications entre parenthèses peuvent aider les acteurs à adapter leur jeu à la situation, comme ceci :

                          
Mais surtout, un scénariste doit écrire des situations et au cinéma, seul le temps présent existe. Les informations contenues dans le scénario doivent être filmables et ne pas comporter de notions de sentiments ou de concepts abstraits.
Exemple : on n’écrit pas : « Philippe est médecin » mais « Philippe porte un stéthoscope »  ou « Billy est un boxeur raté », la notion de « raté » ne se filme pas, à nous de le faire comprendre par des images…
Autrement dit, le scénario est un texte fait de mots qui doivent évoquer des images ; ces images sont suggérées par un langage non technique, d’où la difficulté !!
Allez courage les 5e… le chef-d’oeuvre est à transmettre avant le 10 février 2012 au coordinateur pédagogique de Collège au Cinéma !
FAUSTIN, 5e

 

 

0
comments

Déc 09

L’atelier théâtre, c’est parti !

Depuis la mi-octobre, l’atelier théâtre s’est mis en place sous la responsabilité de Mme Martel et M. Pineau, professeurs au collège, et Valérie Berthelot, comédienne. Vingt-deux élèves participent, chaque lundi soir, aux répétitions qui se déroulent au lycée Rousseau. Au programme, un travail sur le corps et la voix, des improvisations, des manipulations d’objets,  la participation à 4 ou 5 spectacles au théâtre de Laval (le premier s’est déroulé le 30 novembre « La femme-corbeau« ) et pour ces jeunes comédiens en herbe, une représentation en fin d’année. La pièce choisie est Wanted Petula de Fabrice Melquiot, le troisième volet des aventures de Bouli Miro.

« Dans une famille recomposée, complètement déjantée vit un garçon de douze ans qui pèse cent un kilos. Ce garçon s’appelle Bouli Miro -Bouli pour ses kilos et Miro parce qu’il est myope-. Bouli est à la recherche de sa bien-aimée, sa cousine Petula, qui a disparu. Après de vaines recherches sur la planète Terre, il est prêt à conquérir l’espace pour la retrouver…« 

 

0
comments

Nov 15

Un très bon moment de théâtre

Pour certains élèves de 6e, c’était leur première visite au Théâtre de Laval : La compagnie parisienne « Le théâtre du Phare » présentait « Oh !  boy », un conte moderne qui interroge une société en mouvement et aborde avec force et humour les sujets délicats de la maladie, de l’adoption avec, en filigrane, les questions de la normalité ou la quête des origines.

Oh ! boy c’est d’abord un livre, une histoire simple et bouleversante, écrite par Marie-Aude Murail : Bart, 26 ans, reçoit une convocation de la juge des tutelles ; elle lui apprend qu’il devra être tuteur de Siméon, Morgane et Venise, ses demi-frères et soeurs.  Au-delà de l’histoire, ce qui frappe au théâtre, c’est la présence du jeune comédien Lionel Lingelser (jeune comédien de 27 ans), tour à tour émouvant, drôle, passionné, bourré d’énergie, qui impose à la pièce un rythme soutenu et habile dans l’art des ruptures de ton.

Saluons le talent du metteur en scène, Olivier Letellier, et celui de  l’adaptatrice, Catherine Verlaguet, qui donnent aux objets une aura poétique. L’humour aide à échapper au pathos, -car la situation pourrait devenir rapidement insupportable : Siméon est atteint de leucémie- et le narrateur, Bart, joué par Lionel  Lingelser, sait rendre les personnages présents par son jeu délicat, tout en finesse.

C’est un spectacle qui parle au plus intime d’entre nous : d’abandon, d’adoption, de maladie, de mort, d’homosexualité, mais aussi d’amour, de don de soi, de tolérance, de générosité et d’espoir. On passe des larmes au sourire, voire au rire, de la tristesse à l’espoir. Oh ! Boy est un spectacle splendide joué avec brio par ce jeune comédien. Il mérite amplement son Molière du jeune public.

 

Image de prévisualisation YouTube

ET VOUS, QUEL EST VOTRE AVIS ?

0
comments

Nov 08

Des pages à la scène : Oh Boy !

Le théâtre ne vous emballe pas ? Pourtant ce n’est pas tous les jours qu’un roman ado – Oh, boy ! de Marie-Aude Murail, est adapté pour la scène et le jeune public.

« Je suis tout tordu. Comment voulez-vous que j’aide les autres à se tenir droit ? » C’est Bart, héros de cette histoire qui lance cette réflexion avec une franchise émouvante. Il a 26 ans, il est homosexuel et essaie, tant bien que mal, de grandir, malmené par la vie depuis que son père a abandonné sa mère. Son existence bascule quand Siméon (14 ans), Morgane (8 ans) et Venise (5 ans) débarquent dans sa vie. On lui dit qu’ils sont ses demi-soeurs et demi-frère et qu’il doit s’en occuper…

Seul sur scène dans un décor minimaliste (une armoire, des Barbies, quelques figurines, ,trois livres…) Lionel Erdogan jongle avec les personnages (plus de 7 à interpréter !). Au fil de la pièce, il révèle aussi des talents d’acrobate et de danseur. Ce moment de théâtre est aussi l’occasion de (re)découvrir l’univers de son auteur et de réfléchir au sens de la vie : abandon, homosexualité, maladie, solitude… Malgré la gravité du propos, l’auteur n’en oublie pas pour autant la tendresse et l’humour.

  • Mise en scène : Olivier Letellier
  • Récompense : Molière du jeune public en 2010

Au théâtre de Laval à 14h30 pour tous les 6e, le lundi 14 novembre 2011

0
comments