Tagged: allophone

Nov 26

Allophones en Mayenne : Apprendre la langue française

Quand on arrive de l’étranger, pour des exilés le plus souvent, la difficulté n’est pas seulement d’oublier un passé douloureux mais aussi de s’adapter à un environnement totalement différent et « incompréhensible ». La première chose est donc « d’apprendre à comprendre« . En Mayenne, nous avons accueilli, il y a quelques années, des Anglais dans le nord du département. Mais depuis qu’un Centre d’Aide aux Demandeurs d’Asile s’est ouvert à Laval (C.A.D.A.), de nombreuses nationalités sont présentes. C’est ainsi que Madame Pons, enseignante d’anglais au colllège Jacques Monod de Laval, avec une formation F.L.E. (Français Langues Etrangères) s’occupe deux fois par semaine des « primo-arrivants », au sein du collège Fernand Puech.

Ce regroupement réunit des enfants de tous horizons : trois turcs, un russe (Daghestan), un chinois, une kosovienne, une polonaise, et une anglaise. Ceux qui ont déjà un an de français derrière eux (un moldave, une guinéenne, une irakienne, un turc et une polonaise) ne viennent qu’une fois par semaine.

Mme Pons explique :  » A leur arrivée, les élèves sont évalués dans leur langue d’origine au Centre d’Information et d’Orientation. Ils sont alors intégrés en classe ordinaire de collège ( correspondant à leur classe d’âge de préférence ) et sont regroupés pour le cours de Français Langue de Scolarisation à raison de 3 heures hebdomadaires.Au cours de leur apprentissage, les élèves peuvent se présenter aux épreuves du Diplôme d’Enseignement de la Langue Française en milieu scolaire qui valide leur niveau en langue française ( A1, A2 ou B1 selon le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues ). »

Ce Dispositif Allophone 53, financé par l’Inspection Académique de la Mayenne et le Fonds Social Européen, facilite, depuis 2007,  la prise en charge des Elèves Nouvellement Arrivés en France. Il permet en effet de mieux accueillir les nouveaux arrivants, de leur apporter un soutien linguistique et de les aider à s’intégrer au système scolaire français le plus rapidement possible.

0
comments