Tagged: relation parent-enseignant

Sep 06

Pourquoi, comment aider votre enfant ?

Qu’il entre à l’école primaire ou au collège, l’enfant doit s’adapter à un nouveau cadre de vie et si les enseignants ont une écoute globale des difficultés, des particularités ou des besoins, c’est à la famille que revient le rôle de créer les conditions favorables à sa scolarité.

L’ASSIDUITE

Il y a une continuité dans les enseignements, et les apprentissages sont multiples d’où la nécessité d’éviter les absences. L’enfant a besoin de percevoir l’intérêt que vous portez à ses études. L’écouter, veiller à ce qu’il dispose des fournitures nécessaires à son emploi du temps, l’encourager à persévérer devant les difficultés est un gage de réussite. Manquer l’école signifie être coupé des savoirs mais aussi des camarades, de l’histoire de la classe. Le responsable de l’établissement, le médecin scolaire, des associations ou fédérations de parents d’élèves peuvent venir en aide aux familles désorientées. Dans tous les cas, faites appel à des camarades ou au professeur principal pour que le contenu des cours et le travail à faire soient communiqués à l’élève absent. (Associations de parents : http ://www.fcpe.asso.fr, http://www.peep.asso.fr, http://www. apel.asso.fr).

LE SOUTIEN

Chaque enfant a son rythme de travail. Les exercices plus ou moins ardus, à effectuer le soir, peuvent être source de conflits ou tension, de colère, de déception ou d’inquiétude. Le plus judicieux est :

  • – d’organiser le cadre de travail : les devoirs seront faits de préférence, au même endroit, radio et TV éteintes.
  • – de bien préparer le cartable, la veille pour le lendemain (retrouver les fournitures nécessaires).
  • – de participer aux réunions organisées par l’école, respecter les demandes des enseignants, éviter de critiquer leur méthode devant lui : c’est assurer le lien entre l’école et la famille.
  • – d’encourager votre fils (ou votre fille), d’accueillir positivement les questions qu’il pose : se préoccuper de ce qu’il a fait dans la journée le rassure et lui donne confiance.

Si la fatigue ou l’inquiétude pointent, n’hésitez pas à en parler avec des interlocuteurs de confiance : voisins, amis, parents d’élèves, associations et professeurs évidemment.

LE BIEN-ETRE

Les journées de collège sont bien remplies. Il est donc important de ménager un temps de pause à l’enfant, à son retour de l’école. Mais des points particuliers peuvent favoriser l’attention et donc, le travail en classe :

  • – l’alimentation : petit déjeuner complet avant de partir et goûter, pas trop près du dîner.
  • – le sommeil : lever et coucher à heures régulières, éviter les jeux videos, la  TV avant de s’endormir.
  • – Une activité physique et sportive (l’AS fonctionne tous les midis et l’UNSS tous les mercredis pour une modique somme à l’année). Renseignez-vous auprès des professeurs d’EPS.
  • –  Les loisirs : les clubs, les associations, ateliers regorgent d’activités mais aussi les médiathèques, la TV ou Internet si vous en parlez ensemble car…
  • – le dialogue est primordial : l’adolescence est une période difficile ; les changements de classe, d’amis, d’établissement, mais aussi les situations de crises (séparation, deuil, maladie…) sont sources d’angoisse et de mal-être ; l’infirmière du collège et/ou l’assistante sociale font partie de vos interlocuteurs. Consultez leurs heures de permanence .

Pour en savoir plus

Affection, confiance écoute sont les meilleurs atouts pour résoudre les difficultés ou les moments de souffrance d’un enfant. Découvrez aussi en vidéo sur ce site, la vie au collège, qui fait quoi ? et le rôle des parents  et celui-ci pour l’entrée en 6e, l’organisation de l’emploi du temps, les aides financières, les représentants des parents d’élèves… !

REUNION PARENTS-PROFESSEURS -6e,  le jeudi 9 septembre à 17h30.

0
comments