Carl Wilhelm Scheele Carl Wilhelm Scheele (1742-1786)
fut un chimiste suédois, né à Stralsund le 9 Décembre 1742 (Allemagne, qui était à l’époque la capitale de la Poméranie suédoise) et décédé le 21 Mai 1786 connu pour sa découverte d’un grand nombre d’éléments, composés et réactions chimiques. Chimiste hors pair, il avait la particularité d’utiliser des instruments rudimentaires (il recueillait notamment des gaz dans des vessies de porcs).

A 14 ans, Scheele s’intéressa aux éléments alors qu’il était en apprentissage chez l’apothicaire Martin Anders Bauch à Göteborg sans avoir fait d’étude de chimie. En 1768, il travaille comme pharmacien à Stockholm et isole l’hydrogène.
En 1770, il travaille pour le chimiste suédois Torbern Olof Bergman. C’est là qu’il découvre l’hydroxyde de baryum, le chlore (qu’il nomme acide muriatique déphlogistiqué en référence à la théorie du phlogistique de l’époque).
Et surtout, il découvre l’oxygène un peu avant 1773, qui est redécouvert de manière indépendante en 1774 par le chimiste anglais Joseph Priestley à qui l’on attribue cette découverte. Ces deux savants ont prouvé que l’air se compose de plusieurs éléments.

 

La publication de ses travaux sont consignés dans son seul ouvrage, Chemische Abhandlung von der Luft und dem Feuer (en français, Traité chimique de l’air et du feu), qui ne sera publié qu’en 1777. Ses travaux vont également permettre l’isolation de la manganèse en 1774 par son collègue Johan Gottlieb Gahn.
En 1775, Scheele devint propriétaire d’une pharmacie à Köping, en Suède, où il poursuivit ses travaux de recherche en chimie. Le 4 février de cette même année, il adhère à l’Académie Royale des Sciences. On lui attribue la découverte des éléments chimiques suivants : le molybdène, le tungstène, l’azote et le manganèse. Il fut le premier à obtenir de nombreux composés, tels que l’acide tartrique, l’arsine et l’hydrogène sulfuré. Il démontra que l’acide lactique était le composant acide du lait tourné. Il détermina également les propriétés et la composition du cyanure d’hydrogène et des acides citriques, malique, oxalique et gallique.
Scheele obtint aussi la glycérine et plusieurs acides minéraux et isola divers acides organiques.
Ci-dessous de la scheelite, nommé d’après Carl Wilhelm Scheele.
Scheelite