La presse en classe de FLE: la structure d’un article de presse

B?d?u, Georgeta. La presse en classe de FLE: la structure d’un article de presse (2009): En-line : http://lewebpedagogique.com/ccfclujmediatheque/archives/1072 [consultat la 20 august 2010].

Objectifs :

Comprendre et réutiliser la structure d’un article de presse

Appréhender les notions de titre, chapeau, intertitre

Savoir utiliser la technique de la pyramide inversée

Pré-requis : Avoir déjà étudié les éléments constitutifs des revues et journaux.

Notions développées : titre, chapeau, intertitre, colonne, signature

Modalités de la séance :

Lieu : salle de classe/CDI/bibliothèque

Nombre d’élèves par séance : classe en demi-groupe ou classe entière

Intervenants : professeur de français et documentaliste/bibliothécaire

Outils pédagogiques : la fiche de travail distribuée aux élèves

Matériel pédagogique : photocopies d’articles, journaux, revues (à voir les abonnements de la Médiathèque du CCF Cluj et les liens Presse française et Presse francophone de son blog)

Matériel nécessaire : tableau papier, feutres, photocopies

Déroulement de la séance :

5? : Consignes générales (but de la séance du jour, contexte de la séance) et distribution de la fiche technique en expliquant son utilisation.

40? : Pour chaque question, 20? pour répondre seul, puis correction en commun, en écrivant au tableau les réponses.

5? : Evaluer la séance.

Evaluation :

Vérification, tout au long de la séance, que les consignes ont bien été comprises et appliquées. Evaluation du travail effectué sur la fiche distribuée aux élèves par le bibliothécaire- documentaliste pour évaluer la séance et remédier lors de la prochaine.

Fiche de l’élève

Comment lire un article de presse ?

Le lecteur potentiel est souvent pressé, fatigué, blasé. D’où la nécessité, dans le même article, de lui offrir deux circuits de lecture.

Un circuit court : Il comprend le surtitre, le titre, le sous-titre, le « chapeau » qui résume l’essentiel de l’article, éventuellement une ou plusieurs photos. Cet ensemble devrait contenir 80% des informations à transmettre.

Un circuit long. C’est l’article lui- même, auquel on se réfère pour en savoir plus. Plus il est long et plus il faut le couper d’intertitres qui le balisent en le résumant rapidement.

L’article de presse doit répondre aux cinq grandes questions de base (la règle des cinq W) :

Qui/Who ?

Quoi/What ?

Quand/When ?

Où/Where ?

Pourquoi/Why ?

La structure en pyramide inversée

Contrairement au texte littéraire ou à la dissertation, le texte de presse répond en « urgence » aux cinq questions fondamentales mentionnées ci-dessus, car il est nécessaire d’informer le plus vite possible le lecteur. Ces informations sont déjà le plus souvent présentes dans le titre et le sous-titre, le surtitre, voire dans le chapeau, mais également dans le début de l’article plutôt qu’à sa fin. D’où l’image d’une construction en pyramide inversée (beaucoup d’éléments au début et peu à la fin).

Exercices :

1. Observez attentivement l’article suivant et associez à chaque élément de la liste ci-dessous le chiffre qui lui correspond :


  1. titre du périodique
  2. rubrique
  3. dossier
  4. titre de l’article
  5. chapeau
  6. signature
  7. photo
  8. illustration/graphique/schéma
  9. légende
  • L’article a ……..colonnes et………paragraphes.
  • Soulignez directement sur l’article les éléments de phrases répondant aux cinq W, en utilisant un code couleur (ex. rouge : qui ; noir : quoi ; bleu : où ; vert : quand ; jaune : pourquoi).
  • Identifiez l’introduction et la conclusion de l’article.

2. Lisez attentivement les paragraphes ci-dessous et retrouver l’ordre journalistique initial de l’article, puis complétez la matrice avec la lettre qui correspond à chaque paragraphe (Source de l’article: MANNELI, Sophie. Il vit avec un trou noir à la place du cerveau [en ligne]. La Provence, 21/07/2007. Disponible sur le site: http://www.laprovence.com)

a. Comment un tel prodige est-il possible? « Le cerveau, quasiment absent sur les images s’est développé en périphérie, aplati contre les parois de la boîte crânienne », précise le spécialiste. Une adaptation rendue nécessaire par l’hydrocéphalie dont souffre cet homme depuis l’âge de six mois. À cette époque, un drain lui avait été posé pour dériver le liquide céphalo-rachidien. Une deuxième intervention avait été réalisée quatorze ans plus tard.

b. Ce n’est qu’à 44 ans, à cause de douleurs à la jambe gauche, que le patient a pratiqué un scanner et une IRM, dont les images ont révélé l’existence de ce « trou noir »: des cavités ventriculaires énormes, dilatées par le liquide céphalo-rachidien. « Refoulées en périphérie de la boîte crânienne, les substances grises et blanches du cerveau ont dû émigrer pour survivre », résume le Dr Feuillet, qui vient de publier ce cas étrange dans la fameuse revue scientifique britannique The Lancet.

c. C’est un Marseillais. Il a 44 ans. Vous l’avez peut-être croisé un jour dans l’administration où il travaille. Ou à l’école où il va chercher ses deux enfants. Cet homme, qui vient de devenir un héros de la littérature médicale, tient pourtant à conserver l’anonymat. Il est vrai que sa particularité a de quoi susciter les sarcasmes: les médecins ont découvert un grand trou noir à la place de son cerveau…

d. Et le Marseillais peut être fier de son « tiny brain » (petit cerveau). « Son cas montre que le cerveau est capable de s’adapter à des situations imprévues, se débrouille de fonctionner autrement ». Un immense espoir pour les malades atteints de sclérose en plaque, ou les victimes d’accidents vasculaires, dont les lésions cérébrales pourraient être en partie compensées par des ressources du cerveau jusque-là insoupçonnées.

e. C’est bien ce qui apparaît à l’image, sur les scanners et les IRM réalisés en 2003 à l’hôpital de la Timone. Un tel vide sidéral dans la boîte crânienne, « correspond à une personne démente, grabataire », explique le Dr Lionel Feuillet, neurologue au pôle neurosciences de la Timone. Or, son patient, fonctionnaire sans problème, a suivi une scolarité sans histoire, avec une intelligence à peine inférieure à la normale. Son QI est de 75 pour une moyenne de 100.

Bibliographie:

Darrobers, M; Le Pottier, N. La recherche documentaire. Paris: Nathan, 1999.

MARCEL, Alexandre. 50 activités pour apprivoiser son journal. CRDP Tarn-et-Garonne, 1996.

RECHERCHE documentaire et maîtrise de l’information. Formation des élèves par le professeur documentaliste de la sixième à la terminale. Rouen : C.R.D.P. de Haute-Normandie, 1999.

Enseigner/apprendre le français avec Radio Fance Internationale (RFI)

Enseigner/apprendre le français avec Radio Fance Internationale (RFI). In : Universul ?colii, an XII,   nr. ,  2010.

Pourquoi utiliser la radio en classe de FLE ? Plusieurs réponses sont possibles. Les documents sonores permettent d’améliorer la compréhension orale, la concentration des apprenants et leur appréhension de la réalité médiatique de la langue, en les mettant en contact avec les accents, les voix, les rythmes et les registres de langue de façon irremplaçable. En raison de sa nature, la radio peut avoir un côté affectif fort et favorise l’imagination ce qui donne lieu à de nombreuses activités. Elle permet de plus l’accès à d’autres sources d’informations, à d’autres rythmes et se renouvelle sans cesse.

Les difficultés sont connues : les locuteurs s’expriment souvent rapidement, ils utilisent un vocabulaire difficile et complexe, ils ont un accent, ils utilisent des implicites culturels, ils s’adressent à des Français et mettent en oeuvre des connivences difficiles à comprendre pour un étranger. De plus, la radio peut manquer d’attrait par rapport à d’autres supports (télévision, informatique, Internet).

Mais il y a aussi des points forts de la radio. Dans beaucoup de pays, la radio est le seul média facilement accessible et perpétuellement renouvelé.

Les activités qui supposent l’exploitation de la radio en classe de FLE sont divisées en activités de pré-écoute, d’écoute et de post-écoute. Certaines peuvent s’utiliser à plusieurs étapes, d’autres non. Je vous propose de découvrir quelques-unes dans la proposition d’exploitation du reportage audio « 2005 : l’année Jules Verne » publié le 11 janvier 2005 dans la rubrique « Le fait du jour » du site Radio France Internationale[1].

Fiche enseignant

Sujet : Découvrir Jules Verne avec RFI

Niveau: B1

Durée prévue : 1 heure

Objectifs communicatifs:

Comprendre l’information contenue dans un document radiodiffusé, dont le sujet est d’intérêt personnel et la langue standard clairement articulée.

Commenter brièvement le point de vue d’autrui.

Localiser une information recherchée et réunir des informations provenant de différentes parties d’un texte afin d’accomplir une tâche spécifique.

Ecrire une lettre personnelle pour exprimer sa pensée sur un sujet abstrait ou culturel.

Objectifs linguistiques:

Transposer du discours direct au discoursindirect les propos de quelqu’un.

Objectif (inter)culturel :

Découvrir un écrivain français.

Matériel pédagogique : CD avec le document audio tiré du site de RFI, fiches d’exercices, transcription du reportage et/ou ordinateurs branchés à l’Internet.

Lieu : CDI ou salle multimédia.

Suggestions d’activités pour la classe

Suggestion de mise en route (activité 1)

Exercice 1 de la fiche apprenant

Écrire au tableau : «Ecrivains francophones».

En petits groupes :

Connaissez-vous des francophones ? Pouvez-vous en citer trois ainsi que le titre d’une de leurs oeuvres?

Discussions au sein de chaque groupe. Recueillir oralement les propositions des élèves et les lister au tableau.

Cette activité de mutualisation des connaissances a pour but de préparer les élèves à la réception

A. Activités avant l’écoute :

a.1. Remue-méninges : le groupe d’élèves met en commun tout ce qu’il connaît ou croit connaître sur le sujet traité. Cette activité a pour objectif d’inciter les élèves à partager leurs connaissances sur la personnalité qui est l’objet du reportage et à les préparer donc à la réception du document.

Si les élèves n’ont pas mentionné Jules Verne dans leurs réponses à la question « Quels écrivains français connaissez-vous? », leur demander s’ils le connaissent. Si c’est le cas, en discuter avec eux. S’ils ne le connaissent pas, leur montrer quelques photos d’écrivains français : certains élèves peuvent le reconnaître à partir de la collection de photos.

a.2. Sensibilisation au thème : le groupe étudie des textes (la 4e couverture de quelques livres de Jules Verne), des photographies, des documents vidéo. Les élèves acquièrent les connaissances culturelles et lexicales nécessaires à la compréhension du document.

B. Suggestions pour les activités d’écoute

b.1. Donner une liste d’informations contenues dans le document et leur demander de les remettre dans l’ordre de l’écoute.

Distribuer la fiche d’activités et faire écouter le reportage.

Consigne pour les élèves:

À deux, faites l’exercice 2 de la fiche apprenant (Activité RFI no.1):

Corriger à l’oral et écrire les propositions des groupes au tableau. Ne pas hésiter à répéter l’écoute en cas de litige ou incompréhension. Veiller à ce que tous les élèves comprennent bien les informations recueillies, car elles sont la clé d’une bonne compréhension du sujet du reportage.

b.2. Proposer une liste de questions du type Vrai/Faux.

Ecouter le reportage et faites l’exercice 3 de la fiche apprenant (Activité RFI no.3):

Corriger à l’oral et écrire les propositions des groupes au tableau. Ne pas hésiter à répéter l’écoute en cas de litige ou incompréhension.

b.3. Proposer un questionnaire à choix multiple.

Ecouter le reportage et faites l’exercice 4 de la fiche apprenant (Activité RFI no.2):

Avant de corriger en grand groupe, inviter les élèves à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin(e), puis noter les bonnes réponses au tableau.

Ecouter encore une fois le reportage pour une meilleure compréhension de la correction. Cette fois, l’activité permet de contrôler la compréhension détaillée du reportage.

Remise de la fiche « Transcription », lecture des élèves et corrigé.

Titre du document: 2005 : L’année Jules Verne

Origine : Radio France Internationale

Date de diffusion : 11/01/2005

Jean-François Cadet : 2005 sera en France l’année Jules Verne. L’écrivain français est mort il y a cent ans.

Romain Goguelin : C’était le 24 mars 1905. Jules Verne avait 77 ans. Alors pour marquer l’anniversaire de sa disparition, des célébrations auront lieu, mais avant d’y revenir avec vous, Muriel Maalouf, peut-être quelques mots sur cet écrivain décidément extraordinaire…

Muriel Maalouf : C’est en effet un des romanciers les plus imaginatifs et les plus populaires. Jules Verne est probablement l’écrivain français le plus traduit, une littérature qui séduit tous les âges : les enfants, mais aussi les grands, qu’il fait voyager dans ses histoires extraordinaires. Vingt Mille Lieues sous les mers ou Le Tour du monde en quatre-vingt jours sont les romans qu’on associe spontanément à Jules Verne. Mais il a une oeuvre autrement plus importante : citons, entre autres, L’Île mystérieuse ou Les Aventures du capitaine Hatteras. Il a aussi écrit des pièces de théâtre qui seront republiées cette année. A l’occasion de ce centenaire, on pourra donc se replonger dans les rêves, les voyages et les explorations comme aimait les imaginer Jules Verne, retrouver la machine à remonter dans le temps, un monde curieux et plein d’aventures.

Jean-François Cadet : Alors Muriel Maalouf, quelles sont les principales manifestations, les plus importantes, pour célébrer le centenaire du décès de Jules Verne ?

Muriel Maalouf : Alors il y a une multitude de manifestations, plus d’une cinquantaine cette année : concerts, expos, performances d’artistes, spectacles, films, et un des temps forts de ces festivités, c’est certainement la création de la compagnie d’art de la rue Royal de Luxe. Le titre, écoutez bien, c’est une évasion à lui tout seul : La Visite du sultan des Indes sur son éléphant à voyager dans le temps. Et il s’agit de suivre les pérégrinations d’un gigantesque éléphant mécanique en compagnie de quelque cent comédiens, techniciens et manipulateurs.

Romain Goguelin : Muriel Maalouf sur RFI. Précisons que les pérégrinations, eh bien ce sont des voyages pleins d’aventures. Merci d’avoir suivi ce journal, à demain !

C. Activités après l’écoute

c.1. Activité grammaticale :

L’exercice 5 de la Fiche apprenant permet le renforcement des règles du passage du discours direct au discours indirect

c.2. Activité pour la production écrite

Exercice 6 de la Fiche apprenant

Cette activité de production écrite vient en prolongement du sujet traité dans le reportage. Elle permet aux élèves de développer leur écrit dans une tâche cadrée puis de développer leur capacité à s’autocorriger.

Fiche apprenant

Exercice 1. Connaissez-vous des écrivains francophones ? Pouvez-vous en citer trois ainsi que le titre d’une de leurs oeuvres?

Exercice 2. Dans quel ordre les journalistes présentent-ils les informations suivantes ? Sélectionnez la bonne réponse dans la liste.

Les journalistes rappellent quand et à quel âge Jules Verne est mort : 1/2/3

Les journalistes présentent les manifestations de l’année Jules Verne : 1/2/3

Les journalistes expliquent l’oeuvre extraordinaire de Jules Verne : 1/2/3

Exercice 3. Vrai ou faux? Cochez la bonne réponse.

a. 2005 est l’année Jules Verne, car c’est le 100ème anniversaire de l’écrivain.
vrai/faux

b. Jules Verne est mort à l’âge de 97 ans.
vrai/faux

c. L’année Jules Verne, c’est plus d’une centaine de manifestations.
vrai/faux

d. Les représentations de la compagnie Royal de Luxe ont lieu dans la rue.
vrai/faux

e. Le spectacle de Royal de Luxe est un moment important des festivités.
vrai/faux

Exercice 4. Répondez aux questions suivantes en fonction de ce que vous entendez dans le journal. Cochez les bonnes réponses.

1. Quelles expressions la journaliste utilise-t-elle pour décrire l’écrivain Jules Verne?
a. Le plus imaginatif
b. Le plus pessimiste
c. Le plus populaire
d. Le plus traduit

2. Qu’est-ce qu’a écrit Jules Verne ?
a. Histoires extraordinaires
b. Vingt Mille Lieues sous les mers
c. Le Tour du monde en quatre-vingts jours
d. L’Île au trésor
e. L’Île mystérieuse
f. Les Aventures du capitaine Hatteras
g. La Visite du sultan des Indes sur son éléphant à voyager dans le temps

3. Quelles manifestations ont lieu pour l’année Jules Verne ?
a. Des concerts
b. Des expositions
c. Des débats
d. Des performances d’artistes
e. Des spectacles

Exercice 5

Transposez au discours indirect la première et la dernière réplique du reportage ::

Jean-François Cadet : 2005 sera en France l’année Jules Verne. L’écrivain français est mort il y a cent ans.

Romain Goguelin : Muriel Maalouf sur RFI. Précisons que les pérégrinations, eh bien ce sont des voyages pleins d’aventures. Merci d’avoir suivi ce journal, à demain !

Exercice 6.

Lisez le message suivant et répondez à son auteur (80-100 mots). Organiser vos idées pour rendre votre message cohérent et agréable à lire.

[1] La transcription du reportage et les exercices 2, 3 et 4 de la fiche apprenant sont proposés par Marie Rousse sur le site de Radio France Internationale (RFI), rubrique « Le fait du jour »,  le reportage « 2005 : l’année Jules Verne »  du 11/01/2005. Documents consultables en ligne : http://www.rfi.fr/francais/languefr/questionnaires/074/questionnaire_36.asp

Le blog : ils l’utilisent… et vous en parlent

Mes réponses à un questionnaire proposé par Elodie Ressouches pour le dossier « Des outils “web 2.0? dans l’enseignement du français» publié en 2009 sur le site Franc-Parler 

Questions a propos de votre usage pedagogique du blog

Depuis quand utilisez-vous un blog ? L’avez-vous d’emblée utilisé à des fins professionnelles ?

J’utilise le blog depuis 2008. J’ai été séduite par l’ouverture qu’il peut offrir à ma profession d’enseignante ; pour le moment, je l’utilise exclusivement à des fins professionnelles.

Qu’est-ce qui vous a mené à utiliser le blog à des fins pédagogiques ?

Le module A403,  Enrichir ses cours avec les ressources d’Internet, du BELC 2008, module animé par Elodie Ressouches.

Était-il destiné à votre propre usage ou plutôt à la gestion de la classe
et aux élèves ?

Au début, j’avais envisagé d’utiliser cet outil merveilleux pour rendre plus facile (et amusante) ma vie d’enseignante. C’est pourquoi le premier blog que j’ai créé avait plein de liens et des documents s’adressant à ceux qui exercent le même métier que moi.

Quelles fonctionnalités du blog utilisez-vous ? Quelle exploitation
pédagogique en faites-vous ?

J’utilise le blog comme outil de communication, agenda et « dépôt professionnel » à la fois. Je trouve que c’est extraordinaire d’avoir accès à ses outils de travail de n’importe quel endroit du monde. Et je ressens un grand bonheur de pouvoir les partager et d’améliorer certains aspects de mes démarches pédagogiques à l’aide des visiteurs qui laissent des commentaires souvent très, très pertinents. J’ai créé deux autres blogs à l’usage de mes élèves, l’un dans le cadre du concours international « Bloguons en français », un deuxième pour un projet de classe. Le fait que chaque élève a accès à l’ensemble de l’information est bénéfique. Chaque élève travaille dans son rythme et je peux l’aider à distance. Ce qui nous confère à tout le monde du temps supplémentaire. Pour réfléchir ou… pour « aller doucement vers une fontaine ».

L’utilisation de blog débouche-t-elle sur des pratiques pédagogiques nouvelles ou bien est-ce plutôt une modernisation de pratiques habituelles?

Un renouvellement et une modernisation des pratiques pédagogiques.

Quel bilan tirez-vous de cette expérience ? Êtes-vous satisfaite du blog ?

Je considère que le blog est un outil sensationnel qui peut faire évoluer le métier d’enseignant.

Y trouvez-vous des limites ? Si c’était à refaire, feriez-vous de la même manière ou autrement ?

Certainement, le blog a des limites. Parfois il y a des astuces qui se révèlent après des heures et des heures de travail. Parfois les obstacles techniques  se montrent insurmontable. Mais le plaisir de « l’escalade technique » reste inaltéré, malgré tout. Si c’était à refaire, ferais-je de la même manière ? Pour plaisanter, je dirais qu’il est absurde de refaire les mêmes erreurs quand il y en a tant d’autres, toutes neuves, qui m’attendent ! Je pense utiliser encore longtemps le blog, d’une manière de plus en plus professionnelle. Je l’espère, en tout cas.

Quels sont les éventuels pré-requis nécessaires pour utiliser le blog (enseignant + élèves) ? Avez-vous été formée ou bien vous êtes-vous autoformée ? Avez-vous dû former vos élèves aux aspects techniques de l’outil ?

Avec un niveau moyen de maîtrise d’un ordinateur branché à l’Internet (traitement de texte, gestion des signets et des liens, insertion des images/sons/vidéos…) le pari du blog peut être gagné. J’ai été formée, mais l’autoformation et le désir de perfectionnement sont indispensables. J’ai dû former les élèves que j’ai entraînés dans l’aventure du blog. Mais je dois reconnaître que le travail avec le public jeune a été beaucoup plus facile que celui avec des adultes (qui, parfois, ont du mal à reconnaître leurs limites dans le domaine des TIC et qui sont des victimes beaucoup plus faciles du…découragement). Les jeunes (apprenants) sont plus créatifs et  (presque) toujours plus forts que les adultes en matière de nouvelles technologies.

Dans le cadre de votre établissement, votre initiative est-elle isolée, suivie, relayée, encouragée, partagée… ou pas ?

J’espère que mon initiative ne restera pas isolée. Avec une de mes collègues, par exemple, j’ai mis sur pied le blog de l’équipe de français de mon établissement, j’ai eu des collaborations intéressantes avec des bibliothécaires et des médiathécaires de mon département ou d’ailleurs et j’ai la conviction qu’ils sont persuadés, eux-aussi, de l’intérêt du blog comme outil de modernisation des services documentaires.

Utilisez-vous d’autres outils web ? Lesquels et pour quoi faire ?

J’utilise le wiki dans ma pratique pédagogique et dans mon activité de formatrice de documentalistes. Pour communiquer, pour échanger avec des amis, j’utilise certains réseaux du type Facebook ou le MSN.