u fond d’une vallée encaissée, sur les bords du mythique fleuve Euphrate, la petite ville de Halfeti meurt à petit feu. Les vieilles maisons en pierre sont quasiment toutes vides. Un bureau de poste, quelques cafés où l’on fait griller les énormes carpes du fleuve et une prison encore en activité sont les seules traces de vie. La construction, en aval, du barrage de Birecik a bouleversé la quiétude de cette région turque, proche de la frontière syrienne.

Trente et un mille habitants ont été évacués, avant l’inondation de la zone en 2000, pour être relogés dans des appartements neufs construits en haut de la colline, dans le « nouveau Halfeti ». Le village voisin, Savasan, n’est plus accessible qu’en bateau. Le minaret de la mosquée et un pylône électrique dépassent des eaux bleues du lac. Le reste est englouti. « Nous passons au-dessus de mon école », montre le capitaine du bateau. Zeugma, la cité antique du IIIe siècle av. J.-C., découverte juste avant la mise en eau, a connu le même sort.

La suite sur Le Monde.fr

Étiquettes : , ,

Laisser une réponse :

Vous devez être connecté pour poster un commentaire...