object10

source : http://i22.servimg.com/u/f22/09/02/87/97/object10.jpg

Les ENS, les écoles de management et les IEP travaillent à une  » banque d’épreuves littéraires  » pour les khâgneux

Il y a une vie après un échec à Normale Sup. Pour que ce soit bien clair, les acteurs de la filière littéraire préparent une petite révolution. Les écoles normales supérieures (ENS de la rue d’Ulm à Paris et ENS Lyon), les deux principales  » banques communes d’épreuves  » des écoles de management (BCE et Ecricome) et six instituts d’études politiques régionaux (Aix, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg, Toulouse) discutent actuellement de la création d’une  » banque d’épreuves littéraires  » (BEL).

L’idée est de permettre aux élèves de deuxième année des classes préparatoires littéraires (les  » khâgneux « ) qui ont échoué au concours d’entrée à Normale Sup de garder le bénéfice de leurs écrits pour intégrer une école de management ou un institut d’études politiques (IEP). L’objectif final reste bien entendu de favoriser leur insertion professionnelle.

L’accès aux prestigieuses ENS est en effet très sélectif. Ulm et Lyon n’ont qu’à peine 250 places à offrir aux 5 000 khâgneux. Le taux de réussite y est donc de 5 %.

Le Monde, 15/05/2010

… lire la suite sur Le Monde.fr

Étiquettes : , , , , ,

Laisser une réponse :

Vous devez être connecté pour poster un commentaire...