cités végétales

Pour compléter le cours sur la ville et celui sur la question des ressources énergétiques : voici  une information  reprise  par Sylviane Tabarly sur Hfrançais, la liste de diffusion des Clionautes :

« Cités végétales, l’utopie des villes de demain – L’exposition Cités Végétales, présentée à Lyon du 27 avril au 27 juin 2010, permet à un large public de découvrir le travail de Luc Schuiten, architecte belge, qui travaille depuis plus de 40 ans sur l’avenir de nos villes.
Luc Schuiten nous prend par la main pour nous faire entrer dans son univers où se mêlent le merveilleux, l’utopie, la symbiose de l’oeuvre humaine avec l’environnement naturel. Certes, comme le dit Schuiten lui-même, il s’agit d’une vision d’artiste, mais aussi d’une vision bien ancrée dans la réalité, qui intègre deux éléments fondamentaux de l’architecture : l’utopie et le temps.
Luc Schuiten imagine en effet la ville dans son évolution, à l’horizon 2150.

Il respecte par là le temps long de l’architecture, dont les oeuvres s’inscrivent dans les paysages pour des siècles, voire des millénaires. Schuiten réféchit donc à ce que pourrait être une ville du futur, dans un contexte de raréfaction des ressources naturelles, du pétrole en particulier. Le site s’ouvre sur une magnifique vision du quartier de la Part-Dieu de Lyon, la nuit, où l’on voit la tour du crayon enveloppée de feulles géantes.

Schuiten avait réalisé l’exercice avec d’autres villes comme Nantes  et Bruxelles, où il habite. Pour imaginer les villes de demain, Schuiten s’inspire puissamment de la nature. C’est un adepte du biomimétisme, science en pleine expansion, qui tire parti des éléments et organisations naturels pour créer de nouveaux objets, de nouveaux matériaux, et de nouveaux écosystèmes.

Mais Schuiten n’est pas seulement un doux rêveur. Il met sa capacité d’imaginaire au service de projets réalisables. Il suffirait de vouloir s’engager dans cette voie…

« En 1960, envoyer une fusée dans la lune était une utopie complètement folle. Mais on a mis l’énergie et les moyens pour
pouvoir le faire. Vivre dans un environnement vivant est une utopie beaucoup moins irraisonnable qu’envoyer une fusée dans la lune »,
nous dit l’architecte visionnaire. (…) La réalité, c’est ce que nous arrivons à faire du monde. A la lumière de l’information scientifique à laquelle nous avons accès, je suis évidemment inquiet,et j’ai peur même de ce qui pourrait arriver. Ce n’est pas à moi à illustrer les catastrophes annoncées, j’explore simplement une autre voie possible, je suis la ligne d’un tracé idéal qui me conduit à des élaborations. Je suggère à quoi pourrait ressembler notre monde, dans le cas où les hommes arriveraient à maîtriser leur destin. Pour cela, il faudrait qu’ils le veuillent et qu’ils s’organisent »

http://www.cursus.edu/?module=document&action=getDoc&uid=71379

Pour vous faire une idée sans aller sur place :

– Le site de l’expo à Lyon(à la Sucrière) http://www.citesvegetales.com/
– et le site de Luc Schuiten  http://citevegetale.net/index.html

– Un dossier pédagogique : http://www.citesvegetales.com/vegetal_city.pdf

– Une page intéressante de RFI avec des ressources :

http://www.rfi.fr/contenu/20100512-cites-vegetales-luc-schuiten-douces-durab
les-intelligentes

Ce matin, l’expresso du Café pédagogique signalant aussi cette réalisation de Sagasciences : « le CNRS nous emmène en voyage au cœur des villes à travers 600 photos, films, interviews. Tout cela prend l’aspect d’un jeu interactif qui correspond bien a l’univers des élèves.Mais les questions sont bien là : quelle nature voulons nous en ville ? La ville du futur sera-t-elle verte ? Qu’est ce qu’un écoquartier ? Un site à découvrir !:
http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosbioville/bioville.html

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser une réponse :

Vous devez être connecté pour poster un commentaire...