http://feedesbrumes.canalblog.com/tag/expo

J’ai choisi de traiter l’une des deux photos qui portent sur la ville d’Albi, celle où l’on voit une sandwicherie, car j’ai vécu dans cette ville durant plusieurs années et je connais bien cette vue.

C’est une photo qui à mes yeux est presque dérangeante, il paraît inconcevable de prendre en photo un cadre d’une telle banalité, et c’est justement cela qui la rend intéressante. On peut y voir, dans un plan rapproché, sans recul, une maison de ville avec un magasin, une sandwicherie sur le fond d’un mur ocre. La photo ne présente aucun second plan, on est mis face à face avec ce petit monde, et il n’y a personne. Elle ne présente pas un intérêt architectural, et n’est pas particulièrement représentative de la ville, qui est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il n’y a rien de joli sur cette image, rien qui charme l’œil : les couleurs sont criardes, il y a des fils électriques apparents, et l’enseigne n’est pas très attractive. Cette photo peut même paraître un peu glauque, tout paraît à l’abandon.

Et cependant, il s’en dégage une impression d’être hors du temps, une forme de douceur. C’est le portrait d’une France provinciale, traditionnelle, qui se modernise progressivement et s’oppose à une autre image de la France, orientée vers le progrès et la modernité. Raymond Depardon montre une France du quotidien, loin des clichés.

© Marion Teulières, HK AL

Étiquettes : , , , ,

Laisser une réponse :

Vous devez être connecté pour poster un commentaire...