Saint Thomas de Conac est une commune de Charente Maritime, en Poitou Charente, non loin de Bordeaux. Coincé entre la Gironde et l’autoroute A10, c’est ce bourg de campagne de 555 habitants en 2007, avec ici sa rue principale, que choisit Raymond Depardon parmi ces nombreux clichés réalisés lors de son tour de France, pour figurer dans son expo au côté de 35 autres photos.

C’est le centre du bourg, sans vie, que Depardon nous dévoile. A l’arrière plan, l’on distingue l’église avec le monument aux morts, et au premier sans doute un des seuls commerces du village, le magasin Coop.

Ainsi, on peut voir au premier plan ce magasin Coop, installé dans une vielle maison de ville quelque peu décrépie. Une unique porte sert d’ouverture sur l’extérieur. 4 panneaux publicitaires, aux couleurs criardes vert et jaune, signalent l’échoppe aux passants. Tout ce dont on peut avoir besoin peut être trouvé ici : alimentation générale, pain, photocopieuse, relai SNCF, Groupama, bonbonnes de gaz,… Le slogan est d’ailleurs : « Tout près de chez vous… ». Des livraisons à domicile sont proposées.

Sur la gauche de la photo, la route. Elle est étroite et il est impossible de se croiser comme l’indique le panneau de signalisation au centre. La route est en mauvais état et rien n’est d’ailleurs très bien entretenu. Les volets des habitations sont fermés accentuant encore l’aspect de ville déserte de ce bourg. On devine une autre boutique dans cette rue, sans doute un bar, tabac, presse.

Cette vue du bourg de Saint thomas de Conac pourrait avoir été prise dans n’importe quel bourg de campagne isolée. Raymond Depardon ne fait d’ailleurs pas figurer les légendes à côté des photos, mettant d’autant plus en valeur le caractère représentatif de multiples communes de cette photo.

La ville s’est vidée petit à petit, les commerçants n’ont pas été remplacés. Les jeunes ont fuit la difficile vie rurale au profit des opportunités de la ville. L’isolement du village a d’ailleurs peut être été accentué, par un effet tunnel, avec la création de l’autoroute A10, sans bretelle d’autoroute aux alentours du village. La seule boutique qui fait vivre le village est ce magasin, Coop. Le fait qu’il fasse des livraisons à domicile révèle aussi les caractéristiques de sa clientèle, âgée et donc peu mobile. Dans cette ville fantôme, tournée vers le passé avec son monument aux morts, cette boutique récente, dissone avec le reste du village, comme en témoigne la couleur des panneaux publicitaires. Ce magasin a comme été rajouté, pour redonner vie au lieu. Ce type d’aménagement rend compte de la volonté des habitants de sauver leur commune, volonté de survie plus que d’embellissement.

© Anne-Astrid de Kerizouët et Daphné Dupré, HK BK

Étiquettes : , , , , ,

Laisser une réponse :

Vous devez être connecté pour poster un commentaire...