http://www.julienlavault.com/web/reseaux-sociaux-communautes

« Alors que de plus en plus de villes – Rennes, Nantes, Paris, Bordeaux, Lyon, Lille…- mettent désormais en ligne des données publiques et développent des applications traitant ces données, la révolution de l’open data mobilise désormais la majorité des acteurs publics, Etat, administrations, établissements publics, collectivités locales, entreprises elles-mêmes. Quelques mois après la mise en ligne de la plate-forme date.gouv.fr, la mission interministérielle Etalab (etalab.gouv.fr) chargée d’inciter et coordonner la politique d’ouverture des données publiques vient de lancer Dataconnexions, une plate-forme qui vise à fédérer les partenaires potentiels de l’open data : développeurs, chercheurs, start-up, porteurs de projets innovants… Une trentaine d’acteurs de l’économie numérique se sont déjà associés à Dataconnexions : mastodontes technologiques (Google, Microsoft, Orange), entreprises publiques (La Poste, SNCF), écoles et centres de recherche (Inria, Epita…), entreprises conseils (MacKinsey & Company), pôles de compétitivité (Cap Digital, Silicon Sentier…) …. Réunis le 16 février devant la presse, tous confirmèrent leur intérêt pour l’open data, dont la vertu démocratique cache aussi un important potentiel économique en termes de création d’emplois notamment. »

Lire la suite dans Les Inrocks, N°848, 29/02/2012

Lire l’interview de Sébastien Naudet, président d’Etalab sur lesinrocks.com

Étiquettes : , , , , , , , , ,


REPORTAGE | LEMONDE | 11.02.12

Gonesse (Val-d’Oise) Envoyé spécial – Le froid givre les champs que longe, au loin, l’autoroute. Derrière l’artère d’où parvient un vrombissement continu, on distingue les cubes bleus d’un centre commercial, muraille de la ville qui se dresse. Soudain, dans l’air glacé, surgissent des lièvres qui gambadent et se rassemblent. « Il y en a des dizaines à travers ces champs, et aussi beaucoup de perdreaux, dit Dominique Plet. J’ai même déjà vu des automobilistes s’arrêter au bord de l’autoroute et descendre pour en tirer au fusil ! »

M. Plet a 68 ans et cultive des céréales sur un des derniers espaces agricoles proches de Paris, au sud de l’aéroport de Roissy, une enclave couvrant près de 1 000 ha et qu’on appelle le Triangle de Gonesse. « Nous en sommes à la cinquième génération à travailler ici, et mon fils est mordu, il veut reprendre, on veut rester agriculteurs. » Ils sont moins d’une dizaine de paysans à exploiter ces riches terres d’Ile-de-France.

Mais l’avenir est incertain. Car c’est sur le Triangle de Gonesse qu’Auchan, le deuxième groupe français de distribution commerciale, envisage de lancer une opération géante, sous le nom d’Europa City, pour un investissement de 1,7 milliard d’euros. Sur 80 hectares s’étendrait un megacentre culturel et de loisirs, comprenant un musée à la surface comparable au Centre Beaubourg, une piste de ski, un cirque permanent, et 250 000 m2 de commerces et de restaurants. Autour, des immeubles de bureaux. Une étude réalisée pour la filiale Immochan, qui pilote le projet, estime que celui-ci créera 11 500 emplois directs et 6 000 indirects. La clientèle ? Une partie des 63 millions de voyageurs qui transitent par l’aéroport, les populations locales, et des Parisiens attirés par ce centre qui prétend renouveler la consommation et qui sera « environnementalement positif ».

Europa City serait dotée d’une gare, construite dans le cadre du Grand Paris, et d’un barreau ferroviaire reliant la Défense et le Parc des expositions de Villepinte. Par ailleurs, un terrain de golf de 90 ha et une zone d’activité de près de 200 ha seraient créés.

« Le Triangle de Gonesse est le morceau d’une stratégie plus globale sur tout le territoire entre Roissy et Le Bourget, dit Hervé Dupont, directeur de l’établissement public d’aménagement de la Plaine de France. La tendance antérieure était d’utiliser les espaces près des aéroports pour faire de la logistique. Maintenant, on cherche plutôt à faire du techno-tertiaire. »

Une évolution qui pourrait revaloriser l’image des villes les plus proches – Gonesse, Sarcelles, Aulnay-sous-Bois -, qui souffrent d’un taux de chômage important. Pour les élus, la promesse d’embauches est prioritaire. « Si la moitié des emplois prévus pouvait revenir sur la zone, ce serait une bonne chose, dit Michel Montaldo, conseiller général (PR) du canton de Garges-lès-Gonesse. Par exemple, on s’aperçoit que le grand stade à Saint-Denis n’a pas créé d’emplois pour les populations pauvres du coin. On voudrait une contractualisation avec Europa City pour pouvoir obtenir des formations adaptées. »

Mais le projet soulève une vive opposition locale, menée par un collectif de dix-sept associations qui contestent l’avancée silencieuse du projet. « Les gens à Gonesse ne sont pas du tout informés par la mairie », dit Mohammed Ouerfelli, de l’Association des habitants de l’est du Val-d’Oise (Adhevo). Une enquête publique sur la « réserve foncière » des superficies concernées va s’ouvrir le 20 février.

PROJET DÉMESURÉ

Les opposants critiquent surtout la destruction des terres agricoles, même si un « carré vert » de 400 ha serait sanctuarisé : « Tous les politiques disent qu’il faut préserver les terres agricoles, observe Bernard Loup, de Val-d’Oise Environnement. Mais on ne voit rien changer sur le terrain ; au contraire, la consommation des terres agricoles s’accélère. »

Lire la suite sur Le Monde.fr

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,


 

 

 

 

http://jm33500.canalblog.com/archives/p6-6.html

Quelques extraits du compte-rendu de la réunion : (pour les optionnaires du soir)

Réunion jury de géographie-préparateurs

ENS ULM

Samedi 3 décembre 2011

 

épreuves orales : commentaire de carte avec document(s) d’appui

o quelques précisions de type pratique

atlas : Atlas du 21ème siècle (à utiliser pour la localisation de la carte à commenter ; possibilité de faire référence aux cartes thématiques de l’Atlas ; les cartes de l’atlas ne constituent pas un document supplémentaire, il ne faut en aucune façon les commenter)

? durée de la présentation : le candidat dispose de 20 minutes pour sa présentation orale ; le candidat ne peut dépasser le temps imparti mais une présentation plus courte (15 minutes dans le cas d’un candidat alliant dynamisme, esprit de synthèse et concision) est préférée à un exposé que le candidat tente artificiellement de faire durer

? l’entretien avec le Jury. Le Jury rappelle que les questions ne sont pas là pour déstabiliser le candidat mais pour l’évaluer au mieux : dans cette optique et au vu des modifications du « format » de l’épreuve de commentaire de carte, le Jury s’autorisera à l’issue d’un bon exposé à entraîner le candidat sur des espaces de la carte que l’intitulé du sujet avait d’emblée exclus ; pour des exposés plus moyens, les questions du Jury permettent au candidat de revenir sur certains points du commentaire.

? le ou les documents : à partir de la session 2012, les cartes (toutes au 1/25 000) seront assorties d’un ou deux documents qui visent principalement à pallier les carences des cartes IGN sur la question des flux ou de l’espace social et/ou à éclairer certains aspects de la carte

? nature des documents : le ou les documents seront de lecture simple (texte court, photographie, tableaux statistiques simplifiés, … et ne devrait pas nécessiter de compétences particulières, c’est-à-dire autres que celles que les candidats ont acquises au lycée (le Jury semble par exemple s’interdire l’emploi d’images satellitaires)

? place dans le commentaire : le Jury rappelle que les documents fournis doivent impérativement être intégrés au commentaire même si la carte reste le document principal ; il sanctionnera les candidats qui dérogeraient à cette consigne. (Je souligne qu’il faut le leur préciser les étudiants étant habitués à avoir des documents d’appui qu’ils peuvent ne pas utiliser dans certains concours … ; il s’agit de mettre en relation le(s) document(s) fourni(s) et la carte : un commentaire linéaire des documents est bien sûr à proscrire.

? l’intitulé : le Jury oriente la lecture des documents au moyen d’un intitulé qui permet de faciliter l’appréhension de la carte par le candidat ou de limiter l’étude de carte à une partie seulement de celle-ci

o l’esprit de l’épreuve

? le Jury valorise les candidats qui font montre d’une réflexion personnelle et de qualités d’argumentation

? le Jury rappelle que l’érudition n’est pas une fin en soi ; en revanche, la maîtrise des principaux concepts de la géographie (et la capacité à en donner une définition claire) est requise.

d’après AP Géo, 2012

 

Étiquettes : , , , , , , ,


Eric JANIN (coord.), Nicolas BRAZIDEC, Nicole MOISSENET,
Le commentaire de cartes à l’oral de géographie [du concours agro/veto],
Ellipses, 2010, 352 p.

Cet ouvrage s’adresse en priorité aux étudiants qui préparent les concours agronomiques et vétérinaires. L’une des épreuves orales consiste ainsi en un commentaire de cartes topographiques (ici d’espaces ruraux de la France métropolitaine), épreuve classique mais redoutée de la plupart de ceux qui passent ou ont passé des concours de l’enseignement secondaire d’histoire et de géographie.

Coordonné par Eric Janin, professeur en CPGE dans la région parisienne et préparateur au concours, le recueil publié par les éditions Ellipses est structuré en deux parties d’inégal intérêt pour les collègues qui souhaiteraient se procurer l’ouvrage.

Une première partie est tout entière consacrée à la méthodologie de l’oral du commentaire de cartes géographiques spécifique aux concours agronomiques et vétérinaires. Il s’agit donc là de rappeler des évidences qui n’en sont pas toujours pour des étudiants non géographes.

L’introduction soulignait : « L’objectif [de l’épreuve] reste bien de démontrer les capacités à comprendre les logiques d’organisation des systèmes spatiaux à une échelle précise et à en proposer des grilles d’interprétation en termes de dynamiques, le tout dans un esprit de synthèse. » (p. 9) Les chapitres méthodologiques s’attachent donc à développer ce propos de manière à expliciter la démarche attendue. Le chapitre 1er donne une présentation générale de la carte topographique IGN, le chapitre 2 définit les objectifs de l’analyse de carte topographique, le chapitre 3 précise la méthodologie de l’exposé oral, qui fournit l’occasion de rappeler une première série de définitions fondamentales, le chapitre 4 récapitule les différents conseils pour faire la différence à l’oral, l’ensemble s’achève par une sitographie, présentant quelques sites internet « incontournables » visant à nourrir ses connaissances en géographie.

La seconde partie présente treize commentaires de cartes, qui ont l’avantage de faire le tour des principales questions relatives à la France rurale.

lire la suite sur la Cliothèque

Étiquettes : , , , , , , ,


source :

http://www.fxdeco.com/plv/mappemonde.htm

voilà le programme de révision pour la séance du mardi 5/10 (interro écrite).

Deux liens qui peuvent être utiles :

– un lien qui fonctionne pour les pc et qui permet de télécharger des petits logiciels réalisés par Pierre Leflon : http://olivier.leflon.free.fr/jeux/europe.htm

Si vous cliquez sur choix d’un jeu vous aurez les logiciels pour apprendre les pays de tous les continents.
– un lien qui fonctionne notamment pour les étudiants équipés de Mac. Merci à Marc FREYSSELINARD d’avoir donné le tuyau :
Étiquettes : , , , , ,