http://ethnolyceum.files.wordpress.com/2008/12/dessousdescartes_sh_choc_des_civilisations.jpg

par J-R. Pitte, in Le ciel ne va pas nous tomber sur la tête, Lattès, 2010

Cet article, dans l’esprit de ce livre écrit pour contrer le pessimisme ambiant, s’oppose ouvertement à l’ouvrage de Samuel P. Huntington, Le choc des civilisations, publié en 1996, devenu un best-seller à la suite des attentats du 11 septembre. Il s’oppose aussi de manière plus discrète à celui de l’american-japonais Francis Fukuyama, La fin de l’histoire, comme l’indique cette référence: « Le monde contemporain vit dans la conviction (…) que le choc des civilisations et la fin de l’histoire sont inéluctables » (paragraphe 1) .

?enjeu du chapitre : « on tente ici de montrer que le pire n’est pas sûr et que la paix ne peut naître que de l’éducation, de l’encadrement social, de la compétence et de l’honnêteté des élites. »

Présentation de l’auteur :

Spécialiste du paysage et de la gastronomie, Jean-Robert Pitte est président de la Société de Géographie , président de l’Association pour le Développement du Festival international de Géographie (FIG), et président de la Mission Française du Patrimoine et des Cultures Alimentaires (MFPCA).

Il a été élu, le 3 mars 2008, au premier tour de scrutin, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, dans la section Histoire et géographie, au fauteuil laissé vacant par le décès de Pierre George. Il a été de 2003 à 2008 président de l’ Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

RESUME

On peut tout d’abord constater les nombreux progrès réalisés depuis la deuxième guerre mondiale, on dénombre de nombreux évènement heureux, comme la chute du Mur ou la fin de l’apartheid, mais aussi le progrès des conditions de vie et le recul proportionnel de la pauvreté. Cependant plusieurs évènements malheureux se sont passés, comme les génocides rwandais et cambodgiens. On note aussi la poussée de l’inculture, « arme de destruction massive« .

On peut trouver des solutions aux malheurs de notre époque .Tout d’abord la paix peut être favorisée par l’éducation des populations, et par la pratique de l’abnégation, pour une civilisation plus humaine. Les différentes civilisations s’accordent d’ailleurs sur plusieurs des recommandations qu’elles adressent à l’homme. Confucius, Jésus et Socrate encouragent tous trois l’éducation, l’amour du prochain et l’humilité. La laïcité permet de vivre ensemble dans la paix.

Il est aussi nécessaire de promulguer une culture de l’écrit, car « la pérennité et le progrès des civilisations repose sur la prévalence de l’écrit ».

L’humanité doit se rendre compte de son rôle dans l’histoire, car il n’y a pas de « sens de l’histoire ». Déjà, les Organisations internationales et les Firmes Multinationales permettent le dialogue.

« Ainsi les géographe ne peuvent-ils qu’avoir foi en l’homme (…) Non, définitivement, le pire n’est jamais sûr »

CRITIQUE

Cet article a le mérite de réhabiliter la liberté et la responsabilité de l’homme dans son avenir et celui de la planète : JR Pitte rappelle que chaque homme a un rôle sur la planète .

Cet article a aussi le mérite de chercher les principaux points de convergence des différentes cultures, que l’on étudie souvent sous l’angle de l’opposition.

Cependant ce texte évite d’aborder la question de l’islam, évacuée rapidement par l’expression « terrorisme dit islamique », alors que l’islam semble bien être au coeur du sujet. En effet, au paragraphe 11,  JR Pitte fait l’éloge de la laïcité, comme « condition indispensable du dialogue entre les peuples et les cultures », et la question suivante reste entière à la fin du chapitre : l’islam est-il compatible avec la laïcité ? Le contexte actuel ( discussions au sujet de la burqa, de la nourriture halal) incite à aborder le sujet.

Camille Gindre, HK AL

Étiquettes : , , , , , , ,