Je ne dirais pas que l’on puisse faire de la géographie avec tout, plutôt que cette dernière est, en soi, partout ; partout à condition qu’il y ait de la vie. Qui sommes-nous ? Pourquoi se dit-on passionné par cette discipline ? Le géographe est le « spécialiste de la géographie » (Le Petit Larousse illustré, 2000). Nous voilà bien avancés ! Mais comment le devient-on ce spécialiste ? Que nous reconnait-on de particulier ? De différent ? Comment est-il possible de savoir que l’on se destine à être géographe ?

« Les géographies, dit le géographe, sont les livres les plus précieux de tous les livres. Elles ne se démodent jamais. Il est très rare qu’une montagne change de place. Il est très rare qu’un océan se vide de son eau. Nous écrivons des choses éternelles. » (Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, éditions Gallimard, 1946).

Pour les uns c’est l’inertie qui compte, ce sont ces falaises pentues qui fondent et qui foncent dans la Méditerranée, ce sont ces étendues inhabitables, ces courants invisibles qui guident les abysses, ces espaces qu’ils se forcent à croire inaltérables ; et, parce que tous les géographes sont des êtres sensibles à l’altération, s’ils les voient se dégrader rien ne les empêche d’engager un combat pour leur protection, en définitive un combat pour leur maintien. Mais l’étude des structures intangibles reste pour eux l’objet même, l’objet noble de toute réflexion scientifique. Dans la conclusion de son Tableau de la géographie de la France publié en 1903 chez Hachette, Paul Vidal de La Blache n’hésitait d’ailleurs pas à déclarer :

« Lorsqu’un coup de vent a violemment agité la surface d’une eau très claire, tout vacille et se mêle ; mais, au bout d’un moment, l’image du fond se dessine à nouveau. L’étude attentive de ce qui est fixe et permanent dans les conditions géographiques de la France doit être ou devenir plus que jamais notre guide ».

Le Petit Prince s’interroge face à la définition du géographe :

« Mais les volcans éteints peuvent se réveiller, interrompit le petit prince. Qu’est-ce que signifie ‘éphémère’ ? » (Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, éditions Gallimard, 1946).

Lire la suite sur le blog :

http://www.penserlespace.com/vie-de-geographe-2/manifeste-partie-1-quest-ce-quetre-geographe-en-2012/

Étiquettes : , , , ,