Photographie de Quitterie Loizillon

Localisation :

Cette photographie, prise de la falaise qui surplombe le port,  présente une vue de Cancale, bourg breton qui ferme à l’ouest  la baie du Mont Saint-Michel, en Ille-et-Vilaine (35), sur la Côte d’Emeraude.

 

Description :

Cette photographie est composée de 3 parties horizontales : la verdure, la mer et le ciel. Au premier plan nous voyons la végétation de la falaise d’où a été prise cette photo. Nous surplombons la mer et le port de Cancale : la Houle. Ses maisons ont toutes la même architecture,  à un ou deux étages, les murs en pierres grises et un toit d’ardoises. Si nous regardons plus haut, nous pouvons apercevoir l’église Saint-Méen, de style néogothique, construite entre 1876 et 1886. Cette église peut se voir de très loin, du fait de sa situation en hauteur. Elle est entourée du bourg, où fourmillent commerçants en tous genres et habitations. Un peu à droite nous pouvons distinguer une statue qui se dresse sur une falaise, c’est la pointe des Crolles et son monument aux morts. Deux jetées attirent notre attention au centre de l’image, l’ancienne, en pierre (la plus proche), et la nouvelle, en bois, plus longue, terminée par un phare. Plus loin derrière, trois rochers se dressent fièrement hors de l’eau : le Rocher de Cancale (à droite) et le Châtellier, et derrière eux l’île des Rimains (que l’on distingue mal), sur laquelle un fort maritime a été construit à la fin du XVIIIe siècle sur des plans de Vauban, pour défendre la passe de Cancale et assurer la sécurité de la baie du Mont Saint-Michel. Sur ces rochers, nous pouvons apercevoir un liseré noir qui indique la hauteur qu’atteint la mer à marée haute. Elle est ici pratiquement haute, comme nous pouvons le voir devant l’ancienne jetée où ne se distingue qu’une petite parcelle de plage. La mer est l’élément le plus présent de ce tableau et en effet très importante dans la vie de ce bourg, célèbre pour ses huîtres. A cet instant, elle est calme et recèle de nombreuses nuances de bleu : d’un vert émeraude au premier plan, d’où le nom de la côte, elle devient turquoise plus loin et enfin bleu profond. Les embarcations que nous apercevons çà et là sont pour la plupart de petits bateaux de pêche ou de plaisance. A l’horizon nous distinguons la côte normande. Enfin le ciel, d’un bleu encore différent est parsemé de quelques nuages.

 

Interprétation :

Sur cette photo, nous avons les deux aspects majeurs de la ville de Cancale : l’exploitation de la mer et le tourisme. Nous pouvons observer les deux niveaux qui structurent cette ville : le port et le bourg. C’est une station balnéaire de moyenne importance, mais dont la population est multipliée par cinq durant la haute saison : de 5 000 habitants elle passe à 25 000 l’été. Les estivants s’y plaisent pour la voile, les plages, les nombreuses balades qu’offre la baie du Mont Saint-Michel et la gastronomie. En effet, l’activité ostréicole est une des principales ressources de Cancale. Les maisons sur le port sont maintenant des hôtels, des restaurants ou des boutiques, alors qu’auparavant, c’était les habitations des nombreux pêcheurs qui  partaient pour de longs mois à Terre-Neuve pêcher la morue. La présence de nombreuses voitures témoigne d’une intense activité touristique.

 

Intérêt :

Cette carte postale géographique me plaît car elle reflète la vie d’une petite ville de Bretagne, et permet de comprendre son passé et son évolution depuis les 50 dernières années. C’est une ville  à laquelle je suis attachée, puisque j’y passe régulièrement des vacances. J’aime aussi la beauté esthétique de cette photo, les nuances des couleurs de la mer particulières à cette région et le contraste entre la terre et la mer.

 

Quitterie Loizillon, HK B/L

Étiquettes : , , , , , , , , , ,


Photographie de Colombe Napoléoni

Localisation :

Cette photographie a été prise le 19 Août 2012 depuis le chemin des douaniers sur la côte de Trégastel, une petite ville de Bretagne, en Côtes d’Armor (22), France.

 

Description :

Au premier plan, apparaissent le chemin des douaniers et la végétation qui borde celui-ci et le granit rose, roche particulière de cette côte appelée tout justement la Côte de Granit Rose. Sur ces chaos granitiques, ont choisi de se reposer quelques vacanciers privilégiant ainsi le calme qu’ils n’ont pas dû trouver sur la plage au loin. Au-dessus de ces vacanciers, on peut même apercevoir un haut-parleur, vestige des traditionnelles 24h de la voile de Trégastel, fête maritime et estivale.

Au deuxième plan, nous distinguons des bateaux amarrés aux corps-morts. Ceux-ci sont autant de voiliers de vacanciers que de petits bateaux de pêche. Trégastel n’étant plus pourtant un lieu où les marins vivent de leur pêche, ce sont plutôt des retraités qui ont gardé leurs habitudes. Cette plage n’est cependant pas un véritable port car les marées, selon leurs coefficients, laissent parfois les bateaux à sec à marée basse.

Enfin, nous voyons la côte avec la plage du Coz-pors occupée d’une part et un quartier plus touristique juste au-dessus. Cette couleur rose du sable provient des roches du granite de la même couleur. Et, bien qu’elles soient peu visibles, il subsiste des cabines sur cette plage et les quelques hôtels et restaurants de la place du dessus font de cette place un lieu de passage touristique de la ville.

 

 

Interprétation :

Trégastel est une ville est une station balnéaire de moyenne importance : les voiliers en croisière s’y arrêtent, les vacanciers s’y plaisent sur la plage et familles, habitués régionaux, amateurs et professionnels de voile se rejoignent chaque année autour des traditionnelles 24h de la voile ; course de bateaux qui se déroule selon le même protocole que les 24h du Mans et dont les activités musicales et gustatives terriennes gardent une place importante.

Ainsi, Trégastel s’ouvre d’une part au tourisme en développant hôtels, restaurants et forum marin mais reste d’abord une destination de vacances familiales où les ventes de maisons secondaires et locations estivales sont plus importantes que les réelles activités touristiques.

Enfin,  cette région du littoral offre un décor remarquable et prestigieux. La côte de Granit Rose ne s’étend que sur une petite dizaine de kilomètres le long de la côte et cette roche particulière dessine un paysage unique à cette région. Le chemin des douaniers, vestige du siècle précédent, est aujourd’hui aménagé en GR (34), permet aux touristes découvrir cette côte rose et anguleuse et fait de Trégastel une destination de promenade.

 

Justification :

J’ai choisi cette photographie qui offre un aspect complet de cette ville en montrant à la fois la belle côte rose de cette région ; son accueil maritime plaisancier et son ouverture touristique tout en conservant une dimension familiale majeure.

 

Colombe Napoléoni, HK BL.

Étiquettes : , , , , , ,