Les Etats-Unis et le monde depuis 1945

I.Une puissance américaine assumée (1945-1947) puis une superpuissance dans la guerre froide (1947-1991)

A) Une superpuissance à la tête du « monde libre » contre l’URSS (1945 – 1962)

B) Une superpuissance contestée (1962-1980)

C) Les États-Unis vainqueurs de la Guerre froide (1980-1991)

II. Les interrogations et les fragilités de l’hyperpuissance américaine depuis 1990

A) L’illusion d’un nouvel « ordre mondial »

B) Le 11 septembre 2001 et la redéfinition de la politique extérieure américaine

Conclusion :

Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne depuis 1875

Voici tout d’abord, pour s’y retrouver :

Problématique :

  • quel fut le rôle des socialistes dans la formation d’une classe ouvrière allemande et quel rapport au pouvoir et à l’action révolutionnaire ont-ils entretenu ?
  • quels effets les grandes crises du XXème siècle et les changements de société ont-ils eu sur le socialisme et le mouvement ouvrier allemands ?

I. Le mouvement ouvrier dans l’Empire allemand

A) Le marxisme et la naissance du SPD

B) Bismarck contre le mouvement ouvrier

C) L’affirmation du mouvement ouvrier au tournant du XXème siècle

II. La longue crise du mouvement ouvrier allemand (1914-1945)

A) La révolution spartakiste (affiche de 1919) : division du mouvement ouvrier allemand et  naissance du KPD

B) Le mouvement ouvrier et la République de Weimar

C) Le mouvement ouvrier et le nazisme

  • Extrait du discours d’Otto Wels (SPD) contre la loi des pleins pouvoirs, 23 mars 1933
  • La résistance du mouvement ouvrier et des syndicats allemands au nazisme : site sur la Résistance allemande au nazisme (cf. les rubriques « sociaux-démocrates », « communistes », « Orchestre rouge »).

III. Le mouvement ouvrier allemand de la division RFA/RDA à la réorganisation dans une Allemagne réunifiée (1945-2013)

A) Deux Allemagnes, deux mouvements ouvriers

– Une reconstruction sur le modèle soviétique en RDA (l’hymne en VOSTF)

  • Max Lingner (1888-1959), Aufbau der Republik (mosaïque en porcelaine de Meissen, 1950-1952, ministère des Finances, Berlin)
  • Portrait de Walter Ulbricht à l’occasion de sa mort en 1973 (JT de 20h), et portrait d’Erich Honecker à l’occasion de sa chute en octobre 1989 (Midi 2)
  • Un reportage français sur la révolte des ouvriers de Berlin-Est en 1953 et la répression par la police est-allemande et l’Armée rouge (URSS) 
  • Sur la vie quotidienne en RDA, voici le portrait d’une famille est-allemande moyenne en 1974 : les Fischer
  • et l’envers du décors : à l’occasion de la sortie du film La Vie des Autres (2007), l’historienne Sonia Combe explique ce qu’était la STASI 

– Le choix de la démocratie et de l’économie de marché en RFA

  • Discours de Kurt Schumacher en 1946 à Hambourg : « Toute l’histoire intellectuelle et politique, toute l’histoire économique des intérêts de classe des grands possédants conduit à cette conclusion inévitable : dans le futur, la démocratie en Allemagne sera socialiste ou ne sera pas. La démocratie a besoin du socialisme, le socialisme a besoin de la démocratie. Camarades, nous devons combattre pour cela ! »
  • Sujet assez inquiet et germanophobe (RFA = Quatrième Reich, y aura-t-il un nouvel Hitler…) des Actualités françaises sur la création de la RFA en 1949
  • La RFA en 1966, toujours selon les Actualités françaises. La RFA est gouvernée depuis sa création par les chrétiens-démocrates de la CDU.
  • Manfred Bluth (1926-2002), Willy Brandt (1973, Abgeordnetenhaus von Berlin Parlement du Land de Berlin, galerie des citoyens d’honneur de Berlin)
  • Portrait du chancelier SPD Willy Brandt (1973) et retour sur son parcours après son remplacement au poste de chancelier par le SPD Helmut Schmidt (1975). Sans oublier les fiches Wikipedia de Willy Brandt et Helmut Schmidt.
  • Le terrorisme d’extrême-gauche (la bande à Baader) en RFA (JT de 20h, TF1, 1977)

B) La réunification de l’Allemagne et la réorganisation du mouvement ouvrier

Ce billet sera complété ultérieurement

Une puissance qui se reconstruit après l’éclatement d’un empire: la Russie depuis 1991

  1. Les années Eltsine, l’effondrement de la puissance russe
    1. Un bouleversement territorial et politique
    2.  Un effondrement économique
    3. Un affaiblissement de la Russie dans le domaine militaire et sur la scène internationale
  2. Depuis 2000, un renouveau de la puissance russe?
    1. Un renforcement du pouvoir politique
    2. Une économie qui repose sur le secteur énergétique
    3. Une puissance qui s’affirme sur la scène internationale

Le Proche et le Moyen Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la seconde Guerre mondiale

Remarque : ce billet n’est pas terminé et sera complété ultérieurement

Cours de présentation du Proche et du Moyen Orient : Une région à forts enjeux

A) Une région d’enjeux géostratégiques et économiques

B) Une grande diversité ethnique et culturelle

C) La pression démographique, les inégalités économiques (carte interactive du PIB 2015) et la question du développement (carte interactive de l’IDH 2013)

Pétrole et religion n’expliquent pas tout

D) L’instabilité des frontières et la fragilité de la notion d’État-nation

Cours Le Proche et le Moyen Orient, un foyer de conflits depuis la fin de la seconde Guerre mondiale

Problématique autour de la question de l’affirmation et de la rivalité de puissances régionales et de l’intervention de puissances extérieures à la région

Une histoire politique et diplomatique complexe

I. Le Proche et le Moyen Orient enjeu de la Guerre froide et de la décolonisation

Un demi-siècle de conflits et d’interventions militaires

A) Les conflits israélo-arabe et israélo-palestinien

B) L’irruption de la Guerre froide dans la région et l’essor du panarabisme

C) La révolution islamique en Iran et ses conséquences

II. Une région de plus en plus instable depuis 1991

A) La présence américaine dans la région, entre enjeux pétroliers et lutte contre le terrorisme

B) L’essor de l’islamisme et du djihadisme

C) Le conflit israélo-palestinien

Conclusion :

Des territoires inégalement intégrés à la mondialisation

Etude de cas : New York, une ville mondiale

Problématique : en quoi New York est-elle une ville mondiale ?

I. Un carrefour de la mondialisation

A) Une capacité de commandement planétaire, par la concentration des fonctions :

a) politiques / diplomatiques : le siège de l’ONU

b) économiques et financières :

c) culturelles : grandes universités, musées et institutions culturelles, spectacles

B) Une métropole attractive au coeur des réseaux de communication

a) un hub mondial et une plateforme multimodale (le premier port atlantique)

b) une attractivité planétaire : une ville cosmopolite et touristique

II. Les conséquences socio-spatiales de la mondialisation

A) L’organisation concentrique de l’aire urbaine de New York

B) Une métropole très marquée par la ségrégation sociale et ethnique (et la gated community de Seagate)

III. Les défis new-yorkais du développement durable

A) Réduire la fragmentation socio-spatiale croissante et la « gentrification« 

B) Lutter contre la forte congestion des transports (et la pollution de l’air)

C) Gérer les risques en aménageant les fronts d’eau

D) Améliorer le cadre de vie : exemples de la High Line et des fermes et jardins communautaires urbains

 

Cours : Des territoires inégalement intégrés à la mondialisation

Problématique :

  • Quelle typologie des territoires peut-on établir en fonction de leur inégale intégration à la mondialisation ?
  • Quelles sont les caractéristiques des pôles et espaces majeurs de la mondialisation et des territoires restés en marge ?

notion-clé (mais discutée) : centre/périphérie : un centre est un pôle ou une région qui joue un rôle d’impulsion et de direction. Les périphéries sont les espaces sous domination d’un centre (périphéries intégrées si elles sont bien reliées à un centre, marges pour les autres)?

I. À l’échelle mondiale : de la Triade à un monde polycentrique

  1. La domination des trois pôles de puissance de la Triade
  2. Vers un monde polycentrique : BRICS en crisepays émergents (et quelle liste ?) qui restent fragiles. Pour aller plus loin : d’autres classifications des émergents

II. À d’autres échelles (régionale et locale), d’autres pôles et d’autres espaces majeurs de la mondialisation 

  1. Les villes mondiales (leur PIB en 2012 et la croissance urbaine depuis 2005), l’archipel mégalopolitain mondial (cartographié) et les mégalopoles (États-Unis, Europe, Japon)
  2. Des interfaces : espaces frontaliers,  façades littorales
  3. Des périphéries intégrées et des territoires qui misent sur la mondialisation : territoires de l’innovation, zones franches, paradis fiscaux

III. Quels sont les territoires en périphérie de la mondialisation ?

  1. Existe-t-il encore des États en marge de la mondialisation ? Pays en développementPMA : des territoires en marge, États volontairement fermés, pays enclavésÉtats faillis
  2. À l’échelle nationale, des inégalités sociales et territoriales
  3. À l’échelle urbaine, la marginalisation des oubliés/exclus de la croissance : les disparités socio-spatiales :