Home » Réaction » Enseignant chercheur au GRENE MONDE

Enseignant chercheur au GRENE MONDE

Apprendre avec la réalité virtuelle – rire.ctreq.qc.ca

Les sciences cognitives à la recherche du fonctionnement du cerveau s’appuient essentiellement sur une lecture instantanée et partielle de l’activité cérébrale. L’enfant, enfermé dans le scanner est allongé, isolé, et les images de l’IRMf traduisent des activités de l’ordre de la seconde. Lorsqu’on utilise l’EEG ou la MEG, l’enfant est assis, davantage en contact avec le monde, mais les images se limitent en règle générale aux régions corticales du cerveau. Les zones profondes restant davantage dans l’ombre.

Cette façon d’étudier le fonctionnement du cerveau est indispensable à notre connaissance, mais elle fait abstraction des conditions réelles de son activité.

Etant donné, par ailleurs, les progrès dans la connaissance de l’épigénétique en lien avec la plasticité cérébrale, il paraît indispensable de croiser les approches micro et macro du fonctionnement du cerveau. Sinon le développement au cours de l’enfance et de l’adolescence d’une part, les enjeux de l’environnement biologique, relationnel et culturel d’autre part risquent fort de passer au second plan alors qu’ils sont des facteurs déterminants.

Quel rapport direz-vous avec le GRENE MONDE ?

En fait, les enseignants disposent d’un trésor qui échappe aux chercheurs, celui de la durée de l’observation sur un même groupe d’élèves, notamment en primaire. Les membres de GRENE MONDE, pour la plupart enseignants ou éducateurs, suivent et se nourrissent des recherches fondamentales en neurosciences, qu’elles viennent de la biologie, de la neurophysiologie ou des sciences cognitives. Pour peu qu’ils soient exigeants sur l’actualité de ces connaissances, ils disposent de critères et d’indicateurs pour observer et noter ce qu’ils repèrent au fil des jours. Ils n’ont accès ni aux scanner, ni aux EEG, mais ils ont devant eux et avec eux à longueur de journée, des enfants en train d’apprendre, de comprendre, de réfléchir, ou de mémoriser. Ils ont la possibilité de varier les environnements et les situations d’apprentissage. Ils sont donc au cœur d’études possibles sur le cerveau dans la vraie vie, c’est-à-dire lorsqu’il est confronter au réel et à sa dimension sociale.

Actuellement émerge un nouveau champ de recherche, les neurosciences « naturalistiques », qui consiste à profiter des avantages du regard sur l’activité cérébrale sous IRM en plaçant le patient en situation de réalité virtuelle. L’objectif étant d’étudier l’activité cérébrale au plus proche du réel par le biais d’un casque en 3D susceptible de recréer les situations de la vie courante.[1]

Il s’agit donc pour GRENE MONDE de trouver sa place au sein de l’ensemble de ces espaces et méthodes de recherche pour y apporter sa contribution spécifique tout en se nourrissant d’une collaboration avec différents pôles de recherche.

Christian Philibert

24 novembre 2020

[1] https://crnl.univ-lyon1.fr/index.php/fr/ressources/Plateformes-du-Centre/Neuro-i


Leave a comment

Vous avez été


47544 visiteurs

Retrouvez les articles par leur date

décembre 2020
L M M J V S D
« Sep   Jan »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031