Constantin Ier, le premier empereur romain chrétien

Saint CONSTANTIN Ier

(Flavius Valerius Aurelius Constantinus)

(272-337 ap. J-C)

Originaire de Dacie, il est né à Naissus (Nis, en actuelle Serbie), fils de militaire. Il devient soldat et s’élève dans la hiérarchie militaire à une époque troublée par la réorganisation de l’Empire par Dioclétien (la Tétrarchie) où règnent 2 Augustes et 2 Césars (des co-empereurs) et les migrations barbares de plus en plus pressantes.

Son père, Constance Chlore devient César puis Auguste en 305 et réside en Bretagne où il meurt l’année suivante. Constantin, qui l’y avait suivi, est acclamé Empereur par les légions de son père en 306 mais d’autres empereurs sont proclamés. Ils sont en tout 7. Constantin défait son rival Maxence en 312 à la bataille du Pont Milvius, s’empare de l’Italie et règne sur l’Occident tandis que Licinius prend le contrôle de l’Orient.

Lors de la bataille, ses troupes auraient aperçu un signe divin dans le ciel et Constantin se convertit progressivement au christianisme qu’il protège, notamment par l’édit de Milan en 313 qui autorise la liberté de culte.

Il élimine son rival d’Orient, Licinius en 324 et règne dès lors seul sur l’Empire et fait construire une nouvelle capitale en Orient, Constantinople, sur l’antique site grec de Byzance (actuelle Istanbul).

Il favorise la christianisation de l’Empire en faisant construire des églises (dont la Basilique Sainte-Sophie de Constantinople), organise le gouvernement de l’église en s’appuyant sur les évêques et en réunissant le premier concile œcuménique à Nicée en 325 qui fixe le dogme chrétien. Son pouvoir devient théocratique.

Menant des campagnes militaires contre les Germains et les Sarmates, il meurt en 337 à Nicomèdie, à la veille d’une campagne contre les Parthes. Ayant fait assassiner son fils aîné et héritier Crispus, sa mort provoque une querelle de succession entre ses 3 fils qui se proclament tous empereurs (Constantin II, Constant Ier, Constance II qui finit par s’imposer à la mort de ses frères).

Il est baptisé sur son lit de mort et devient considéré comme un saint par l’église.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

La conversion de Constantin :

Image de prévisualisation YouTube

Franklin D. ROOSEVELT

Franklin Delano ROOSEVELT

(né le 30 janvier 1882 à Hyde Park, New York –

mort le 12 avril 1945 à Warm Springs, Géorgie)

32° Président des Etats-Unis d’Amérique (1933-45)

Sans doute le plus important et l’un des plus célèbres des présidents américains du XX° siècle. Elu à 4 reprises, un record de longévité; il a incarné le parti démocrate durant l’entre-deux-guerres et la Seconde guerre mondiale.

Il est l’homme qui a lancé la politique du New Deal et revigoré l’économie américaine dans les années 30. Il a aussi dirigé les Etats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, dont il n’a pas vu la victoire, mourrant au début de l’année 1945.

 

Fils d’une riche famille américaine dont les origines remontent aux premiers colons (les De la Noye français et les Roosevelt hollandais) qui donna notamment le général Grant, héros de la Guerre de Sécession et président des Etats-Unis, il est le cousin du président Theodore Roosevelt, qui dirigea les Etats-Unis au début du XX° siècle.

Ayant reçu une éducation aristocratique et religieuse, il étudie à Harvard et intègre le parti démocrate, influencé par son cousin.

Bien que n’ayant pas terminé ses études de droit à Columbia, devenu avocat, il intègre un cabinet d’affaires de Wall street en 1908 avant de se lancer en politique.

Elu snateur de l’Etat de New York en 1910, il devient secrétaire-adjoint à la Marine dans le gouvernement du président Wilson en 1913 jusqu’en 1920 et développe la marine américaine durant la Seconde guerre mondiale, défendant en particulier le développement des sous-marins.

Candidat à la vice-présidence en 1920 sur le ticket présidentiel conduit par James Cox, il est vaincu par le ticket républicain de Warren Harding qui inaugure 12 ans de domination républicaine. Cet échec le conduit à sa retirer de la politique pour diriger une société puis un cabinet d’affaires. C’est sa « traversée du désert » au cours de laquelle il contracte une maladie, la polyomélite, qui le laisse paralysé dans un fautueil roulant.

Il fait son retour en politique en 1928 et se fait élire gouverneur de l’Etat de New York, où il est réélu en 1930. Il y développe une politique sociale interventionniste qui préfigure celle qu’il mènera comme président.

Suite à la Crise économique de 1929 et la Grande Dépression qui s’ensuit, il est élu en 1932 face aux échecs des Républicains. En tant que président, il met en place une politique sociale et interventionniste dans l’économie connue sous le nom de « New Deal », notamment avec la politique de relance de la croissance et de la consommation avec les Grands Travaux. Elle est théorisée quelques années plus tard par John Keynes. Il met aussi en place le « Welfare State », un état-providence avec notamment le salaire minimum et une sécurité sociale minimum.

Réélu en 1936, il adopte une politique étrangère neutraliste ainsi que celle du Bon Voisinage qui ne contredit pas l’isolationnisme républicain des années 20 et vise à protéger les Etats-Unis de la guerre et de la montée en puissance des régimes totalitaires. Le Congrès et une opinion publique très isolationniste le conduisent à devoir adopter les Lois de Neutralité (1935 et 1937) malgré la montée en puissance de l’Allemagne nazie, de l’échec de la SDN et de la marche à la guerre contre laquelle il met le mais en garde par son discours de la Quarantaine (1937) et celui sur l’état de l’Union.

Son souhait d’aider les Alliés, notamment le Royaume-Uni dans la Seconde Guerre mondiale, le conduisent à assouplir la neutralité américaine par la Loi Cash & Carry de 1939 et la prêt-bail de 1941 qui lui permettent de vendre des armes et du matériel aux Alliés.

L’attaque américaine de Pearl Harbour le 7 décembre 1941 lui fournit le prétexte d’une entrée en guerre qu’il a anticipé et qu’il demande au Congrès qui la vote à l’unanimité le lendemain après le célèbre discours du « Jour de l’Infamie ».

Il assume ses fonctions de commandant en chef durant la Seconde Guerre mondiale, rencontre Staline et Churchill et planifie la lutte tant en Europe qu’en Asie. Il conduit à la victoire les armées alliées et prépare le monde de l’après-guerre notamment avec le projet de Nations Unies qu’il a initié et la Conférence de Yalta en 1945.

Il meurt peu après sa réelection au début de l’année 1945, laissant Harry Truman, son vice-président lui succéder et assumer de gagner la Guerre.

Biography (in english)

Image de prévisualisation YouTube

The Day of infamy : la déclaration de guerre au Japon et à l’Allemagne au lendemain de l’attaque de Pearl Harbouy

Image de prévisualisation YouTube

La version de Pearl Harbour :

Image de prévisualisation YouTube

Auguste (Octave), le premier empereur romain

AUGUSTE (Octave)

Caïus Octavius

(63 av. J-C – 14 ap.)

 

Issu d’une riche famille équestre, il est adopté par son grand-oncle maternel Jules César dont il devient héritier à sa mort en 44 av. J-C. Agé de 19 ans, il termine sa formation avant de se lancer en politique pour venger l’assassinat de son grand-oncle. Il organise avec Marc Antoine, lieutenant de César et le riche Lépide un partage du pouvoir à 3, le second triumvirat après leur victoire contre les républicains et obtient la plupart des provinces occidentales de la République.

Le triumvirat est dissous en 32 av. J-C après que Marc-Antoine ait répudié la sœur d’Octave qu’il avait épousé conformément à l’accord. Il s’oppose à la politique orientaliste de Marc-Antoine qui s’installe en Egypte auprès de Cléopâtre VII. Il défait la flotte de Marc-Antoine et Cléopâtre à la bataille navale d’Actium en 31 av. J-C et s’empare d’Alexandrie après le suicide des deux amants. Seul maître incontesté de la République romaine, il inaugure un nouveau régime politique, le principat, un pouvoir impérial qui cumule les magistratures et les fonctions tout en maintenant l’illusion de la République : C’est la fondation de l’Empire romain, datée de 27 av. J-C. Imperator, il prend le titre d’Auguste et de fils de César divinisé. Il étend l’empire, notamment par des campagnes contre les Illyriens et les Germains. Marié trois fois, il n’a qu’une fille (Julie) et le problème de la succession se pose. Il meurt à 75 ans, ayant adopté le fils de sa troisième épouse Livie, Tibère, qui lui succède comme second empereur.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube