Les Mémoires de la Seconde Guerre mondiale en chansons

Pour illustrer de manière plus ludique et décalée les cours en chansons, voici une sélection de chansons qui évoquent la Seconde Guerre mondiale en France.

Leurs auteurs, leurs contextes historiques, leurs paroles et leurs sujets reflètent bien la diversité des mémoires de la guerre et leur évolution.

  • Le mythe résistancialiste peut notamment être illustré par :

« Le chant des partisans » coécrit en 1943 par Maurice Druon et Joseph Kessel, résistants puis auteurs membres de l’Académie française.

Image de prévisualisation YouTube

Sa reprise par Zebda bien plus récemment s’inscrit bien sûr dans une lecture différente et très contemporaine de la résistance. Le message y est politique (le collectif « Motivés » est engagé à l’extrême-gauche). La résistance se fait donc contre d’autres adversaires, notamment les autorités de droite et Nicolas Sarkozy.

Image de prévisualisation YouTube

 

Serge Reggiani décrit l’invasion allemande comme celle des « loups » dans « Les loups »

Image de prévisualisation YouTube
  • La mémoire communiste de la guerre est illustrée dans « L’affiche rouge » de Léo Ferré sur des paroles du poète Louis Aragon (tous deux proches des communistes) :
Image de prévisualisation YouTube
  • La mémoire refoulée du Génocide des Juifs et de la Déportation s’est réveillée plus tardivement. Elle est particulièrement bien illustrée par :

Jean Ferrat : « Nuit et brouillard » qui parle de l’ensemble des déportés, ennemis du Reich d’après le Décret du même nom

Image de prévisualisation YouTube

Louis Chedid, le père de M (sur des paroles de sa mère Andrée) parle de la célèbre Anne Franck, jeune juive hollandaise déportée dont l’histoire est relatée dans son journal intime (Le journal d’Anne Franck) dans « Anne, ma sœur Anne »

Image de prévisualisation YouTube

Le toujours poignant « Comme toi » de Jean-Jacques Goldman en 1985 évoquant ce génocide sous les traits d’une jeune fille tuée dans le ghetto de Varsovie  « qui s’appelait Sarah, elle n’avait pas 8 ans »,

Image de prévisualisation YouTube
  • A contrecourant (comme toujours), Michel Sardou sort « Les ricains », une bombe musicale en 1967, juste après la sortie de la France de l’OTAN et les critiques du Général de Gaulle sur l’intervention américaine au Viet-Nam. Il y rappelle le sacrifice des américains durant la Seconde Guerre mondiale, en particulier le débarquement en Normandie et la libération de la France par ceux qu’alors dans les années 60 on critique en France avec une certaine américanophobie. Du coup, la chanson est censurée et interdite d’antenne.
Image de prévisualisation YouTube
  • Plus récemment, Mickey 3D a sorti une chanson sur Jean Moulin, incarnation du courage. Ecoutez bien les paroles qui illustrent une certaine vision contemporaine assez sombre et pessimiste de la France durant la Seconde Guerre mondiale :

Mickey 3 D : Jean Moulin (2007) sur Deezer

Marie Gérard

Bonjour,

Je vous remercie tout d’abord pour votre article très intéressant.
Je me permet toutefois de vous suggérer une correction en tant qu’historienne : les déportés « NN » n’étaient pas des juifs, mais des personnes considérées comme dangereuses pour le Reich, dont il fallait se débarrasser. Ces personnes étaient principalement des prisonniers politiques, des résistants (parfois juifs, parfois pas).

Le décret fait d’ailleurs mention des ennemis du Reich et non des juifs.

grunen

Vous avez tout à fait raison, le décret Nuit et Brouillard vise les ennemis du Reich et non les Juifs en particulier, erreur d’inattention de ma part que je vais corriger dans l’article.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *