La Chine et le monde depuis 1949 en video

Introduction :

Image de prévisualisation YouTube

Partie 1 : Les débuts de la Chine communiste : Image de prévisualisation YouTube

Partie 2 : Le Grand Bond en avant et la Révolution culturelle : Image de prévisualisation YouTube

Partie 3 : Géopolitique de la Chine dans la Guerre froide : Image de prévisualisation YouTube

Partie 4 : L’ouverture de la Chine avec Deng Xiaoping : Image de prévisualisation YouTube

Partie 5 : La puissance chinoise aujourd’hui : Image de prévisualisation YouTube

Partie 6 : Géopolitique de la Chine au XXI° siècle : Image de prévisualisation YouTube

DENG Xiaoping

Deng Xiaoping

né le 22 août 1904 à Guang’an (Province du Sichuan, Chine)

mort le 9 février 1997 à Beijing (Pékin, Chine)

« Le petit timonier » ou « Le petit géant »

Dirigeant de la RPC de 1978 à 1992

Le successeur de Mao qui a ouvert la Chine au monde et libéralisé le régime en menant des réformes économiques libérales à l’origine de l’émergence économique de la Chine dans les années 80 et 90.

Documentaire biographique : Image de prévisualisation YouTube

Les réformes de Deng : Image de prévisualisation YouTube

Fils d’un propriétaire terrien du Sichuan, il est orphelin de mère très tôt. Son père et son oncle l’envoient étudier en France en 1919 après avoir appris le français. Il y cotoie Zhou EnLai avec qui il partage un appartement à Paris, travaille comme ouvrier dans de nombreuses usines (dont Schneider au Creusot, Renault à Boulogne-Billancourt…) et fréquente de jeunes étudiants communistes. Il rejoint le PCC fondé par Zhou EnLai en 1923.

Après un an passé en URSS, il revient en Chine et s’engage dans l’armée. Il rejoint les communistes et participe à la Longue Marche. Après avoir combattu les Japonais puis le gouvernement nationaliste de Tchang Kaï-Tchek, il devient un des dirigeants de la nouvelle République Populaire de Chine proclamée par Mao après la victoire des Communistes en 1949.

Fidèle de Mao, il poursuit son ascension politique et devient Secrétaire général du PCC en 1956. Cependant, l’échec du Grand Bond en Avant le conduit avec le  Liu Shaoqi à prendre ses distances et promouvoir une autre politique économique. tandis que Liu Shaoqi devient Président, Deng met en place des réformes économiques que Mao désapprouve, ce qui déclenche la Révolution culturelle. Visé par les attaques des « Gardes rouges », il est accusé de capitalisme et de trahison contre-révolutionnaire. Arrêté en 1968, il est démis de toute ses fonctions, humilié publiquement et envoyé avec sa femme en travail dans une province rurale.

Le tournant de 1972 où, après la mort de son successeur, Mao tempère sa politique, lui permet d’être réintégré dans le parti après avoir adressé à Mao une lettre d’excuses pour ses actions contre-révolutionnaires. Il se rapproche alors de Zhou Enlai qui a lui aussi pris ses distances avec le maoïsme et qui lui délègue progressivement ses pouvoirs. A sa mort, suivi quelques mois plus tard de celle de Mao, Deng fait figure d’héritier des réformateurs et des modérés du PCC contre la Bande des 4 qui prétendent rester fidèles à l’héritage de Mao. Ecarté en 1976, il lutte pour le pouvoir où il s’impose en 1978.

Il lance alors la vaste transformation de la Chine, les grandes réformes économiques qui permettent d’ouvrir la Chine au capitalisme et au monde, notamment avec la création des ZES. il poursuit cette libéralisation dans les années 80 mais réprime durement les manifestations du « Printemps de Pékin » qui réclament des réformes politiques, notamment sur la Place Tian An Men en 1989 lorsque le communisme s’effondre dans le monde.

Il démissionne officiellement en 1992 mais reste le grand inspirateur des réformes économiques qui se poursuivent avec le successeur libéral qu’il a désigné : Jiang Zemin.

ZHOU Enlai (1898-1976)

ZHOU Enlai

Né le 5 mars 1898 à Huaian (Province du Jiangsu, Chine)

Mort le 8 janvier 1976 à Beijing (Pékin, Chine)

Ministre des Affaires Etrangères (1949-58) et 1er Ministre de la République Populaire de Chine (1949-76)

Le principal homme politique et diplomate chinois de la 2° moitié du XX° siècle. Ila participé à la Révolution communiste en Chine en 1949, devenant le n°2 du régime de Mao . Diplomate écouté et respécté notamment auprès des pays du Tiers-Monde, il a donné à la Chine communiste une aura internationale, oeuvrant notamment pour sa reconnaissance à l’ONU, et a permis le rapprochement sino-américain des années 70. Il a joué un rôle important en encourageant la décolonisation, notamment lors de la Conférence de Genève sur l’Indochine et celle de Bandung.

 

Après des études au Japon puis en Europe (France, Royaume-Uni, Allemagne), il rencontre en France des militants communistes (comme Deng Xiaoping, futur successeur de Mao) et Ho Chi Minh qui participe alors à la création du PCF. Après son retour en Chine, il rejoint le PCC (Parti Communiste Chinois) dès sa création par Mao. Il organise une grève à Shanghaï en 1927, durement réprimée par le gouvernement nationaliste puis prend en 1931 la tête de la République soviétique du Jiangxi, proclamée sur une base bolchévique comme embryon de régime communiste en Chine. Au cours de la Longue Marche organisée par Mao à travers la Chine, il devient un des chefs du PCC et participe activement à la résistance contre l’occupant chinois à partir de 1937 puis durant la 2° Guerre mondiale.

A la fin de celle-ci, il participe à la Révolution qui renverse le régime nationaliste de Tchang Kaï-Tchek et prend le pouvoir en 1949, instaurant un régime communiste en Chine. Il en devient à la fois le Premier Ministre et le Ministre des Affaires Etrangères, véritable n°2 du régime. Dont il est considéré comme le contrepoids modéré aux excès totalitaire de Mao.

Diplomate habile et reconnu, il est la voix de la Chine à l’étranger et participe au rayonnement international de la Chine notamment dans le monde colonisé en cours d’émancipation. A ce titre, il participe en 1954 à la Conférence de Genève sur l’Indochine, soutenant Ho Chi Minh puis à la Conférence de Bandung sur la décolonisation (1955) où il donne à la Chine une audioence mondiale, tout en se démarquant des 2 blocs. Sa politique accentue dans les années 50 l’éloignement entre l’URSS et la Chine et lmui permet un rapprochement progressif avec les Etats-Unis, couronnés par la reconnaissance de la Chine en 1972 qui prend alors le poste dévolu au Conseil de sécurité de l’ONU.

Sa mort, quelques mois avant celle de Mao a été reçue dans le monde entier comme la disparition d’un grand diplomate, ami du Tiers-Monde et notamment des pays non-alignés. Très aimé par le peuple, ses funérailles ont aussi été l’occasion de manifestations contre la « Bande des 4 » qui tenait d’écarter Deng Xiaoping, ami de Zhou auquel il avait délégué l’essentiel de ses pouvoirs. Finalement, celui-ci s’imposera à la tête de la Chine à, partir de 1979 et commencera la transition économique et l’ouverture de la Chine à partir des années 80.

Mao ZEDONG

Mao ZEDONG (ou TSE-TOUNG)

 

Né le 26 décembre 1893 à Shaoshan (province du Hunan, Chine)

Mort le 9 septembre 1976 à Beijing (Pékin, Chine)

 

Dirigeant de la République Populaire de Chine (1949-76)

 

Mao en 2 minutes et 10 dates-clés

Image de prévisualisation YouTube

Confondateur du Parti communiste chinois à Shanghaï en 1921, il en prend la tête dans sa lutte contre le gouvernement nationaliste chinois du Guomindang. En 1934-35, il organise la Longue Marche vers le nord-ouest du pays, fuyant les armées gouvernementales de Tchang Kaï-Tchek et gagnant les paysans chinois à la cause révolutionnaire. Il dirige la résistance communiste contre les japonais à partir de 1937 et durant la 2° Guerre mondiale avant de continuer la lutte révolutionnaire contre le gouvernement de 1945 à 1949.

En 1949, les communistes prennent le pouvoir en Chine continentale, s’emparant de Beijing (Pékin) le 23 janvier, et de la capitale gouvernementale, Nanjing (Nankin), de Shanghaï et de Guangzhou (Canton), les principales villes du pays, en avril. Le 1er octobre 1949, il proclame la République Populaire de Chine, régime communiste, tandis que le gouvernement de Tchang Kaï-Tchek et ses dernières troupes se replient sur l’île de Formose où ils créent l’état de Taïwan.

Mao devient jusqu’à sa mort le dirigeant incontesté de la Chine, rompant avec l’URSS dès 1957 et engageant la Chine dans des réformes aux lourdes conséquences comme le Grand Bond en Avant (1958-60) ou la Révolution Culturelle (1966-69), engendrant un régime totalitaire et instituant un véritable culte de la personnalité. Les crimes de sa politique sont à l’origine de dizaines de millions de victimes, un des régimes les plus sanglants de l’Histoire avec celui de Staline. Il fut très populaire auprès des communistes européens hostiles à Staline, en particulier en France, en Albanie… dans les années 60 et 70 (le maoïsme) après la révolution culturelle où il utilisa les Gardes rouges et le « Petit livre rouge » qu’il avait écrit comme des armes redoutables.

Les années 70 l’amenèrent aussi à la Détente avec les Etats-Unis, notamment en recevant le président américain Nixon en Chine, ce qui lui permit d’obtenir le poste de la Chine à l’ONU conservé depuis 1949 par Taïwan. Il fit aussi de la Chine une grande puissance politique, leader du Tiers-Monde grâce à son ministre des affaires étrangères Zhou Enlaï et une grande puissance militaire en développant l’arme nucléaire (dès 1964), en écrasant l’Inde en 1962 et en s’opposant à l’URSS dans un conflit frontalier dans les années 70. Après sa mort en 1976, son successeur Deng Xiaoping ouvrit la Chine au monde, permettant le début du « réveil économique chinois ».