Mao ZEDONG

Mao ZEDONG (ou TSE-TOUNG)

 

Né le 26 décembre 1893 à Shaoshan (province du Hunan, Chine)

Mort le 9 septembre 1976 à Beijing (Pékin, Chine)

 

Dirigeant de la République Populaire de Chine (1949-76)

 

Mao en 2 minutes et 10 dates-clés

Image de prévisualisation YouTube

Confondateur du Parti communiste chinois à Shanghaï en 1921, il en prend la tête dans sa lutte contre le gouvernement nationaliste chinois du Guomindang. En 1934-35, il organise la Longue Marche vers le nord-ouest du pays, fuyant les armées gouvernementales de Tchang Kaï-Tchek et gagnant les paysans chinois à la cause révolutionnaire. Il dirige la résistance communiste contre les japonais à partir de 1937 et durant la 2° Guerre mondiale avant de continuer la lutte révolutionnaire contre le gouvernement de 1945 à 1949.

En 1949, les communistes prennent le pouvoir en Chine continentale, s’emparant de Beijing (Pékin) le 23 janvier, et de la capitale gouvernementale, Nanjing (Nankin), de Shanghaï et de Guangzhou (Canton), les principales villes du pays, en avril. Le 1er octobre 1949, il proclame la République Populaire de Chine, régime communiste, tandis que le gouvernement de Tchang Kaï-Tchek et ses dernières troupes se replient sur l’île de Formose où ils créent l’état de Taïwan.

Mao devient jusqu’à sa mort le dirigeant incontesté de la Chine, rompant avec l’URSS dès 1957 et engageant la Chine dans des réformes aux lourdes conséquences comme le Grand Bond en Avant (1958-60) ou la Révolution Culturelle (1966-69), engendrant un régime totalitaire et instituant un véritable culte de la personnalité. Les crimes de sa politique sont à l’origine de dizaines de millions de victimes, un des régimes les plus sanglants de l’Histoire avec celui de Staline. Il fut très populaire auprès des communistes européens hostiles à Staline, en particulier en France, en Albanie… dans les années 60 et 70 (le maoïsme) après la révolution culturelle où il utilisa les Gardes rouges et le « Petit livre rouge » qu’il avait écrit comme des armes redoutables.

Les années 70 l’amenèrent aussi à la Détente avec les Etats-Unis, notamment en recevant le président américain Nixon en Chine, ce qui lui permit d’obtenir le poste de la Chine à l’ONU conservé depuis 1949 par Taïwan. Il fit aussi de la Chine une grande puissance politique, leader du Tiers-Monde grâce à son ministre des affaires étrangères Zhou Enlaï et une grande puissance militaire en développant l’arme nucléaire (dès 1964), en écrasant l’Inde en 1962 et en s’opposant à l’URSS dans un conflit frontalier dans les années 70. Après sa mort en 1976, son successeur Deng Xiaoping ouvrit la Chine au monde, permettant le début du « réveil économique chinois ».

Conférence de Yalta

L’une des 2 principales conférences interalliées de la 2° Guerre mondiale.

Réunies par Staline en Crimée (URSS), la conférence a réuni les grands dirigeants des 3 grandes puissances alliées : Joseph Staline (1er secrétaire du PC d’URSS), Frankin Roosevelt (Président des USA) et Sir Winston Churchill (1er ministre du Royaume-Uni).

Contrairement au mythe longtemps entretenu, les 3 « Grands » ne se sont pas « partagé le monde » mais ont conclu une série d’accords généraux dont certains avaient été praparés avant (notamment les zones d’influence en Europe de l’est, déjà négociées secrètement entre Churchill et Staline en octobre 1944 à Moscou) et dont d’autres n’ont jamais été respectées (notamment la « Déclaration sur l’Europe libérée »).

En voici les principaux points :

Continue reading Conférence de Yalta

La guerre froide : Le rideau de fer et les origines de la Guerre froide (1945-47)

La chaîne Histoire a consacré une série de documentaires très intéressants consacrés à la Guerre froide (24 épisodes de 50 minutes chacun). De quoi pouvoir réviser les relations internationales pour le Bac. Faisons le point avec le 2° épisode consacré aux origines de la Guerre froide. Il fait le point sur les conséquences de la fin de la 2° guerre mondiale et la situation en 1945 (chapitre : « Le monde en 1945 »), sur l’occupation de l’Europe et la mise en place du « rideau de fer » dénoncé par Churchill en 1946 dans son célèbre discours à l’université de Fulton (Missouri). C’est en effet dans ces 2 années post-2° guerre mondiale que se met progressivement en place la bipolarisation de l’Europe avec l’installation de régimes communistes à l’est, étape essentielle vers la Guerre froide qui, à proprement parler, ne débute qu’en 1947.

50 minutes pour faire le point sur cette période 1945-47 (en 3 parties de 19 minutes)

Continue reading La guerre froide : Le rideau de fer et les origines de la Guerre froide (1945-47)

Pour illustrer la Guerre froide en musique

Comme j’en ai parlé à mes élèves de Terminale, voici la chanson « Russians » de 1985, extrait de l’album « The dream of the blue turtles » du chanteur britannique, ex-leader de The Police.

Elle illustre la haine idéologique de la Guerre froide dans les années 80 vis-à-vis de l’URSS en s’opposant à contre-courant aux discours ambients contre « l’empire du Mal »

A méditer

http://www.dailymotion.com/video/x2e7tc

Les paroles

Pour ceux qui voudraient découvrir, redécouvrir ou exploer The Clash, groupe punk-rock auteur dans les années 80 de l’album « Sandinista » en référence au mouvement communiste révolutionnaire nicaraguayens, voici une playlist de leur meilleurs tubes :

Playlist The Clash

Guerre de Corée

Comme promis, voici l’article du Monde diplomatique publié en 1999 (et repris dans « Manière de voir » en 2003) concernant la thèse de l’emploi par les américains d’armes chimiques en Corée lors de la guerre de Corée (1950-53). Cette thèse avait été avancée dès le conflit au début des années 50 par les autorités chinoises et nord-coréennes. L’article en question a été écrit par 2 historiens canadiens, Stephen Endicott et Edward Hagerman. Toutefois, cette thèse est très controversée et n’est pas acceptée par de nombreux autres historiens qui ont mis en doute les sources citées en appui par les auteurs au sujet des preuves. Ed Régis, conteste notamment les travaux d’Endicott et Hagerman, estimant qu’ils reprennent des documents nord-coréens et chinois de propagande.

Difficile de se faire une idée mais le doute subsiste. Une thèse à prendre donc avec précaution et à ne pas utiliser le jour du Bac. A lire toutefois.

Les armes biologiques de la Guerre de Corée

Mai 68 en Tchécoslovaquie : Le Printemps de Prague

Alexander Dubcek (1921-92)

1er secrétaire général du Comité Central du Parti Communiste tchécoslovaque (1968)

Depuis janvier 1968, la Tchécoslovaquie, démocratie populaire d’Europe de l’Est, est dirigée par le réformateur Alexander Dubcek qui prône une libéralisation du régime comme Nagy en Hongrie en 1956, défendant l’idée d’un « socialisme à visage humain ». Nous sommes alors dans la période dite de la « Détente » dans les Relations internationales. La réaction de l’URSS et l’écrasement de ce Printemps en août par les troupes du Pacte de Varsovie auront hélas raison de ce vent de liberté à l’Est. Un reportage vidéo décrit par des témoignages de tchécoslovaques des réformes en cours en ce mois de mai

Vidéo

Un très bon récit du Printemps de Prague en 1968 et de son écrasement sur le site des archives de la radio tchécoslovaque