ZHOU Enlai (1898-1976)

ZHOU Enlai

Né le 5 mars 1898 à Huaian (Province du Jiangsu, Chine)

Mort le 8 janvier 1976 à Beijing (Pékin, Chine)

Ministre des Affaires Etrangères (1949-58) et 1er Ministre de la République Populaire de Chine (1949-76)

Le principal homme politique et diplomate chinois de la 2° moitié du XX° siècle. Ila participé à la Révolution communiste en Chine en 1949, devenant le n°2 du régime de Mao . Diplomate écouté et respécté notamment auprès des pays du Tiers-Monde, il a donné à la Chine communiste une aura internationale, oeuvrant notamment pour sa reconnaissance à l’ONU, et a permis le rapprochement sino-américain des années 70. Il a joué un rôle important en encourageant la décolonisation, notamment lors de la Conférence de Genève sur l’Indochine et celle de Bandung.

 

Après des études au Japon puis en Europe (France, Royaume-Uni, Allemagne), il rencontre en France des militants communistes (comme Deng Xiaoping, futur successeur de Mao) et Ho Chi Minh qui participe alors à la création du PCF. Après son retour en Chine, il rejoint le PCC (Parti Communiste Chinois) dès sa création par Mao. Il organise une grève à Shanghaï en 1927, durement réprimée par le gouvernement nationaliste puis prend en 1931 la tête de la République soviétique du Jiangxi, proclamée sur une base bolchévique comme embryon de régime communiste en Chine. Au cours de la Longue Marche organisée par Mao à travers la Chine, il devient un des chefs du PCC et participe activement à la résistance contre l’occupant chinois à partir de 1937 puis durant la 2° Guerre mondiale.

A la fin de celle-ci, il participe à la Révolution qui renverse le régime nationaliste de Tchang Kaï-Tchek et prend le pouvoir en 1949, instaurant un régime communiste en Chine. Il en devient à la fois le Premier Ministre et le Ministre des Affaires Etrangères, véritable n°2 du régime. Dont il est considéré comme le contrepoids modéré aux excès totalitaire de Mao.

Diplomate habile et reconnu, il est la voix de la Chine à l’étranger et participe au rayonnement international de la Chine notamment dans le monde colonisé en cours d’émancipation. A ce titre, il participe en 1954 à la Conférence de Genève sur l’Indochine, soutenant Ho Chi Minh puis à la Conférence de Bandung sur la décolonisation (1955) où il donne à la Chine une audioence mondiale, tout en se démarquant des 2 blocs. Sa politique accentue dans les années 50 l’éloignement entre l’URSS et la Chine et lmui permet un rapprochement progressif avec les Etats-Unis, couronnés par la reconnaissance de la Chine en 1972 qui prend alors le poste dévolu au Conseil de sécurité de l’ONU.

Sa mort, quelques mois avant celle de Mao a été reçue dans le monde entier comme la disparition d’un grand diplomate, ami du Tiers-Monde et notamment des pays non-alignés. Très aimé par le peuple, ses funérailles ont aussi été l’occasion de manifestations contre la « Bande des 4 » qui tenait d’écarter Deng Xiaoping, ami de Zhou auquel il avait délégué l’essentiel de ses pouvoirs. Finalement, celui-ci s’imposera à la tête de la Chine à, partir de 1979 et commencera la transition économique et l’ouverture de la Chine à partir des années 80.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.