La politique

La politique !

Elle a toujours les yeux guillotine
Et ne me laisse pas choisir,
Ses clarinettes en plein whisky
Font s’évaporer les pistaches

Les antimites et les peluches
M’égratignent, m’entortillent, me ficèlent,
M’apostrophent sans avoir rien à bafouiller.

L’ami

Il est la paume de mes passions

Ses chocs et ses choix sont mes chansons

Il a la forme de mes mandragores

Il est la fée de mes Yétis

Il s’engloutit dans mes maladresses

Comme une plume

Comme un cristal

Comme une alliance

Les Anges fous

Les Anges fous

Ils disent non à la terreur

Ils disent oui à la cohérence-tempête

Ils disent amen

à ce qu’ils éprouvent

à ce qu’ils chérissent

Ils sont patachons

 

On les querelle

on les qualifie

tous leurs  procès sont rouge sang ou noir prison

soudain le fou-rire les kidnappe

et ils effacent tout

les composts

les moustiques

les chichis

La justice bleu vérité

La justice bleu vérité

Elle dit non au terrorisme et au racisme rouge flamme

Elle est debout en pleine lumière

 

On la présage

On la désire

mais tous les bourreaux la sifflent

 

Avec les gommes véridiques

elle efface tout

les impasses et les angoisses

même les doutes gris trottoir

 

et malgré les dictateurs qui menottent

Sous la pluie du harcèlement

En dépit  des craintes de l’assemblée

Sur le territoire des discriminantions

Elle dessine le visage de l’égalité translucide.

Chanson d’été

Chanson d’été

Les sourires orange pêche
Des piccolos
De l’été
Remplissent mon coeur
D’une simplicité
Bleu poétique.

Tout jaune Uhu
Et rose malabar, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours vert authentique
Et je ris

Et je m’en vais
Au vent lilas
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil au

pétale rouge pétillant.

Les mangues

Les mangues

Je te donne trois mangues

La pulpe d’un orphelin,

Le goût des preuves sur les choses

La verte guirlande d’un enfant malade,

Le rire brusque de la lionne,

La froide chair de poule du docteur

Je te donne trois vies

La pulpe d’une succube,

De l’aube entre les fenêtres,

De l’ombre entre les couloirs

Et le goût de la vie.