Pour le 6/12 5ème Latin

4 12 2010

Contrôle de grammaire. Revoir la 2è déclinaison des noms en -us et en -r. Apprendre le vocabulaire de la liste (seulement les noms masculins).

Vous pouvez vous entraîner sur Gratum Studium pour vérifier vos connaissances.




Pour le 6/12 6ème 5

4 12 2010

Terminer le résumé de « Problème », de Bernard Friot.




Pour le 3/12 6ème 5

2 12 2010

Terminer les étapes du récit à partir de l’extrait n°2 du Bossu.




Pour le 7/12 4ème 3

2 12 2010

Contrôle de grammaire sur l’expression de la cause. Revoir la leçon ainsi que les exercices faits en classe.

Lire la suite »




Cours du 2/12 4ème 2

2 12 2010

Aujourd’hui, nous avons travaillé sur un extrait de roman de Jules Verne. Vous trouverez ci-après le texte et les questions étudiées. Lire la suite »




Pour le 3/12 4ème 2

2 12 2010

Terminer les questions 4 à 7 à partir du texte de Jules Verne, puis faire les questions 1 à 3 en observant l’illustration.

Pour les élèves absents, consultez la partie « Cours » pour obtenir le polycopié. Les questions 1 à 3 sur l’illustration ne sont pas à traiter pour vous.




Cours de français du 02/12

1 12 2010

Le cours de français est maintenu en S3-S4, Mme Bourdon étant présente demain.




Séquence 4 : S’il m’était conté…

1 12 2010

Questions sur les textes 1 et 2

1) Quels contes sont introduits par une formule d’entrée ?

2) Quels détails, quotidiens ou historiques renseignent sur l’époque à laquelle se déroule le récit ?

3)Les personnages ont-ils un prénom, un nom de famille ? Lesquels ont un nom qui désigne une infirmité ?

4) Trouvez le héros de chaque conte et expliquez quels éléments vous ont guidé.

5) A quel temps est décrite la situation des personnages au début de chaque conte ? A quel autre temps du passé est lancée et racontée l’action ?

Leçon

? Le conte commence souvent par une formule d’entrée. Il se situe dans un lieu imprécis ou imaginaire et dans une époque lointaine.

? Les personnages n’ont pas d’identité complète et sont peu caractérisés.

? La situation initiale est un état stable, décrit à l’imparfait, qu’un fait nouveau va perturber (l’élément perturbateur) : l’action est alors lancée et racontée au passé simple.




La princesse au petit pois

1 12 2010

Voici l’histoire de La princesse au petit pois, en entier cette fois-ci.petit pois

Il était une fois un prince qui voulait épouser une princesse, mais une vraie princesse. Il fit le tour de la terre pour en trouver une mais il y avait toujours quelque chose qui clochait ; des princesses, il n’en manquait pas, mais étaient-elles de vraies princesses ? C’était difficile à apprécier, toujours une chose ou l’autre ne lui semblait pas parfaite. Il rentra chez lui tout triste, il aurait tant voulu avoir une véritable princesse.

Un soir, par un temps affreux, éclairs et tonnerre, cascade de pluie que c’en était effrayant, on frappa à la porte de la ville et le vieux roi lui-même alla ouvrir.

C’était une princesse qui était là dehors. Mais grands dieux ! de quoi avait-elle l’air dans cette pluie, par ce temps ! L’eau coulait de ses cheveux et de ses vêtements, entrait par la pointe de ses chaussures et ressortait par le talon … et elle prétendait être une véritable princesse !

– Nous allons bien voir ça, pensait la vieille reine, mais elle ne dit rien. elle alla dans la chambre à coucher, retira la literie et mit un petit pois au fond du lit ; elle prit ensuite vingt matelas qu’elle empila sur le petit pois et, par-dessus, elle mit encore vingt édredons en plumes d’eider. C’est là-dessus que la princesse devrait coucher cette nuit-là.

Au matin, on lui demanda comment elle avait dormi.

– Affreusement mal, répondit-elle, je ‘n’ai presque pas fermé l’oeil de la nuit. Dieu sait ce qu’il y avait dans ce lit. J’étais couchée sur quelque chose de si dur que j’en ai des bleus et des noirs sur tout le corps ! C’est terrible !

Alors, ils reconnurent que c’était une vraie princesse puisque, à travers les vingt matelas et les vingt édredons en plume d’eider, elle avait senti le petit pois. Une peau aussi sensible ne pouvait être que celle d’une authentique princesse.

Le prince la prit donc pour femme, sûr maintenant d’avoir une vraie princesse et le petit pois fut exposé dans le cabinet des trésors d’art, où on peut encore le voir si personne ne l’a emporté.

Et ceci est une vraie histoire.