Les Effarés, Arthur Rimbaud

18 05 2011

Voici le corrigé du contrôle donné sur le poème Les Effarés.

I. Les personnages

a) L’expression « cinq petits » désigne des enfants pauvres qui attendent dans le froid.

b) Plusieurs substituts lexicaux pouvaient être cités : « Noirs dans la neige et dans la brume » , « cinq petits », « ils », « les pauvres petits plein de givre », « tous »…

c) Le poète porte un regard empli de pitié sur les enfants comme le montre notamment l’adjectif « petits ».

d) L’autre personnage présent est un boulanger qui enfourne son pain et chante un vieil air.

II. Le cadre

a) Les « cinq petits » se situent dehors dans le froid comme le prouve le premier vers : « Noirs dans la neige et dans la brume ».

b) Un soupirail sépare les enfants du boulanger.

c) Il s’agit d’une comparaison (outil grammatical comme). La chaleur dégagée par le soupirail est comparée à la chaleur d’un sein maternel.

III. La poésie pour émouvoir

a) Il y a trois vers par strophe, Rimbaud emploie dons des tercets.

b) Le poète utilise des vers de huit syllabes, des octosyllabes. Les strophes se terminent également par des vers de quatre syllabes, des tétrasyllabes.

c) Il s’agit d’une personnification : le poète suggère que les « croûtes parfumés » chantent comme des grillons. Rimbaud utilise donc un verbe renvoyant à une action pour qualifier l’aspect d’une chose.

d) Les enfants n’ont pas changé de place : « ils sont là ». Le verbe d’état montre une absence d’action, les petits étant paralysés par le froid, « pleins de givre ».

e) Les enfants sont stupéfaits par le spectacle fabuleux, inaccessible, qui s’offre à eux (la fabrication du pain). Ils rêvent de pouvoir passer cette frontière du soupirail et d’accéder au « paradis » du boulanger.


Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire