Les Misérables en vidéo

29 01 2012

Retrouvez la deuxième partie des Misérables,

dans une version télévisée de Josée Dayan.

Les deux derniers épisodes sont disponibles

pendant 7 jours seulement sur le site de la chaîne Direct 8.

 

 

Pour y accéder, cliquez sur le lien suivant :

http://www.direct8.fr/video/VHRkN1Ft/les-miserables-3-4-28-01-2012




Melancholia

18 01 2012

 

 

02 Cvalda mp3

Suite à l’étude de Victor Hugo, je vous propose d’écouter « Cvalda », extrait de Selma songs,

bande originale du film Dancer in the dark. Cette BO a été réalisée par l’artiste Björk.

Au début de cet extrait, vous entendrez comment les bruits de la machine, de l’usine,

créent une musicalité.

 

 




Les Misérables, Victor Hugo

14 01 2012

Afin de vous aider dans la lecture du roman, voici un résumé de ce qui s’est passé jusqu’à l’accident du père Fauchelevent :

1815. Alors que tous les aubergistes de la ville l’ont chassé, le bagnard Jean Valjean est hébergé par Mgr Myriel ( que les pauvres ont baptisé, d’après l’un de ses prénoms, Mgr Bienvenu). L’évêque de la ville de Digne, l’accueille avec bienveillance, le fait manger à sa table et lui offre un bon lit.

Jean Valjean a été condamné en 1795, pour le vol d’un pain et vient de passer vingt ans au bagne.

Pourtant malgré la générosité de son hôte, Jean Valjean s’enfuit en pleine nuit, après avoir dérobé les six couverts d’argent, les seules richesses de l’évêque. Le lendemain, les gendarmes le ramènent chez Mgr Bienvenu qui, à sa grande surprise, l’innocente. L’évêque lui offre même deux chandeliers en argent que Jean Valjean avait « oublié » d’emporter. Il souhaite ainsi aider l’ancien bagnard à redevenir un honnête homme. Pourtant sur la route, Jean Valjean commet un nouveau délit. Il vole un petit ramoneur. Mais, alors qu’il s’apprête à ranger son larcin dans sa besace, il revoit les chandeliers de Mgr Bienvenu, et se rappelle les paroles de l’évêque. Il n’aura plus alors qu’un seul but : honorer la bonté de l’ecclésiastique et servir le bien.

Printemps 1818.

Fantine quitte Paris et porte dans ses bras la petite fille qu’elle a eu de Tholomyès, et pour laquelle elle a tout sacrifié, Cosette. Elle souhaite retourner à Montreuil sur Mer, sa ville natale, où elle espère trouver du travail. En chemin, à Montfermeil, elle fait la connaissance d’un couple d’aubergistes, d’allure plutôt accommodante, les Thénardier. Très vite Cosette joue avec les petites filles des aubergistes. Fantine y voit là un signe du ciel et propose de leur confier quelque temps la garde de Cosette. Les aubergistes acceptent moyennant une pension.

Montreuil de 1818 à 1823

A son arrivée à Montreuil, Fantine découvre que sa ville natale est devenue prospère grâce à un inconnu, arrivé deux ans plus tôt et qui a su relancer et développer l’industrie de la région. Cet homme, M. Madeleine, (nom d’emprunt de Jean Valjean) semble un véritable bienfaiteur : il offre du travail à toutes les personnes honnêtes qui se présentent à sa fabrique, donne des conseils éclairés et multiplie les actes de générosité. Il est aussi doté d’une force peu commune. Un jour, il a sauvé un vieillard, Fauchelevent, que sa charrette menaçait d’écraser. M. Madeleine est parvenu à relever la carriole et à dégager le vieil homme, qui sans l’intervention de « cette force de la nature » était promis à une mort certaine.

Un homme, l’inspecteur Javert, ténébreux, obsédé par l’autorité, reste pourtant insensible à l’admiration unanime dont bénéficie M. Madeleine. Pire, ayant travaillé auparavant dans les bagnes du midi, il s’intéresse particulièrement à ce notable. Il a l’impression que ce visage ne lui est pas inconnu …