Nantes, entre hier et aujourd’hui

29 05 2013

Afin de découvrir l’univers des Machines de l’île, je vous invite à visiter leur site

qui permettra d’avoir un aperçu du Carrousel des Mondes Marins et du projet

de l’arbre aux Hérons.

Vous tenterez d’imaginer vous aussi une machine qui pourra s’intégrer

à l’arbre (faune, flore).




Jo Witek au CDI!

27 05 2013

C’est en petit comité et au milieu des livres que nous avons reçu ce midi

Jo Witek.

Passées les présentations, Jo Witek a vite su mettre les élèves à l’aise, qui se sont

alors lancés dans le jeu des questions-réponses.

Pour cette écrivaine qui est aussi journaliste, la documentation est une étape importante dans la réalisation d’un livre. Avant d’écrire Peur Express, elle s’est notamment informée sur le travail des cheminots, le quotidien dans la cabine de pilotage, au point

de passer des heures à regarder des films techniques sur les TGV!

Jo Witek nous a également présenté d’autres romans :

Rêve en noir, qui explore le territoire du rêve mais qui interroge aussi sur ce que c’est d’être aveugle dans un monde fait d’images ;

Récit intégral ou presque de mon premier baiser, dans lequel le lecteur suit les aventures sentimentales de Xavier, sur un ton souvent humoristique ;

Récit intégral ou presque d’une coupe de cheveux ratée, qui traite avec beaucoup d’auto-dérision de la difficulté

des ados à s’apprivoiser.

A propos de ses personnages, Jo Witek nous a dit son plaisir à les inventer, car « c’est plus amusant ».

Elle reconnaît toutefois l’importance du subconscient qui mêle parfois de manière involontaire fiction et réalité.

Un personnage de Boiteux traversait ainsi nombre de ses romans. Après une longue réflexion, elle s’en est tout à

coup remise à l’évidence : c’était son propre père qu’elle décrivait et qui revenait inconsciemment dans ses intrigues!

Sur le processus même d’écriture, Jo Witek n’a pas caché son plaisir d’une part à inventer des histoires sanglantes, qui heurtent un peu la sensibilité du lecteur – on se souvient tous de la scène du coeur! – et d’autre part, à tisser une

toile qui piège et embrouille le lecteur au fil des pages…

A la question « Lequel de vos romans avez-vous le plus aimé écrire? », l’écrivaine a été bien incapable de répondre,

préférant nous expliquer que livre après livre, elle pensait se rapprocher de plus en plus de l’idée de départ qui

avait germé dans son esprit…

Le récit de la rencontre, incomplet, s’achève ici, puisque l’auteure de ces lignes a dû quitter le CDI pour aller donner son cours!

A votre tour de raconter cet échange littéraire et de livrer vos impressions!

 




Poèmes : Parler de soi

23 05 2013

Je suis comme un cheval sorti de son enclos.

Mes cheveux volent au vent tels une crinière

Je suis grand et fort comme un roc

Mon esprit est rusé, semblable à celui d’un renard

Et mon regard aussi perçant que celui d’un aigle

Je croque la vie à pleines dents

Escaladant jour après jour le mur de la vie

Avec l’attitude d’un combattant

N. V. R.

Je suis un agneau parmi les loups.

Mes cheveux sont courts comme une pelouse bien tondue,

Mon nez a la taille d’une grosse bille,

Sportif comme un lion traquant une proie

Drôle comme une mauvaise blague

Joueur  comme un jeune chiot

Mes yeux ont la couleur du maillot de l’équipe de France.

H. T.

J’ai les cheveux longs comme une vipère,

Les yeux verts comme mon classeur,

J’ai la taille de mes parents,

Curieux comme ma soeur,

Lent comme mon frère.

V. G.

Je suis une voiture qui vole vers les étoiles

Mes cheveux sont drus comme l’herbe fraîchement tondue

Auréolés d’acier

Mes yeux, telles des amandes bleu marine sont affûtés comme la lame d’un couteau

Mes mains telles des crochets autour de l’anneau central

Mes pieds jouant leur partition

Mes pensées éclatent comme un feu d’artifice

Précis comme un puma chassant sa proie

Serein dans l’explosion d’adrénaline

Je suis en roue libre vers mon avenir.

T. B.

Je suis aussi malin qu’un singe dans un labyrinthe.

Mes cheveux sont plus en bazar que mon placard.

Mon caractère change encore plus qu’un caméléon change de couleur

Mais mon humour est plus grand qu’un éléphant.

a; l;

Mes cheveux sont durs comme la crinière des chevaux

Mes yeux donnent faim car ils ont la couleur du chocolat

Je suis comme une tortue,

Je me renferme dans ma carapace quand l’envie me prend,

J’ai le cou fin et élancé comme les danseuses,

Je peux être aussi un ange déguisé en diable

Ou une louve protégeant ses petits,

Mais derrière ce masque je reste une jeune fille simple et polie.

e; j;

 




Citation

23 05 2013

A propos de la rencontre avec les auteurs du Prix des Collégiens :

« Je veux bien y aller pour me culturer », un  élève de 3ème.




Le lyrisme en chanson

19 05 2013

Le lyrisme

Origine

L’adjectif lyrique est dérivé du mot grec lura, qui désignait « la lyre », instrument antique dont on se servait pour accompagner les chants et les hymnes religieux. La poésie lyrique est une mélodie qui associe l’amour et la mort,

la tristesse et la joie, la douceur et la douleur de vivre.

Définition

Le lyrisme est fondé sur le désir de faire partager au lecteur les sentiments et les émotions que l’on éprouve. L’amour, la mort, la fuite du temps, la nostalgie d el’enfance, la passion du pays natal, la quête du bonheur font partie des grands thèmes lyriques.

Les procédés du lyrisme

La plupart des poèmes lyriques sont écrits à la première personne et s’adressent à un destinataire qui est parfois

nommément désigné.

Le poète joue sur les répétitions de mots (anaphores).

Il multiplie les images : la comparaison, la métaphore.

Le lyrisme dans la chanson « Mon Amour », Abd al Malik feat. Wallen

Le poème est écrit à la première personne (deux voix qui dialoguent)

Wallen parle de son amour « my baby » comme d’un héros qui traverse des moments difficiles.

On y retrouve les thèmes classiques du lyrisme : l’amour, la fuite du temps, la quête du bonheur.

Wallen et Abd al Malik y expriment des sentiments.

Les sentiments exprimés dans cette chanson sont les suivants :

his pain, my life without him will be meaningless, l’obscur de ton regard, vanités, les coeurs se brisent

Cependant,

cette chanson délivre également un message :

« Mais peut-il rééllement se faire sans nous peut-il rééllement se faire sans toi »

On peut interpréter cette phrase de deux manières :

– on ne peut vivre l’un sans l’autre (interprétation lyrique)

– chacun d’entre nous a un rôle à jouer dans la société, nous sommes tous des héros

du quotidien




Fugue de mort, Paul CELAN

17 05 2013

1) Présentation de l’auteur

Paul Celan, poète juif germanophone, fut un témoin direct de la Shoah, par son expérience des camps de travail. De l’extermination massive de sa communauté en général, de celle de ses parents en particulier, est ressortie une écriture de l’absence. Une écriture remplie de la difficulté de dire.

Hostile au dé part à toute écocation du peuple juif dans ses écrits, il finira par l’insérer, éprouvant le complexe de culpabilité commun à de nombreux rescapés, celui d’avoir justement survécu.

2) Présentation de l’oeuvre

Les poèmes rassemblés par Celan dans son recueil Choix de poèmes reflètent ce tiraillement entre l’incapacité volontaire d’écrire et le refuge unique du poète-juif dans la mémoire, seul lieu souhaitable pour une communauté déracinée.

3) Analyse de l’oeuvre

Lecture de l’oeuvre : début jusqu’à « enfoncez plus les bêches vous autres et vous jouez encore pour qu’on danse »

a) Un texte autobiographique (étude de l’énonciation : qui parle?/expérience des camps : étude du champ lexical)

b) Une nouvelle vision du monde

– étude de la typographie (les traits obliques signalent un blanc et un retour à la ligne dans le texte original)

– analyse de la métaphore : « lait noir de l’aube » qui désigne la fumée sortant des fours crématoires au petit matin

– opposition entre « tes cheveux d’or Margarete » (image de la femme allemande) et « tes cheveux de cendres Sulamith » (image de la femme juive)

Anselm Kiefern, chevelure de paille Margarete

Anselm Kiefern, chevelure de cendre Sulamith

 

La  typographie employée dans Choix de poèmes est lourde de sens. Les espaces blancs entre les mots, les vers, constituent non seulement une respiration destinée à faire réfléchir le lecteur, mais également une marque de l’absence. Le lecteur peut interpréter ces signes comme une volonté d’oublier, une forme de négation de l’horreur, mais il s’agit, par le non-dit, ou par la fragmentation du discours, de se replacer dans une communauté. On remarque d’autre part une difficulté à utiliser la langue allemande, source de remémorations éprouvantes.

La disposition du poème : les blancs et espaces entre les mots, les paragraphes accentuent la dimension chaotique du texte.

4) Réponse à la problématique

Après la Seconde Guerre Mondiale, on observe un éclatement des repères, des pays à reconstruire, des vies brisées…

« Fugue de mort » est un exemple de ce nouveau monde morcelé, un texte qui montre par ses blancs, par les figures de style la difficulté à dire l’indicible.

5) Rapprochement avec d’autres oeuvres

Une oeuvre picturale comme Guernica, ou La chanson de Craonne, qui traite également du thème de la guerre.




Corrigé de l’exercice d’écriture

16 05 2013

J’ai vécu, je suis morte ; je me suis brûlée et me suis noyée.

J’ai eu chaud extrême en endurant froidure;

La vie m’a été et trop molle et trop dure.

J’ai eu grands ennuis entremêlés de joie.

 

Tout à coup j’ai ri et j’ai larmoyé,

Et en plaisir maint grief tourment j’ai enduré;

Mon bien s’en est allé, et à jamais il a duré;

Tout en un coup, j’ai séché et j’ai verdoyé.

 

Ainsi Amour inconstamment m’a menée.

Et quand j’ai pensé avoir plus de douleur,

sans y penser je me suis trouvée hors de peine.

 

Puis quand j’ai cru ma joie être certaine,

et être au haut de mon désiré heur,

Il m’a remise en mon premier malheur.




HIDA : Persepolis, Marjane Satrapi

12 05 2013

1) Présentation de l’auteur

Biographie de Marjane Satrapi (origines, études, carrière…)

2) Présentation de l’oeuvre, du contexte historique et culturel en Iran

Persepolis (BD et adaptation cinématographique)

3) Analyse de l’oeuvre

Voir cours « L’autobiographie en images ».

4) Réponse à la problématique

Une oeuvre artistique peut-elle dénoncer un fait de son époque?

Voir cours « L »autobiographie en images »

5) Rapprochement avec d’autres oeuvres

On pourra citer d’autres auteurs de BD, qui dénoncent les atrocités de la Grande Guerre

comme Tardi, ou encore Spiegelman qui traite de la persécution des juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale.




HIDA : Liberté, j’écris ton nom

12 05 2013

Cette oeuvre, accompagnée de l’illustration de Fernand Léger, peut être

intéressante à présenter à deux.

1) Présentation de l’auteur

Biographie de Paul Eluard, poète surréaliste.

Biographie de Fernand Léger, peintre de l’avant-garde.

2) Présentation de l’oeuvre et du contexte historique

Poème « Liberté, j’écris ton nom », Paul Eluard (1941)

Illustration « Liberté, j’écris ton nom », Fernand Léger (1953)

Evoquer la situation de la France en 1941 : l’occupation allemande.

3) Analyse de l’oeuvre

Poème :

– La composition du poème et ses effets (voir réponses aux questions 1, 2, 3)

– Un hymne (voir réponses aux questions 5 à 8)

– Le lyrisme au service de l’engagement (citation d’Eluard et réponse à la question 9)

Illustration :

– Du texte à l’image (questions 11 et 12)

4) Réponse à la problématique

L’engagement peut prendre plusieurs formes : action politique, engagement dans la

Résistance, mais également se traduire en écriture, peinture.

La force du poème d’Eluard provient essentiellement de la mise en valeur de quelques mots. Celui-ci prend une résonance particulière dans le contexte de la Seconde Guerre Mondiale, mais un poème de circonstance peut aussi atteindre une valeur universelle et éternelle.

L’universalité du propos et la simplicité du style ont permis au poème d’acquérir une célébrité. Grâce à sa structure anaphorique, on le remarque et on s’en souvient.

La chanson, douce et répétitive, séduit et convainc. L’obstination du poète est non violente. Il combat l’absence de liberté par les mots, tout comme le peintre le fait simplement à l’aide de couleurs complémentaires.

5) Rapprochement avec d’autres oeuvres

On pourra citer le poème de Guillaume Apollinaire « Il y a « , construit également sur une anaphore

et qui traite du thème de la guerre.

Lisez ce poème en cliquant ici.




Poème de Charles Baudelaire

12 05 2013

Un hémisphère dans une chevelure

Laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l’odeur de tes cheveux, y plonger tout mon visage, comme un homme altéré dans l’eau d’une source, et les agiter avec ma main comme un mouchoir odorant, pour secouer des souvenirs dans l’air.

Si tu pouvais savoir tout ce que je vois ! tout ce que je sens ! tout ce que j’entends dans tes cheveux ! Mon âme voyage sur le parfum comme l’âme des autres hommes sur la musique.

Tes cheveux contiennent tout un rêve, plein de voilures et de mâtures ; ils contiennent de grandes mers dont les moussons me portent vers de charmants climats, où l’espace est plus bleu et plus profond, où l’atmosphère est parfumée par les fruits, par les feuilles et par la peau humaine.

Le Spleen de Paris (1869)