HIDA : Liberté, j’écris ton nom

12 05 2013

Cette oeuvre, accompagnée de l’illustration de Fernand Léger, peut être

intéressante à présenter à deux.

1) Présentation de l’auteur

Biographie de Paul Eluard, poète surréaliste.

Biographie de Fernand Léger, peintre de l’avant-garde.

2) Présentation de l’oeuvre et du contexte historique

Poème « Liberté, j’écris ton nom », Paul Eluard (1941)

Illustration « Liberté, j’écris ton nom », Fernand Léger (1953)

Evoquer la situation de la France en 1941 : l’occupation allemande.

3) Analyse de l’oeuvre

Poème :

– La composition du poème et ses effets (voir réponses aux questions 1, 2, 3)

– Un hymne (voir réponses aux questions 5 à 8)

– Le lyrisme au service de l’engagement (citation d’Eluard et réponse à la question 9)

Illustration :

– Du texte à l’image (questions 11 et 12)

4) Réponse à la problématique

L’engagement peut prendre plusieurs formes : action politique, engagement dans la

Résistance, mais également se traduire en écriture, peinture.

La force du poème d’Eluard provient essentiellement de la mise en valeur de quelques mots. Celui-ci prend une résonance particulière dans le contexte de la Seconde Guerre Mondiale, mais un poème de circonstance peut aussi atteindre une valeur universelle et éternelle.

L’universalité du propos et la simplicité du style ont permis au poème d’acquérir une célébrité. Grâce à sa structure anaphorique, on le remarque et on s’en souvient.

La chanson, douce et répétitive, séduit et convainc. L’obstination du poète est non violente. Il combat l’absence de liberté par les mots, tout comme le peintre le fait simplement à l’aide de couleurs complémentaires.

5) Rapprochement avec d’autres oeuvres

On pourra citer le poème de Guillaume Apollinaire « Il y a « , construit également sur une anaphore

et qui traite du thème de la guerre.

Lisez ce poème en cliquant ici.


Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire