Attention, mamie aux fourneaux !

24 11 2013

Sans titre 7

«Qu’est ce que j’ai fait … pourquoi ont-ils réagi ainsi? Je me retrouve coincée dans mon appartement avec une armée de civils à ma porte qui crachent des bulles et lisent dans mes pensées, en réclamant mes gâteaux. Comment vais-je m’en sortir?»

Quelques semaines plus tôt dans l’appartement de «  Mamie gâteau »

«- Bubulle, si tu savais comme j’en ai marre de ces clients arrogants et mal polis!
– Miaou…
– Aujourd’hui, un homme est venu dans ma boutique, a goûté un bout de gâteau dans l’assiette de dégustation et l’a recraché sur mon comptoir en criant que c’était infect et que si tous mes gâteaux étaient comme ça, il valait mieux que je ferme ma boutique!
– Miaou…
– Je sais ! Je vais les rendre accrocs ! Ils ne pourront plus se passer des mes pâtisseries! Bientôt, ils ramperont devant ma boutique. Dès demain, ils pourront y goûter».
Dès le lendemain, la grand-mère se mit à remplir son comptoir de gâteaux tous plus appétissants les uns que les autres : il y en avait à la fraise, au chocolat, des moelleux, des secs, avec du glaçage ou avec du coulis …
Elle les regardait fièrement quand le premier client entra dans le magasin et commanda un de ses cookies empoisonnés.

En sortant du magasin de «Mamie gâteau»,  je croquais dans son cookie aux pépites bien croustillantes et… beurk…mon ventre émit une sorte de gargouillement atroce. Je jetai  le gâteau et sentis une sensation étrange.
Je m’arrêtai. Un homme me percuta, il s’excusa poliment mais un  Fais gaffe, abruti! résonna dans ma tête et soudain.. j’entendis comme des milliers de voix dans ma tête, toutes ensembles! Je ne comprenais plus rien.
Je pris ma tête entre mes mains et remarquai que tout le monde me regardait.
Je me rendis soudain compte que je hurlais. Je ne distinguais même plus ma voix parmi celles qui résonnaient dans ma tête. Une dame me prit la main et remua les lèvres. Il me semblait qu’elle me demandait si j’allais bien, mais j’entendis seulement des voix  demandant si l’homme était fou. Quel homme ? Un fou, où ça ? Et là, je croisai le regard d’un garçon et je compris que le fou, c’était moi. Je m’enfuis à toutes jambes et me réfugiai à l’intérieur du magasin de «Mamie gâteau» et m’effondrai contre sa vitrine. Je ne comprenais rien, il me semblait que toutes les pensées des gens, tout ce qu’il n’osaient pas dire, résonnait dans ma tête.
Mais c’était impossible! Ccela ne pouvait pas être vrai et pourtant je les entendais.

Depuis une semaine, des faits étranges s’étaient produits à Shanghai. Un homme, en sortant du magasin de «Mamie gâteau » s’était mis à cracher des bulles à chaque fois qu’il voulait parler. Les cheveux d’une femme étaient devenus tellement longs qu’elle marchait dessus, un monsieur ne sachant plus se servir de ses jambes marchait sur les mains.
Les gens commençaient à se poser des questions et à s’inquiéter. La grand-mère se demandait si tous ces phénomènes étranges ne s’étaient pas produits à cause d’elle, car tous les gens ayant subi des modifications physiques ou intellectuelles avaient mangé ses fameux gâteaux.
Quelques jours après, une meute de créatures s’était formée devant le magasin de « Mamie gâteau ».  Les habitants de Shanghai quittaient la ville un à un. Les conseillers chinois se demandaient s’ ils ne devaient pas prendre des dispositions radicales.  Le lendemain,  la décision fut prise .
L’état chinois décida d’isoler Shanghai. Il pensait que c’était contagieux et puis ces gens effrayaient les personnes «normales».  Même les forces de l’ordre n’avaient aucun contrôle sur ces personnes. Tous étaient  terrorisés.
Pour les isoler, le président installa des murs géants en acier qui mesuraient plus de dix mètres de hauteur. Puis il détruisit les ports pour qu’aucun bateau de marchandises ne puisse y parvenir et fit part au monde entier que Shanghai ne faisait plus partie de ce monde.
Quant à Mamie Gâteaux, elle parlait seule enfermée dans son appartement, morte de peur par ce qui l’attendait dehors.

«- Qu’est-ce que j’ai fait… pourquoi ont-ils réagi ainsi ? Je me retrouve coincée dans mon appartement avec une armée de civils à ma porte qui crachent des bulles et lisent dans mes pensées en réclamant mes gâteaux…
Comment vais-je m’en sortir ? »


Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire