La fameuse panthère rose

24 11 2013

C’était une journée d’automne où le ciel avait peu de nuages. Je marchais droit devant sans direction particulière. Je connaissais bien cet endroit et je l’aimais bien. Tout autour de moi, il y avait des arbres et toutes sortes d’animaux : des singes , des lions et des girafes et pleins d’autres encore. En fait, je me trouvais dans Central Park, à New York. Eh oui, New York, l’Empire State Building, le statue de la Liberté, les musées. J’étais une femme de quarante ans et je m’appelais Carole. Je n’avais pas de mari, pas d’enfant, j’étais ce qu’on appelle une femme célibataire. Bref, je marchais tranquillement jusqu’à un enclos qui me paraissait bizarre. Je le regardais, l’examinais avant de m’apercevoir que la panthère n’était plus là …

Je me mis à courir de toutes mes forces, le plus vite possible. J’avais l’habitude de me promener dans cet endroit.  Ne pas la voir me fit quelque chose. Des scientifiques avaient prouvé que faire du sport aidait à décompresser, alors pourquoi ne pas essayer ! Mais au bout d’un moment, je n’en pouvais plus, alors je me mis à marcher pour reprendre mon souffle.

Quelques jours plus tard, le panthère avait déjà fait parler d’elle et pas qu’ en bien… Un article de journal disait :

Un policier a été attaqué dans Madison Avenue alors qu’il faisait sa ronde de nuit. Il avait l’habitude de porter un revolver ce qui a probablement effrayé la panthère. L’homme a été gravement blessé mais ses jours ne sont pas en danger. Il a déclaré :

 » Je marchais quand une panthère m’a attaqué. C’était très étrange car il m’a semblé qu’elle était rose. L’attaque s’est passée très vite.  » Les autorités encouragent vivement la population à  ne pas se promener seul dans la ville après vingt et une heures.

Je décidai alors de la retrouver . J’étais prête à parcourir tous les recoins de New York. Je regardai ma montre, il était presque dix-huit heures. Il ne fallait pas perdre de temps car la nuit allait bientôt tomber. Je commençais mes recherches par toutes les rues proches du lieu de l’attaque. Mais au bout que quelques heures : rien. Je ne me décourageais pas pour autant. J’arrivai alors dans une petite ruelle. Il n’y avait pas un chat… Quelque chose bougea derrière deux poubelles. Je commençais à avoir peur. Je regardais autour de moi, rien, personne. La panique me prit. je voulus hurler mais aucun son ne sortit de ma bouche. Puis, d’un coup, je me dis que je n’avais pas fait toutes ces recherches pour rentrer chez moi et retourner à ma petite vie tranquille.  Il me fallait du changement et c’est cela qui me motiva. Je fis un pas, puis deux, jusqu’à être à cinq mètres des poubelles. Je tremblai, j’étais morte de peur mais je continuai à avancer. Arrivée à un mètre, je comptai jusqu’à trois et je pris une grande inspiration avant de me baisser, et là je vis de magnifiques yeux parmi le noir tout autour. Je me trouvai face à la panthère !

Un mois plus tard dans la parution du journal, il y avait :

Une jeune femme se nommant Carole a disparu il y a maintenant un mois. Elle a une quarantaine d’années et mesure environ 1m65, les cheveux bruns et travaillait comme serveuse dans une pizzeria. Si vous savez une information à son sujet merci d’appeler le 560 357.


Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire