Niaiseries et Cie

27 09 2016

amourniais

Quelques bonnes phrases extraites de vos pastiches…

octobre 2017

« qui a de la boue sur le nez se réveille enrhumé », gloussa Clara.

« Faisons comme si on était frères et soeurs. – OK, même si on n’a pas les mêmes parents! ». Et ils éclatèrent de rire…

« Est-ce que je peux t’appeler biscotte? – Pourquoi? – Parce que t’es trop craquante! »

« J’ai besoin d’un bouche-à-bouche car je viens de me noyer dans ton regard ».

« Adam dit à Clara que son père devait être un kamikaze :- Pourquoi? – Parce que t’es une bombe. »

octobre 2016

  • Tu sais, Adam, le moment de la journée le plus important, c’est celui de l’hygiène dentaire.
  • Clara, c’est un joli prénom… /Merci, ce sont mes parents qui m’ont appelée comme ça.
  • Eh bien, Adam, cela fait maintenant deux ans que je fais mes études ici. Mais comme on dit, l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt.
  • Les verres étaient remplis avec beaucoup de bulles, ce qui formait une moustache blanche à chaque gorgée qu’il buvait.
  • Elle partit lui donnant un morceau de papier avec un numéro de téléphone, sûrement le sien.
  • « Salut Adam! J’espère que tu as bien dormi. Je suis parti faire les courses au supermarché d’à côté, je reviendrai dans une à deux heures grand max. Si tu veux, tu peux jouer avec ma PS4, j’ai FIFA dessus ».
  • Adam et Clara s’assirent et regardèrent le magnifique coucher de soleil/- Quel joli coucher de soleil! s’exclama Clara.
  • Vous savez que votre père a volé toutes les étoiles du ciel et les a mises dans vos yeux…
  • Merci, je ne sais comment vous remercier!
  • Oh! Excusez-moi, mais la passion intellectuelle absorbe la beauté du monde.
  • La peau de vos mains est aussi lisse que la carrosserie d’une Saab Turbo cabriolet cinq portes.
  • Vous voulez aller boire un café dans un café?
  • Ils allèrent au restaurant et commandèrent un repas avec de la nourriture.
  • Clara et Adam étaient seuls à deux sur l’une de ces belles plages de San Francisco.



J’accuse! Emile Zola

15 09 2016

Retrouvez ci-après la lettre ouverte publiée par Emile Zola dans le journal « L’Aurore » en janvier 1898,

dans laquelle il défend un innocent accusé à tort de trahison envers l’Etat français.

J’accuse! Le texte intégral

Vous pouvez aussi regarder la première partie du téléfilm « L’Affaire Dreyfus », d’Yves Boisset.