Devoir commun de 4 heures le mardi 2 mai

6 04 2017

Dissertation2

Le sujet :

Texte A – Victor Hugo : « Fonction du poète », Les Rayons et les …

Textes :

Texte A – Victor Hugo : « Fonction du poète », Les Rayons et les Ombres (1840)

Texte B – Théophile Gautier : « Le poète et la foule » in España (1845)

Texte C – Charles Baudelaire : « Théophile Gautier », L’Art romantique (1857)

Annexe – Paul Eluard : L’Évidence poétique (1939).

Texte A – Victor Hugo : « Fonction du poète », Les Rayons et les Ombres (1840)

Dieu le veut, dans les temps contraires,

Chacun travaille et chacun sert.

Malheur à qui dit à ses frères :

Je retourne dans le désert !

Malheur à qui prend ses sandales

Quand les haines et les scandales

Tourmentent le peuple agité !

Honte au penseur qui se mutile

Et s’en va, chanteur inutile,

Par la porte de la cité !

Le poète en des jours impies (1)

Vient préparer des jours meilleurs.

II est l’homme des utopies,

Les pieds ici, les yeux ailleurs.

C’est lui qui sur toutes les têtes,

En tout temps, pareil aux prophètes,

Dans sa main, où tout peut tenir,

Doit, qu’on l’insulte ou qu’on le loue,

Comme une torche qu’il secoue,

Faire flamboyer l’avenir !

II voit, quand les peuples végètent !

Ses rêves, toujours pleins d’amour,

Sont faits des ombres que lui jettent

Les choses qui seront un jour.

On le raille. Qu’importe ! Il pense.

Plus d’une âme inscrit en silence

Ce que la foule n’entend pas.

II plaint ses contempteurs (2) frivoles;

Et maint faux sage à ses paroles

Rit tout haut et songe tout bas !

1. impies : irréligieux, qui ne respectent ou offensent la religion.

2. contempteurs : ceux qui le méprisent.

Texte B – Théophile Gautier : « Le poète et la foule » in España (1845)

La plaine, un jour, disait à la montagne oisive :

« Rien ne vient sur ton front des* vents toujours battu. »

Au poète, courbé sur sa lyre pensive,

La foule aussi disait : « Rêveur, à quoi sers-tu ? »

La montagne en courroux répondit à la plaine :

« C’est moi qui fais germer les moissons sur ton sol;

Du midi dévorant je tempère l’haleine;

J’arrête dans les cieux les nuages au vol !

« Je pétris de mes doigts la neige en avalanches;

Dans mon creuset je fonds les cristaux des glaciers,

Et je verse, du bout de mes mamelles blanches,

En longs filets d’argent, les fleuves nourriciers. »

Le poète, à son tour, répondit à la foule :

« Laissez mon pâle front s’appuyer sur ma main.

N’ai-je pas de mon flanc, d’où mon âme s’écoule,

Fait jaillir une source où boit le genre humain ? »

* « des » = par les.

Texte C – Charles Baudelaire : « Théophile Gautier », L’Art romantique (1857)

Une foule de gens se figurent que le but de la poésie est un enseignement quelconque, qu’elle doit tantôt fortifier la conscience, tantôt perfectionner les mœurs, tantôt enfin démontrer quoi que ce soit d’utile… La Poésie, pour peu qu’on veuille descendre en soi-même, interroger son âme, rappeler ses souvenirs d’enthousiasme, n’a pas d’autre but qu’Elle-même; elle ne peut pas en avoir d’autre, et aucun poème ne sera si grand, si noble, si véritablement digne du nom de poème, que celui qui aura été écrit uniquement pour le plaisir d’écrire un poème.

Annexe – Paul Eluard : L’Évidence poétique (1939).

Le poète est celui qui inspire bien plus que celui qui est inspiré. Les poèmes ont toujours de grandes marges blanches, de grandes marges blanches de silence où la mémoire ardente se consume pour recréer un délire sans passé. Leur principale qualité est non pas, je le répète, d’invoquer, mais d’inspirer. Tant de poèmes d’amour sans objet réuniront, un beau jour, des amants.

On rêve sur un poème comme on rêve sur un être. La compréhension, comme le désir, comme la haine, est faite de rapports entre la chose à comprendre et les autres, comprises ou incomprises.

C’est l’espoir ou le désespoir qui déterminera pour le rêveur éveillé, pour le poète, l’action de son imagination. Qu’il formule cet espoir ou ce désespoir et ses rapports avec le monde changeront immédiatement. Tout est au poète objet à sensations et, par conséquent, à sentiments. Tout le concret devient alors l’aliment de son imagination et l’espoir, le désespoir passent, avec les sensations et les sentiments, au concret.

ÉCRITURE

I. Vous répondrez d’abord à la question suivante : (4 points)

En confrontant les trois textes du corpus (textes A, B, C), vous direz quelles sont les deux conceptions de la poésie qui s’opposent.

Il. Vous traiterez ensuite un de ces trois sujets : (16 points)

Commentaire :

Vous ferez un commentaire du poème de Victor Hugo (texte A).

Dissertation :

« La poésie […] n’a pas d’autre but qu’ Elle-même », écrit Baudelaire (texte C). En prenant appui sur les textes du corpus, sur les poèmes que vous avez lus et étudiés et sur votre culture personnelle, vous vous interrogerez sur cette déclaration et vous vous demanderez si elle correspond à votre définition de la poésie.

Invention :

A l’occasion de la manifestation culturelle du Printemps des Poètes, les organisateurs vous confient la rédaction d’un discours dans lequel vous défendrez votre goût pour la lecture (et peut-être l’écriture) de la poésie, dans une société où elle n’est pas particulièrement à l’honneur.

Votre discours ne comprendra pas moins de deux pages.

Correction :

  • question sur le corpus :

copies_corpus_1ES2

commentaire_1ES2

Fonction du poète, Victor Hugo | commentaire composé

Fonction du poète, Victor Hugo | commentaire composé

Victor Hugo : La Fonction du poète – Bacfrancais.com

  • dissertation :

dissertation_1ES1

  • écrit d’invention :

invention_es2

Défense de la poésie – Accueil

Des sujets d’entraînement :

sujet-bac-poesie-generales.pdf sujet-bac-poesie-generales-1.pdf

sujet-bac-poesie-generales-3.pdf sujet-bac-poesie-generales-2.pdf

sujet-bac-poesie-toutes-series-calligramme.pdf sujet-bac-poesie-toutes-series-calligramme.pdf

Des copies d’élèves :

copies_bac_blanc_1ES

Un corrigé complet :

corrige-devoir-commun-poesie-mars-2013

Les registres littéraires :


Actions

Informations

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire